Québec : la pilule abortive n’est pas une pilule comme une autre

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 26/03/2018

La pilule abortive, qui n'est pas à confondre avec la contraception orale d'urgence, permet de provoquer l'interruption d'une grossesse jusqu'à 9 semaines de grossesse (jusqu'au 63e jour). Elle est depuis peu disponible au Québec, sur simple prescription médicale.

Le Collège des médecins du Québec a publié en décembre 2017 des directives cliniques pour encadrer ce type d'avortement médical et les procédures qui y sont associées. Il réitère aujourd'hui l'importance pour tout médecin d'en tenir compte.

L'avortement par pilule abortive est un avortement qui doit lui aussi être suivi par des gynécologues et obstétriciens formés en la matière. Une formation théorique et pratique couvrant l'ensemble des procédures d'interruptions de grossesse est requise, afin que le médecin soit à même de juger avec certitude que le type d'avortement qu'il prescrit à sa patiente est le mieux adapté. Le processus nécessite également une évaluation médicale complète, un soutien psychologique et un suivi appropriés.

Le Collège insiste donc que tous les médecins ne sont pas aptes à ordonner des avortements par pilule abortive, puisqu'il ne s'agit pas simplement de prescrire cette pilule.

En Belgique, la pilule abortive peut être prise jusqu'à 7 semaines de grossesse. Comme au Québec, elle ne se vend pas en pharmacie, mais est uniquement délivrée aux médecins habilités à pratiquer des avortements. Les médecins sont tenus d'en justifier chaque utilisation, et d'en garder une trace dans le dossier médical de la patiente.

 Sources : CMG.org


Articles similaires

Pays-Bas : la pilule abortive en vente chez le pharmacien ?

Pays-Bas : la pilule abortive en vente chez le pharmacien ?

- Avortement

Un produit reconnu officiellement comme abortif pourrait bientôt être disponible en pharmacie aux Pays-Bas, sur simple présentation d'une prescription d'un médecin généraliste.
Le Sunmedabon est une combinaison de mifépristone et de misoprostol assemblés dans un même conditionnement, et dont l'action conjuguée est depuis longtemps utilisée pour les avortements médicamenteux.
Le Sunmedabon a été développé par une firme indienne, Sunpharma, à la demande de l'Organisation Mondiale de la Santé (OM...

Lire la suite

Avortements, pilules et stérilets

Avortements, pilules et stérilets

- Avortement

Dans une question écrite du 23 janvier 2013, Monsieur Bert Anciaux a interpellé Madame Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la santé publique sur la nette augmentation du nombre d'avortements, surtout parmi les femmes de 20 à 35 ans. Il a notamment relevé que 70% d'entre elles n'ont jamais été mariées, 50% n'ont pas encore d'enfant et que 30% avaient déjà avorté auparavant. Frappé par le fait que 50% de ces femmes n'employaient pas de contraception, il a également interpellé la minis...

Lire la suite

Un gynécologue ose qualifier l’avortement comme étant un homicide

Un gynécologue ose qualifier l’avortement comme étant un homicide

- Avortement

A l'affirmation d'une journaliste selon laquelle pratiquer un avortement ne serait pas un homicide, le Dr. Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues français (Syngof), a répliqué : « Si, Madame (...) Les choses auxquelles je ne crois pas, je ne les fais plus. (...) Nous ne sommes pas là pour retirer des vies. (...) Moi, en tant que médecin, je ne suis pas forcé d'avoir votre opinion, et si je ne l'ai pas, la loi me protège. Et ma conscience aussi. » Le médecin s'est ensuite e...

Lire la suite