Registre des médecins et auxiliaires disposés à participer à une interruption de grossesse

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 31/05/2011

Le  5 mai 2011, une proposition de loi a été déposée devant le Sénat (Bart Laeremans et consorts) visant à modifier le code pénal dans ses dispositions relatives à l'avortement. Les auteurs constatent qu'actuellement, les médecins, infirmiers et auxiliaires médicaux qui ne souhaitent pas concourir à une interruption de grossesse doivent le manifester expressément. Les auteurs s'inquiètent que de nombreux médecins et infirmiers stagiaires sont intimidés ou craignent que leur refus puisse avoir une influence négative sur le rapport de stage que feront leurs professeurs. Ils pourraient dès lors, par crainte des conséquences, se sentir obligés de s'associer à des pratiques que leur conscience réprouve. Les auteurs proposent de renverser la situation et considérer que les médecins, les infirmiers et les auxiliaires médicaux refusent de concourir à un avortement, à moins qu'ils fassent savoir expressément qu'ils y sont disposés. Leurs noms seraient repris dans une liste mise à jour annuellement.
 
 


Articles similaires

Belgique : pénurie de médecins formés à l’avortement

Belgique : pénurie de médecins formés à l’avortement

- Avortement

Près de 15 ans après l'adoption par le parlement belge de la loi dépénalisant l'avortement, la Belgique fait face à une pénurie croissante de médecins prêts à s'engager dans cette pratique. Cette difficulté est particulièrement criante dans la province de Luxembourg, comme le centre de planning familial des femmes prévoyantes socialistes d'Arlon en fait état.
Cette situation s'explique pour partie en raison de l'absence de formation des jeunes médecins à la pratique de l'interruption volontair...

Lire la suite

Des médecins belges "hors-la-loi" en matière d'avortement

Des médecins belges "hors-la-loi" en matière d'avortement

- Avortement

« L'avortement continue à être pratiqué hors-la-loi en Belgique, soit par 'méconnaissance', soit par 'nécessité' » titraient plusieurs médias belges à l'issue de le dernière audition organisée au parlement quant à l'opportunité de sortir totalement l'IVG du Code pénal.

Depuis la dépénalisation partielle de l'interruption volontaire de grossesse en 1990, les médecins peuvent avorter les femmes qui le leur demandent moyennant le respect de certaines conditions (délai de réflexion, état de détre...

Lire la suite

Pays-Bas: les médecins doivent expliquer clairement les alternatives à l’avortement

Pays-Bas: les médecins doivent expliquer clairement les alternatives à l’avortement

- Avortement

Les responsables politiques du Staat Gereformeerd Partij (SGP), ont fait une proposition de loi demandant que chaque médecin ait l'obligation d'informer les femmes en demande d'avortement quant aux alternatives disponibles. « Si le médecin présente une information neutre et complète quant aux aides, - accouchement anonyme, adoption, placement dans une famille d'accueil, soutien de professionnels - c'est alors que la femme fera vraiment un choix libre. »

Le SGP relate le témoignage de femmes :...

Lire la suite