Prévenir l’avortement face à une grossesse inattendue

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 25/10/2017

Face à une grossesse inattendue, la femme se trouve souvent seule et démunie, et parfois poussée vers la solution de l'avortement. C'est pour rompre ce cercle de la solitude et de la panique qu'une initiative s'est développée depuis 2009 en Flandre : « Een buddy bij de wieg ».
Les familles démunies socialement et vulnérables peuvent faire appel à un bénévole qui les accompagnera tout au long de la grossesse et jusqu'à ce que l'enfant ait un an. Le « buddy » prend contact chaque semaine avec la famille dont il s'occupe et l'assure d'un soutien émotionnel mais aussi d'une aide pratique. Il permet de rompre l'isolement dans lequel se trouve la famille, apporte une éducation à la santé, aide avec les procédures administratives… En bref, c'est une personne de confiance, un coach pour la famille en question.

Aujourd'hui, ce sont des étudiants en formation en obstétrique à l'Erasmushogeschool à Bruxelles qui vont participer à ce programme et rejoindre les bénévoles déjà sur le terrain.

En ce moment « Een buddy bij de wieg » accompagne 15 familles à Gand. Le projet s'est également implanté à Hasselt, Turnhout, Anvers et Rotterdam, et depuis 2017, d'autres projets démarrent à Sint-Niklaas, Ronse, Bruxelles et Asse.

Une enquête de Katrien Beeckman, de l'UZ Brussel a en effet montré combien les femmes fragilisées reçoivent généralement moins de soins. A Bruxelles, près de 30 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté en 2016 et un enfant sur 5 nait dans une famille où il n'y a aucun salaire. L'aide apportée par les étudiants en obstétrique et autres bénévoles est donc la bienvenue.

Source : solidariteit.be


Articles similaires

Vers une pénurie des médecins pratiquant l'avortement en Belgique ?

Vers une pénurie des médecins pratiquant l'avortement en Belgique ?

- Avortement

Cela fait 23 ans que l'avortement est autorisé en Belgique. " Il est urgent que d'autres universités que l'ULB s'impliquent dans la formation des jeunes généralistes pratiquant l'avortement, au risque d'aboutir à une pénurie, et donc d'en limiter l'accès au droit " a écrit le docteur Dominique Roynet dans l'état des lieux 2013 du Centre d'Action Laïque (CAL) sur l'avortement.
Celle-ci dénonce également le recours abusif à l'avortement médicamenteux (méthode qui n'est ni simple ni indolore) pou...

Lire la suite

Etats-Unis : la Cour suprême valide une loi du Texas restreignant l'avortement

Etats-Unis : la Cour suprême valide une loi du Texas restreignant l'avortement

- Avortement

Mardi 19 novembre, la Cour suprême des Etats-Unis a confirmé l'application de la loi restreignant l'accès à l'avortement, adoptée en juillet dernier par le Parlement du Texas. Par cinq voix contre quatre, les juges "ont validé la législation qui contraint notamment les médecins pratiquant des avortements à être habilités à faire admettre en priorité leurs patientes dans un hôpital situé à moins de 50 kilomètres en cas de complications". Ce texte "entrainerait la fermeture de plus d'un tiers de...

Lire la suite

Belgique : autour de l’avortement, c’est la liberté d’expression qui est menacée

Belgique : autour de l’avortement, c’est la liberté d’expression qui est menacée

- Avortement

A l'heure où plusieurs lobbies ont entamé récemment une campagne visant à sortir l'avortement du code pénal, la conjonction de deux événements, à savoir un cours de philosophie dispensé à l'Université Catholique de Louvain par le professeur Stéphane Mercier - où ce dernier déployait un argumentaire qualifiant l'avortement de meurtre - et une interview radio de la porte-parole de la Marche pour la Vie, Constance du Bus, a permis de faire surgir, au-delà du débat souvent brimé sur l'avortement, ...

Lire la suite