Belgique : dysfonctionnements dans les centres de planning familial

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 09/01/2015

Selon Maxime Prévot (cdH), ministre wallon de la Santé, plusieurs dysfonctionnements ont été relevés au sein des centres de planning familial, notamment « dans les pratiques de distribution des pilules contraceptives et des pilules du lendemain en l'absence de médecins », mentionne le Journal du Médecin.
C'est une des raisons qui ont conduit à la non reconduction de la convention pluriannuelle 2010-2012 fixant les subsides (plus de 100.000 euros) alloués aux fédérations de centres de planning familial, qui distribuent gratuitement pilules contraceptives, pilules abortives du lendemain et préservatifs.
Légalement, seul un médecin ou un pharmacien peut délivrer ces pilules. Mais, en pratique, le manque de médecins consultant dans les centres de planning familial incite ceux-ci à négliger cette disposition légale, qui est pourtant essentielle pour la sécurité et la santé des femmes. Un groupe de travail a été mis sur pieds afin d'étudier une collaboration avec les pharmaciens.
Source : Journal du Médecin
 


Articles similaires

Belgique : rembourser le stérilet et les patchs contraceptifs

Belgique : rembourser le stérilet et les patchs contraceptifs

- Contraception

Affirmant que, si la contraception n'est pas efficace, c'est parce qu'elle est mal utilisée, le Dr. Anne Verougstraete, qui pratique elle-même des avortements, plaide pour des moyens contraceptifs plus efficaces et fiables, et qui ne dépendent pas d'un oubli de la femme.
Or, le stérilet (qui a un effet potentiellement abortif) ou le patch contraceptif coûtent environ 150 euros et ne sont pas remboursés. Même si pour les jeunes filles de moins de 21 ans, la première utilisation est gratuite, le...

Lire la suite

Belgique : enquête sur la contraception

Belgique : enquête sur la contraception

- Contraception

Une enquête sur la contraception a récemment été réalisée en Belgique par Solidaris, sur des individus âgés de 14 à 55 ans. Certains résultats interpellent. Tout d'abord, tandis que la popularité de l'implant, du patch et du stérilet augmente, on observe une remise en cause de certains moyens contraceptifs tels que la pilule ou le préservatif masculin. Alors que 96% des femmes (9% de plus qu'en 2010) disent prendre la pilule, on perçoit aujourd'hui une baisse de la satisfaction par rapport à c...

Lire la suite

Belgique : risques potentiels de la pilule du lendemain

Belgique : risques potentiels de la pilule du lendemain

- Contraception

Un courrier DHPC (Direct Health Care Professionnal Communications), diffusé sous l'autorité de l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé), a récemment été envoyé aux professionnels de la santé afin de les informer de risques potentiels liés à l'utilisation du lévonorgestrel (Norlevo) ainsi que des recommandations pour limiter ces risques.

Mieux connu sous le nom de « Pilule du lendemain », le Levonorgestrel (LNG) fabriqué par la firme Mithra à Liège (Postinor) et par S...

Lire la suite