Parlement européen : résolution pour imposer un « droit à l’avortement »

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 23/03/2015

L'eurodéputé belge Marc Tarabella (socialiste) a remis il y a peu un rapport et une proposition de résolution visant, entre autres, à imposer l'avortement comme un droit fondamental applicable à l'ensemble des pays membres de l'Union européenne. Et ce, malgré que les questions politiques familiales soient hors du champ de la compétence législative de l'Union, les parlements nationaux étant les seuls compétents pour légiférer sur ces sujets (principe de subsidiarité).
Au nom de la « défense des valeurs fondamentales de l'Union européenne », une majorité de parlementaires, principalement socialistes et issus des pays du Nord, viennent de voter cette résolution, mettant dès lors à mal le principe de subsidiarité sur ces questions : ce vote au Parlement européen pourrait constituer un moyen de forcer des évolutions au sein des législations nationales de chaque État, surtout ceux qui ont partiellement résisté à la dépénalisation de l'avortement (Malte, Pologne, Irlande).

Un rapport semblable avait précédé celui de  Tarabella : le rapport Estrela, du nom d'une députée européenne socialiste qui, le 10 décembre 2013, avait présenté au Parlement européen un texte réclamant, pour les femmes, un accès généralisé à la contraception et à l'avortement (qualifiés de « droits fondamentaux ») et un recours facilité à la PMA, une éducation sexuelle pour tous les enfants à l'école et une initiation à l'égalité de genre pour les femmes. Ce rapport avait suscité une forte réaction des défenseurs de la famille et, par 334 voix contre 327, à une résolution alternative avait été adoptée, précisant que « la définition et la mise en oeuvre des politiques relatives à la santé et aux droits sexuels et génésiques et à l'éducation sexuelle dans les écoles relèvent de la compétence des Etats membres ».
 


Articles similaires

Nouveau Dossier de l’IEB sur l’avortement suite à la réforme législative

Nouveau Dossier de l’IEB sur l’avortement suite à la réforme législative

- Avortement

Ce Dossier aborde l'historique de la loi relative à l'interruption volontaire de grossesse, ses 28 ans d'application, ses conditions légales, la pratique de l'avortement en Belgique et son évolution, ainsi que les dernières modifications apportées par la loi du 15 octobre 2018.

Le 15 octobre 2018, le Parlement a adopté une loi relative à l'avortement, qui désormais ne figure plus dans le Code pénal.  Certaines conditions pour le pratiquer sont modifiées ou supprimées. Ces modifications conce...

Lire la suite

Les soignants opposés à la proposition de loi avortement demandent à être reçus par les députés

Les soignants opposés à la proposition de loi avortement demandent à être reçus par les députés

- Avortement

Ce mardi 10 mars, un collectif de médecins, gynécologues et sages-femmes issus des quatre coins du pays, représentant pas moins de 2500 soignants francophones et néerlandophones, ont pris la parole lors d'une conférence de presse à Bruxelles. Ils ont exprimé leur inquiétude et leur exaspération face aux silences répétés des parlementaires à leur égard, quant à la proposition de loi sur l'avortement.

Le Dr Salmon a d'abord rappelé les 4 mesures principales de cette loi :

allongement brutal d...

Lire la suite

Chili et Pérou : résistance à la pression de l‘avortement

Chili et Pérou : résistance à la pression de l‘avortement

- Avortement

Deux projets de loi ont été déposés respectivement au Pérou et au Chili en faveur d'une dépénalisation de l'avortement. Toutefois, ces deux Etats d'Amérique du Sud voient en leur sein une véritable résistance à cette réforme.
Au Pérou, le 26 mai 2015, le Congrès a largement rejeté le projet de loi déposé par les associations féministes visant à autoriser l'avortement en cas de viol. La législation péruvienne maintient donc la prohibition de l'avortement, considéré sous toutes ses formes comme ...

Lire la suite