Pays-Bas: les médecins doivent expliquer clairement les alternatives à l’avortement

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 22/08/2018

Les responsables politiques du Staat Gereformeerd Partij (SGP), ont fait une proposition de loi demandant que chaque médecin ait l'obligation d'informer les femmes en demande d'avortement quant aux alternatives disponibles. « Si le médecin présente une information neutre et complète quant aux aides, - accouchement anonyme, adoption, placement dans une famille d'accueil, soutien de professionnels - c'est alors que la femme fera vraiment un choix libre. »

Le SGP relate le témoignage de femmes : « Je n'aurai jamais choisi d'avorter si le médecin m'avait expliqué qu'avec les aides disponibles, j'aurais eu la possibilité de garder mon petit. »

Selon le SGP, les médecins des centres de planning et d'avortement ne se préoccupent pas de donner ces alternatives, croyant à tort que la femme a déjà fait son choix. Et de proposer que ce soient les médecins de famille, indépendants des centres de planning, qui fournissent ces informations.

Source : Medisch Contact

Prochainement, nouvreau site "www.jesuisenceinte.be" reprenant les aides disponibles et des lieux d'écoute pour la Belgique.

 


Articles similaires

Pourquoi l’avortement n’est pas un acte médical

Pourquoi l’avortement n’est pas un acte médical

- Avortement

L'actualité exige d'être clair sur les enjeux en matière d'avortement. C'est pourquoi, ce Flash Expert  peut contribuer à enrichir la réflexion.

L'avortement est parfois présenté comme un « acte médical » au motif que sa pratique est confiée par la loi à un médecin. Or, il faut examiner la nature d'un acte, déterminée entre autres par sa finalité, et non pas uniquement la qualité de celui qui le pose, pour conclure qu'il constitue ou non un acte médical. Deux pages pour comprendre et argument...

Lire la suite

Moins d’avortements pendant le confinement : pourquoi ?

Moins d’avortements pendant le confinement : pourquoi ?

- Avortement

Les plannings familiaux ont connu pendant le confinement une forte baisse de fréquentation et une chute des demandes d'avortement. Parallèlement, au Royaume-Uni, les ventes de pilules dites "du lendemain" ont chuté de 50% entre mars et avril 2020. Même si depuis le déconfinement, les demandes d'avortement sont reparties à la hausse en Belgique, on ne constate pas d'augmentation dans les demandes d'avortement tardif.

On se souvient pourtant de la façon dont la Fédération laïque des centres de ...

Lire la suite

Extension du "droit" à l'avortement au Luxembourg

Extension du "droit" à l'avortement au Luxembourg

- Avortement

Ce mardi 2 décembre, la Chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg a adopté par 38 voix contre 22, une loi libéralisant une fois de plus l'avortement, après une loi de novembre 2012 qui avait elle-même libéralisé la loi de 1978. Le texte original de 1978 correspondait plus ou moins à la loi française dite Loi Veil. La nouvelle loi étend encore le « droit » à l'avortement, en supprimant notamment la notion de détresse ou encore la deuxième consultation obligatoire pour les femmes souhaita...

Lire la suite