Belgique : rembourser le stérilet et les patchs contraceptifs

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 15/04/2015

Affirmant que, si la contraception n'est pas efficace, c'est parce qu'elle est mal utilisée, le Dr. Anne Verougstraete, qui pratique elle-même des avortements, plaide pour des moyens contraceptifs plus efficaces et fiables, et qui ne dépendent pas d'un oubli de la femme.
Or, le stérilet (qui a un effet potentiellement abortif) ou le patch contraceptif coûtent environ 150 euros et ne sont pas remboursés. Même si pour les jeunes filles de moins de 21 ans, la première utilisation est gratuite, le placement du dispositif coûte encore 36 euros. Seules quelques mutuelles interviennent partiellement dans le remboursement, mais la sécurité sociale ne le fait pas. « C'est regrettable, estime le Dr. Verougstraete, car nous savons qu'une femme sur trois subit des avortements à répétition. Si elles avaient un stérilet ou un patch, cela ne serait pas le cas, surtout si cela était remboursé ».
Cet avis doit sans doute être relu à la lumière des chiffres du dernier rapport de la commission d'évaluation de l'avortement (2010-2011), qui détaille les modes de contraception ou non, utilisés par les femmes qui ont dû subir un avortement.
Source : Belga

 


Articles similaires

Les stérilisations des femmes et des hommes en Belgique.

Les stérilisations des femmes et des hommes en Belgique.

- Contraception

Sur base des chiffres de l'INAMI, plus de 5.700 femmes se sont fait stériliser  en 2008. Chez les hommes, ce chiffre s'élève à 8.086. Le Professeur Patrick Emonts, chef de clinique au CHU de Liège, souligne pour sa part que " La ligature des trompes est loin d'être une petite opération. On se rend compte qu'elle peut aussi avoir un impact psychologique important sur la patiente. La femme peut se sentir mutilée dans son intimité, ce qui engendre parfois des troubles tant dans sa sexualité que d...

Lire la suite

Belgique : dysfonctionnements dans les centres de planning familial

Belgique : dysfonctionnements dans les centres de planning familial

- Contraception

Selon Maxime Prévot (cdH), ministre wallon de la Santé, plusieurs dysfonctionnements ont été relevés au sein des centres de planning familial, notamment « dans les pratiques de distribution des pilules contraceptives et des pilules du lendemain en l'absence de médecins », mentionne le Journal du Médecin.
C'est une des raisons qui ont conduit à la non reconduction de la convention pluriannuelle 2010-2012 fixant les subsides (plus de 100.000 euros) alloués aux fédérations de centres de planning ...

Lire la suite

Europe : clarification pour la vente de produits contraceptifs ou abortifs

Europe : clarification pour la vente de produits contraceptifs ou abortifs

- Contraception

Dans le bulletin de l'IEB du 23 janvier 2015, mention était faite de la décision d'exécution de la Commission européenne du 7 janvier, qui autorisait la vente libre et sans prescription de la pilule abortive EllaOne,  dans les différents Etats membres de l'Union.
En réponse à une question de parlementaires européens, la Commission a affirmé que la Décision n'oblige aucunement les Etats de l'Union à autoriser la vente de ce produit abortif sur leur territoire, que ce soit avec ou sans prescript...

Lire la suite