Prévenir l’avortement face à une grossesse inattendue

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 25/10/2017

Face à une grossesse inattendue, la femme se trouve souvent seule et démunie, et parfois poussée vers la solution de l'avortement. C'est pour rompre ce cercle de la solitude et de la panique qu'une initiative s'est développée depuis 2009 en Flandre : « Een buddy bij de wieg ».
Les familles démunies socialement et vulnérables peuvent faire appel à un bénévole qui les accompagnera tout au long de la grossesse et jusqu'à ce que l'enfant ait un an. Le « buddy » prend contact chaque semaine avec la famille dont il s'occupe et l'assure d'un soutien émotionnel mais aussi d'une aide pratique. Il permet de rompre l'isolement dans lequel se trouve la famille, apporte une éducation à la santé, aide avec les procédures administratives… En bref, c'est une personne de confiance, un coach pour la famille en question.

Aujourd'hui, ce sont des étudiants en formation en obstétrique à l'Erasmushogeschool à Bruxelles qui vont participer à ce programme et rejoindre les bénévoles déjà sur le terrain.

En ce moment « Een buddy bij de wieg » accompagne 15 familles à Gand. Le projet s'est également implanté à Hasselt, Turnhout, Anvers et Rotterdam, et depuis 2017, d'autres projets démarrent à Sint-Niklaas, Ronse, Bruxelles et Asse.

Une enquête de Katrien Beeckman, de l'UZ Brussel a en effet montré combien les femmes fragilisées reçoivent généralement moins de soins. A Bruxelles, près de 30 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté en 2016 et un enfant sur 5 nait dans une famille où il n'y a aucun salaire. L'aide apportée par les étudiants en obstétrique et autres bénévoles est donc la bienvenue.

Source : solidariteit.be


Articles similaires

Bruxelles: les manifestantes pro-avortement reconnaissent la réalité de l’enfant.

Bruxelles: les manifestantes pro-avortement reconnaissent la réalité de l’enfant.

- Avortement

La Caravane des femmes a déambulé le dimanche 9 septembre à Bruxelles. Les 1.650 manifestantes « exigent qu'une femme enceinte puisse décider en toute liberté de poursuivre ou non sa grossesse », et d'ajouter « La loi doit reconnaître le droit de chaque femme à décider elle-même si elle souhaite ou non avoir des enfants, quand en avoir et avec qui ».

Le visage de l'enfant apparaît donc dans la revendication. Il ne s'agit plus d'un amas de cellules humaines. L'enfant est nommé et rejoint la r...

Lire la suite

Un gynécologue ose qualifier l’avortement comme étant un homicide

Un gynécologue ose qualifier l’avortement comme étant un homicide

- Avortement

A l'affirmation d'une journaliste selon laquelle pratiquer un avortement ne serait pas un homicide, le Dr. Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues français (Syngof), a répliqué : « Si, Madame (...) Les choses auxquelles je ne crois pas, je ne les fais plus. (...) Nous ne sommes pas là pour retirer des vies. (...) Moi, en tant que médecin, je ne suis pas forcé d'avoir votre opinion, et si je ne l'ai pas, la loi me protège. Et ma conscience aussi. » Le médecin s'est ensuite e...

Lire la suite

La Pologne interdit les avortements eugéniques

La Pologne interdit les avortements eugéniques

- Avortement

Le 22 octobre dernier, le Tribunal constitutionnel polonais a rendu une décision historique par rapport à la vie naissante, déclarant inconstitutionnel l'article de loi - datant de 1993 - qui autorise l'avortement sur base d'une malformation grave ou d'une maladie mortelle chez l'enfant à naître. Le Tribunal a qualifié ces avortements de pratiques eugéniques. Autorisés jusqu'à la fin de la grossesse, ces avortements induisent en effet un tri sélectif entre les enfants à naître sains et ceux po...

Lire la suite