Révision de la loi avortement en Alabama : la femme, toujours victime, ne sera jamais condamnée

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 16/05/2019

« Une femme qui avorte ne sera pas condamnée, étant considérée comme victime, mais le médecin qui pratique l'avortement en revanche encoure une peine allant de 10 à 99 ans de prison. » C'est ce que prévoit la nouvelle loi adoptée par la gouverneure d'Alabama Kay Ivey ce mercredi 15 mai 2019.   « Notre position est simplement que l'enfant à naître est une personne, et le projet de loi va directement dans ce sens » a déclaré le représentant de l'Etat, Rich Wingo.

La loi édicte toutefois qu'en cas de danger pour la santé de la mère ou de malformation foetale létale, l'avortement pourra être pratiqué.   L'année dernière, les électeurs d'Alabama avaient adopté un nouvel amendement dans leur Constitution, stipulant que « la politique publique de cet État consiste à reconnaître et à soutenir le caractère sacré de la vie à naître et les droits des enfants à naître, y compris le droit à la vie. » 

La sénatrice Terri Collins, représentante du projet de loi, a déclaré après le vote : « Ce projet de loi a pour objectif de remettre en question le Roe v. Wade [l'arrêt de la Cour suprême autorisant l'avortement aux Etats-Unis] et de protéger la vie des enfants à naître, car le bébé à naître est une personne qui mérite amour et protection. » En effet, les promoteurs de la nouvelle loi espèrent que la Cour Suprême des Etats-Unis reverra à la baisse sa législation sur l'avortement. Différents Etats des Etats-Unis ont récemment réformé en ce sens leurs lois avortement : l'Iowa, le Mississipi, la Géorgie, entre autres (voir news : Iowa : tolérer l'avortement jusqu'aux battements de coeur ?)


Sources : Medisch Contact - The New York Times - The Guardian -Alabama legislature (legislature.state.al.us)


Articles similaires

Le Luxembourg et l’avortement

Le Luxembourg et l’avortement

- Avortement

Au Luxembourg, l'avortement reste un geste exceptionnel. Dépénalisé depuis 2012 jusqu'à 12 semaines de grossesse, il ne se pratique pas en milieu hospitalier. L'encadrement en est très strict avec de nombreuses conditions restrictives notamment en ce qui concerne l'entretien préalable. Hors de ce cadre strict il est lourdement pénalisé.

De même l'objection de conscience des praticiens et auxiliaires médicaux est totale.
Seulement un petit quart des avortements concerne les Luxembourgeois de ...

Lire la suite

AVORTEMENT

- Avortement

 

 

 

 

 

 

o    Brésil : vers une décriminalisation de l'avortement ?

o    France : inquiétude face à l'adoption du « délit d'entrave numérique à l'IVG »

o    Pays-Bas : avortements tardifs réalisés dans les hôpitaux belges

o    Belgique: vers une sortie de l'avortement du code pénal ?

o    Belgique : l'avortement, une question de "santé publique"

o    OMS : 56 millions d'avortements connus dans le monde en 2015

o    Italie : le Conseil de l'Europe met la pression sur les médecins...

Lire la suite

L’avortement en Europe : derniers chiffres et évolutions - Flash Expert

L’avortement en Europe : derniers chiffres et évolutions - Flash Expert

- Avortement

Nouveau Flash Expert : ICI

En terme de variation en pourcentages depuis 2004, la Belgique s'inscrit parmi les pays qui connaissent la plus forte augmentation du nombre d'avortements (+22%).

Eurostat, le service de statistiques de l'Union européenne, a récemment publié les derniers chiffres disponibles sur les avortements déclarés en 2016 dans différents pays du continent européen. Pour les pays dont les données ne figurent pas encore dans les statistiques d'Eurostat, l'Institut Européen de B...

Lire la suite