Belgique : enquête sur la contraception

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 27/04/2017

Une enquête sur la contraception a récemment été réalisée en Belgique par Solidaris, sur des individus âgés de 14 à 55 ans. Certains résultats interpellent. Tout d'abord, tandis que la popularité de l'implant, du patch et du stérilet augmente, on observe une remise en cause de certains moyens contraceptifs tels que la pilule ou le préservatif masculin. Alors que 96% des femmes (9% de plus qu'en 2010) disent prendre la pilule, on perçoit aujourd'hui une baisse de la satisfaction par rapport à ce moyen contraceptif. Les femmes disent subir des « effets secondaires » et parlent d'effets « nocifs pour la santé ». Les effets secondaires de la contraception effraient désormais 61,1% des personnes y ayant recours, ce qui représente une augmentation de 24% par rapport à 2010. 

D'autre part, le rapport montre que 65% des grossesses non-planifiées sont survenues alors que la femme prenait la pilule. En parallèle, on observe une recrudescence du recours à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).
Faut-il voir un lien entre le manque d'efficacité de la contraception et le recours à l'IVG ? Le rapport de 2012 de la Commission nationale d'évaluation de la loi du 3 avril 1990 relative à l'interruption de grossesse allait déjà dans ce sens. Il révélait ainsi que 30,80% des femmes recourant à une IVG prenaient la pilule dans le mois précédent leur grossesse et que, par ailleurs, il y avait dans 14,89% des cas utilisation du préservatif. Cependant, un article du journal Moustique*, en donne une autre interprétation : cette augmentation des IVG serait plutôt liée à la peur que suscitent les risques de la contraception sur la santé. Isabelle Govaerts, une gynécologue, s'en inquiète : « L'IVG n'est pas un moyen de contraception et c'est un acte traumatisant ». Il y a donc, selon elle, un effort à fournir de la part du personnel médical pour « contrecarrer cet emballement » de la population.

L'étude montre aussi qu'actuellement, 89,4% des jeunes de 17 à 20 ans sont sous contraception.

Source(s) : Solidaris

* G. De Bock, Dossier « Les Belges et la contraception : La pilule en question » dans Moustique du 19 avril 2017.


Articles similaires

Plus de 9.000.000 d’euros pour financer la contraception des jeunes

Plus de 9.000.000 d’euros pour financer la contraception des jeunes

- Contraception

C'est par l'AR du 21 mai 2013 et paru au Moniteur le 20 juin 2013, que le projet pilote réglementant le remboursement des contraceptifs pour les jeunes femmes de moins de 21 ans, a été prolongé pour 2012. Une enveloppe de 9.313.000 euros avait été prévue dans cette optique, soit 300.000 euros de plus que pour 2011.
L'intervention ne concerne pas seulement la pilule, mais également les patchs, les stérilets, les implants, etc. La liste des contraceptifs visés est en principe actualisée tous les...

Lire la suite

La contraception hormonale de moins en moins satisfaisante ?

La contraception hormonale de moins en moins satisfaisante ?

- Contraception

Aux Pays-Bas, de moins en moins de femmes ont recours à la contraception hormonale. En 2017, 1.7 millions de femmes se sont vues prescrire la pilule, l'implant ou le stérilet hormonal, ce qui représente 43 % des femmes en âge de procréer, contre 48 % en 2015.

Si cette baisse de « consommation » concerne tous les âges de 15 à 48 ans, elle est la plus forte parmi les femmes entre 21 et 31 ans. Jusqu'à 21 ans, la contraception est en effet automatiquement remboursée par la sécurité sociale.

La ...

Lire la suite

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

- Contraception

En dépit de la disponibilité de différentes formes fiables de contraceptifs, le nombre d'avortements enregistrés en Belgique continue d'augmenter au fil des ans. En l'espace de 15 ans, on a observé une augmentation de 44%, explique le Dr Weyers.
Parmi les chiffres clefs donnés par l'Etude CHOICE, la Belgique dispose du nombre le plus élevé d'utilisatrices de la pilule (67,4% vs 41,8% en moyenne) et du nombre le plus faible d'utilisateurs de préservatifs (5,3% vs 25,2% en moyenne).
Et toujours ...

Lire la suite