Prévenir l’avortement face à une grossesse inattendue

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 25/10/2017

Face à une grossesse inattendue, la femme se trouve souvent seule et démunie, et parfois poussée vers la solution de l'avortement. C'est pour rompre ce cercle de la solitude et de la panique qu'une initiative s'est développée depuis 2009 en Flandre : « Een buddy bij de wieg ».
Les familles démunies socialement et vulnérables peuvent faire appel à un bénévole qui les accompagnera tout au long de la grossesse et jusqu'à ce que l'enfant ait un an. Le « buddy » prend contact chaque semaine avec la famille dont il s'occupe et l'assure d'un soutien émotionnel mais aussi d'une aide pratique. Il permet de rompre l'isolement dans lequel se trouve la famille, apporte une éducation à la santé, aide avec les procédures administratives… En bref, c'est une personne de confiance, un coach pour la famille en question.

Aujourd'hui, ce sont des étudiants en formation en obstétrique à l'Erasmushogeschool à Bruxelles qui vont participer à ce programme et rejoindre les bénévoles déjà sur le terrain.

En ce moment « Een buddy bij de wieg » accompagne 15 familles à Gand. Le projet s'est également implanté à Hasselt, Turnhout, Anvers et Rotterdam, et depuis 2017, d'autres projets démarrent à Sint-Niklaas, Ronse, Bruxelles et Asse.

Une enquête de Katrien Beeckman, de l'UZ Brussel a en effet montré combien les femmes fragilisées reçoivent généralement moins de soins. A Bruxelles, près de 30 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté en 2016 et un enfant sur 5 nait dans une famille où il n'y a aucun salaire. L'aide apportée par les étudiants en obstétrique et autres bénévoles est donc la bienvenue.

Source : solidariteit.be


Articles similaires

Commission d’évaluation de l’IVG : toujours 1 avortement pour 7 naissances

Commission d’évaluation de l’IVG : toujours 1 avortement pour 7 naissances

- Avortement

Ce mardi 11 février, la Commission nationale d'évaluation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) a présenté au Parlement fédéral les derniers chiffres sur la pratique de l'avortement, et ce, alors que les députés examinent une nouvelle proposition de loi sur l'avortement. Aux trois rapports successifs pour les années 2012-2013, 2014-2015, et 2016-2017, s'ajoutent dix-huit recommandations formulées par la majorité de la Commission, ainsi qu'un mémorandum minoritaire du Dr. Kortmann.

...

Lire la suite

Belgique : l’avortement, une question de "santé publique"

Belgique : l’avortement, une question de "santé publique"

- Avortement

Dans une tribune publiée le 21 juin 2016 dans le journal L'Echo, Christine Defraigne, présidente du Sénat belge, exprime son inquiétude par rapport à des propositions de loi visant à permettre une meilleure reconnaissance des enfants nés sans vie. (cf. Bulletin de l'IEB)

Selon elle, ces mesures prises afin de faciliter le deuil des parents d'enfants mort-nés vont à l'encontre du « droit » à l'avortement. « Donner un statut au foetus c'est aussi s'attaquer à la liberté de la femme de poursuivr...

Lire la suite

Avortement de mère en fille ?

Avortement de mère en fille ?

- Avortement

Les adolescentes dont les mères ont avorté sont 2,5 fois  plus susceptibles d'avoir elles aussi recours à l'avortement, selon une étude publiée dans le Journal de l'association médicale canadienne.

Pour tenter d'approfondir cet aspect d'une possible influence intergénérationnelle sur la vie sexuelle des jeunes en général, 431.623 jeunes femmes nées en Ontario ont été interrogées. Parmi elles, 73.518 ont une maman qui a subi au moins un avortement.

Au sein de cette sous-catégorie, une jeune...

Lire la suite