Un site «je veux avorter.be»

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 22/05/2014

La Fédération des centres de planning familial des Femmes prévoyantes socialistes (FPS) se plaint de la « désinformation propagée sur internet par les sites anti-choix qui font peser sur les femmes confrontées à une grossesse non désirée le poids de la culpabilité. »
Voilà pourquoi elle lance le site www.jeveuxavorter.be pour « une information claire, fiable et sans jugement sur l'avortement ». Mentionnant que « les risques de séquelles physiques sont extrêmement rares », le Dr Julia Laot précise qu'« en ce qui concerne l'aspect émotionnel, chaque femme bénéficie d'un soutien psychologique ».
Dans un article relayé par la presse, on apprend que le « dossier pédagogique sur l'avortement proposé par le Centre d'action laïque, les deux fédérations de planning familial (FLCPF et FCPF-FPS) et le Groupement des centres extra-hospitaliers pratiquant l'avortement (GACEHPA), a fait l'objet de dénonciations. » alors qu'il visait à informer les jeunes dans les écoles à propos de leur vie affective.
Dossier de l'IEB  : Les conséquences psychologiques de l'avortement et liste des Etudes scientifiques relatives au syndrome post-avortement


Articles similaires

Alerte : le PS dépose une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte médical » comme les autres

Alerte : le PS dépose une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte médical » comme les autres

- Avortement

Une nouvelle proposition de loi pour « assouplir » les conditions d'accès à l'avortement a été déposée à la veille du congé parlementaire, en juillet dernier, par le Parti socialiste. Le PS affiche décidément un programme chargé en bioéthique, avec ses deux autres propositions de loi touchant à la liberté de conscience et institutionnelle en matière d'euthanasie. (Voir Bulletin précédent)

Non contents de la sortie de l'avortement du Code pénal en octobre 2018, les députés socialistes estiment...

Lire la suite

Les avortements forcés continuent en Chine

Les avortements forcés continuent en Chine

- Avortement

La « politique des deux enfants » a de nouveau fait une victime en Chine : une femme enceinte de son troisième enfant a été forcée d'avorter après qu'on la menace d'envoyer son frère en camp d'internement.

Bien qu'étendue à deux enfants depuis le 1er janvier 2016, la « politique de l'enfant unique » chinoise (instaurée en 1979) expose les femmes à un choix « imposé » à partir du troisième enfant : avorter ou bien régler des amendes dissuasives et subir des menaces. (Voir Bulletin de l'IEB)

E...

Lire la suite

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

- Avortement

La loi belge relative à l'interruption volontaire de grossesse n'évoque pas l'âge de la femme. C'est pourquoi les établissements pratiquant l'avortement cherchent à « évaluer », au cas par cas, la maturité de la jeune fille au cours des différents entretiens qui précèdent l'avortement. Ils lui conseilleront généralement de se faire accompagner par un adulte de son choix qui pourra la soutenir psychologiquement et qui veillera à ce qu'elle soit soignée rapidement en cas de complication médicale...

Lire la suite