Révision de la loi avortement en Alabama : la femme, toujours victime, ne sera jamais condamnée

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 16/05/2019

« Une femme qui avorte ne sera pas condamnée, étant considérée comme victime, mais le médecin qui pratique l'avortement en revanche encoure une peine allant de 10 à 99 ans de prison. » C'est ce que prévoit la nouvelle loi adoptée par la gouverneure d'Alabama Kay Ivey ce mercredi 15 mai 2019.   « Notre position est simplement que l'enfant à naître est une personne, et le projet de loi va directement dans ce sens » a déclaré le représentant de l'Etat, Rich Wingo.

La loi édicte toutefois qu'en cas de danger pour la santé de la mère ou de malformation foetale létale, l'avortement pourra être pratiqué.   L'année dernière, les électeurs d'Alabama avaient adopté un nouvel amendement dans leur Constitution, stipulant que « la politique publique de cet État consiste à reconnaître et à soutenir le caractère sacré de la vie à naître et les droits des enfants à naître, y compris le droit à la vie. » 

La sénatrice Terri Collins, représentante du projet de loi, a déclaré après le vote : « Ce projet de loi a pour objectif de remettre en question le Roe v. Wade [l'arrêt de la Cour suprême autorisant l'avortement aux Etats-Unis] et de protéger la vie des enfants à naître, car le bébé à naître est une personne qui mérite amour et protection. » En effet, les promoteurs de la nouvelle loi espèrent que la Cour Suprême des Etats-Unis reverra à la baisse sa législation sur l'avortement. Différents Etats des Etats-Unis ont récemment réformé en ce sens leurs lois avortement : l'Iowa, le Mississipi, la Géorgie, entre autres (voir news : Iowa : tolérer l'avortement jusqu'aux battements de coeur ?)


Sources : Medisch Contact - The New York Times - The Guardian -Alabama legislature (legislature.state.al.us)


Articles similaires

Les soignants opposés à la proposition de loi avortement demandent à être reçus par les députés

Les soignants opposés à la proposition de loi avortement demandent à être reçus par les députés

- Avortement

Ce mardi 10 mars, un collectif de médecins, gynécologues et sages-femmes issus des quatre coins du pays, représentant pas moins de 2500 soignants francophones et néerlandophones, ont pris la parole lors d'une conférence de presse à Bruxelles. Ils ont exprimé leur inquiétude et leur exaspération face aux silences répétés des parlementaires à leur égard, quant à la proposition de loi sur l'avortement.

Le Dr Salmon a d'abord rappelé les 4 mesures principales de cette loi :

allongement brutal d...

Lire la suite

Les sages-femmes montent au créneau

Les sages-femmes montent au créneau

- Avortement

Le rôle des sages-femmes a un impact positif essentiel pour la santé des futures mères et des nouveaux-nés, que ce soit dans les pays industrialisés ou en voie de développement, ressort-il d'un dossier spécial qui leur est consacré dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet.
Les auteurs du dossier invitent dès lors les gouvernements à reconnaître le "potentiel vital" des sages-femmes pour sauver des vies dans le monde. Ils mettent également en avant les preuves d'une tendance à...

Lire la suite

Nouveau Flash Expert : RU-486 ou l'avortement médicamenteux

Nouveau Flash Expert : RU-486 ou l'avortement médicamenteux

- Avortement

Le recours à l'avortement médicamenteux va croissant, et cette méthode est en passe de devenir la méthode abortive la plus utilisée. En Belgique, elle représentait 28% des avortements en 2017, contre seulement 15% en 2008. En France, elle se pratiquait déjà dans près de 70% des cas en 2018.

Ce Flash expert vous propose une explication synthétique de l'avortement médicamenteux. Un procédé lourd pour la femme, contrairement à une idée largement répandue.

Comment ce produit abortif agit-il ?

L...

Lire la suite