Pénurie de médecins pratiquant l’avortement ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 12/08/2013

C'est dans une publication du Centre d'action laïque (CAL) que le Dr Dominique Roynet, partage sa vision à propos de la pratique de l'avortement en Belgique. " Faire des avortements ne s'improvise pas : outre une expertise de la technique de vacu-aspiration sous anesthésie locale, il faut maîtriser la dimension relationnelle et émotionnelle de cet acte peu banal dans la vie d'une femme, pouvoir travailler en équipe pluridisciplinaire et accepter d'être mal payé. " C'est pourquoi, selon elle, il est "urgent" que d'autres universités que l'ULB s'impliquent dans la formation des jeunes généralistes pratiquant l'avortement, au risque de courir le risque d'une pénurie de médecins, et donc d'en limiter l'accès. Le Dr Roynet dénonce également le recours abusif à l'avortement médicamenteux (méthode qui n'est ni simple ni indolore) pour interrompre des grossesses tardives qui, souligne-t-elle, ne peut constituer une solution de rechange face à la pénurie, en ce qu'elle est irrespectueuse de la fragilité psychologique des femmes.
Dominique Roynet rappelle qu'en Belgique, quelque 15.000 avortements par an sont pratiqués dans des centres extra hospitaliers par environs 80 généralistes, dont la majorité ont 50 ans et plus. " Depuis la génération militante des années '70-'80, la relève a été très mal assurée et la formation 'sur le tas' de quelques médecins motivés a souvent abouti à leur abandon de la pratique ", ajoute-t-elle.
Dans une réponse à une question écrite de Zoé Genot (Ecolo), la ministre Onkelinx a indiqué que " les données transmises font état du fait que le droit à l'avortement n'est pas menacé dans les faits à l'heure actuelle. "Quant au futur, elle s'engage à suivre la situation de près.

Rapport 2011 de la Commission d'évaluation de la loi dépénalisant l'avortement : ICI
Source : La Libre 26/07/2013


 


Articles similaires

Moins d’avortements pendant le confinement : pourquoi ?

Moins d’avortements pendant le confinement : pourquoi ?

- Avortement

Les plannings familiaux ont connu pendant le confinement une forte baisse de fréquentation et une chute des demandes d'avortement. Parallèlement, au Royaume-Uni, les ventes de pilules dites "du lendemain" ont chuté de 50% entre mars et avril 2020. Même si depuis le déconfinement, les demandes d'avortement sont reparties à la hausse en Belgique, on ne constate pas d'augmentation dans les demandes d'avortement tardif.

On se souvient pourtant de la façon dont la Fédération laïque des centres de ...

Lire la suite

Belgique : l’avortement : exception ou droit des femmes ?

Belgique : l’avortement : exception ou droit des femmes ?

- Avortement

A l'occasion du 26ème anniversaire de la loi Lallemand-Michielsen du 3 avril 1990 dépénalisant l'avortement, certains députés belges, encouragés par la plateforme « Abortion Right ! », renouvellent une tentative d'élargissement et de normalisation de l'avortement.

S'il s'agissait l'an dernier d'étendre le délai de l'avortement au-delà des 12 semaines légales actuelles (cf. : Bulletin de l'IEB ), une nouvelle proposition de loi déposée par les députés fédéraux DéFI Olivier Maingain et Véroniqu...

Lire la suite

Un tribunal allemand confirme l’amende d’un médecin ayant « promu » l’avortement

Un tribunal allemand confirme l’amende d’un médecin ayant « promu » l’avortement

- Avortement

L'amende infligée au Dr Kristina Hänel, pour avoir fait savoir sur internet qu'elle pratiquait des avortements, a été confirmée par le tribunal allemand. Le tribunal de Giessen avait condamné en première instance le Dr Hänel à une peine de 6.000 euros, appliquant l'article 219a du Code pénal allemand qui punit la promotion et la publicité pour l'avortement.

Ne voulant pas s'exprimer sur le fond de l'affaire, le tribunal a invité à régler la question sur le plan politique. « Vous devez consid...

Lire la suite