Pays-Bas : la pilule abortive en vente chez le pharmacien ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 15/04/2015

Un produit reconnu officiellement comme abortif pourrait bientôt être disponible en pharmacie aux Pays-Bas, sur simple présentation d'une prescription d'un médecin généraliste.
Le Sunmedabon est une combinaison de mifépristone et de misoprostol assemblés dans un même conditionnement, et dont l'action conjuguée est depuis longtemps utilisée pour les avortements médicamenteux.
Le Sunmedabon a été développé par une firme indienne, Sunpharma, à la demande de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Différentes branches des Nations-Unies participent ainsi à la distribution de ce produit abortif dans les pays où les femmes n'auraient pas accès à des structures d'avortement. C'est dans ce cadre restreint que Sunpharma aurait obtenu de vendre son produit sur le marché européen. Dans les précautions d'usage et la notice, il est indiqué que ce produit abortif peut uniquement être délivré dans un centre où les infrastructures sont disponibles non seulement pour assurer des opérations chirurgicales et de transfusions sanguines en urgences, mais aussi de réanimation, ce qui exclut d'office le simple cadre du médecin généraliste.
Les instances officielles aux Pays-Bas se questionnent quant à la légalité de cette vente en officine sur simple prescription médicale, position contestée par Rebecca Gomperts et Gunilla Kleiverda, du lobby féministe « Women on Waves (WoW) », promouvant l'avortement et qui propose d'organiser des cours du soir pour les médecins afin de les informer sur l'usage du Sunmeadbon.
WoW affirme en effet qu'on ne parle pas de grossesse avant 44 jours d'aménorrhée (16 jours de retard ) et que, dès lors, la loi dépénalisant l'avortement ne s'applique pas. Pour l'autorité d'inspection de la santé (Inspectie voor de Gezondheidszorg (IGZ)), ce raisonnement ne tient pas : le médecin qui prescrirait le Sunmedabon pourrait donc être poursuivi.

Source : http://medischcontact.artsennet.nl/


 


Articles similaires

Québec : la pilule abortive n’est pas une pilule comme une autre

Québec : la pilule abortive n’est pas une pilule comme une autre

- Avortement

La pilule abortive, qui n'est pas à confondre avec la contraception orale d'urgence, permet de provoquer l'interruption d'une grossesse jusqu'à 9 semaines de grossesse (jusqu'au 63e jour). Elle est depuis peu disponible au Québec, sur simple prescription médicale.

Le Collège des médecins du Québec a publié en décembre 2017 des directives cliniques pour encadrer ce type d'avortement médical et les procédures qui y sont associées. Il réitère aujourd'hui l'importance pour tout médecin d'en tenir...

Lire la suite

Avortements, pilules et stérilets

Avortements, pilules et stérilets

- Avortement

Dans une question écrite du 23 janvier 2013, Monsieur Bert Anciaux a interpellé Madame Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la santé publique sur la nette augmentation du nombre d'avortements, surtout parmi les femmes de 20 à 35 ans. Il a notamment relevé que 70% d'entre elles n'ont jamais été mariées, 50% n'ont pas encore d'enfant et que 30% avaient déjà avorté auparavant. Frappé par le fait que 50% de ces femmes n'employaient pas de contraception, il a également interpellé la minis...

Lire la suite

Certains pharmaciens belges aident inconsciemment les Néerlandais à s'euthanasier

Certains pharmaciens belges aident inconsciemment les Néerlandais à s'euthanasier

- Euthanasie et suicide assisté

Début février 2012, un documentaire néerlandais intitulé Medeleven a révélé qu' "une organisation néerlandaise, qui a pour objectif d'informer les gens qui veulent mourir sur la manière d'y parvenir, leur conseille d'aller acheter des pilules dans les pharmacies en Belgique". Le 3 février 2012 le quotidien belge De Morgen écrivait en effet qu'il semblerait que les pharmaciens belges soient "plus enclins à fournir les pilules nécessaires, sans prescription médicale".
Le documentaire suit un cas...

Lire la suite