Parlement européen : résolution pour imposer un « droit à l’avortement »

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 23/03/2015

L'eurodéputé belge Marc Tarabella (socialiste) a remis il y a peu un rapport et une proposition de résolution visant, entre autres, à imposer l'avortement comme un droit fondamental applicable à l'ensemble des pays membres de l'Union européenne. Et ce, malgré que les questions politiques familiales soient hors du champ de la compétence législative de l'Union, les parlements nationaux étant les seuls compétents pour légiférer sur ces sujets (principe de subsidiarité).
Au nom de la « défense des valeurs fondamentales de l'Union européenne », une majorité de parlementaires, principalement socialistes et issus des pays du Nord, viennent de voter cette résolution, mettant dès lors à mal le principe de subsidiarité sur ces questions : ce vote au Parlement européen pourrait constituer un moyen de forcer des évolutions au sein des législations nationales de chaque État, surtout ceux qui ont partiellement résisté à la dépénalisation de l'avortement (Malte, Pologne, Irlande).

Un rapport semblable avait précédé celui de  Tarabella : le rapport Estrela, du nom d'une députée européenne socialiste qui, le 10 décembre 2013, avait présenté au Parlement européen un texte réclamant, pour les femmes, un accès généralisé à la contraception et à l'avortement (qualifiés de « droits fondamentaux ») et un recours facilité à la PMA, une éducation sexuelle pour tous les enfants à l'école et une initiation à l'égalité de genre pour les femmes. Ce rapport avait suscité une forte réaction des défenseurs de la famille et, par 334 voix contre 327, à une résolution alternative avait été adoptée, précisant que « la définition et la mise en oeuvre des politiques relatives à la santé et aux droits sexuels et génésiques et à l'éducation sexuelle dans les écoles relèvent de la compétence des Etats membres ».
 


Articles similaires

Luxembourg : l’avortement  ne devrait  plus être justifié par une situation de détresse

Luxembourg : l’avortement ne devrait plus être justifié par une situation de détresse

- Avortement

Le 22 novembre 2012, la loi luxembourgeoise sur l'avortement avait été modifiée. Cette réforme facilitait notamment les conditions d'accès à l'avortement en l'autorisant pour une femme faisant état d'une situation de détresse tant physique, psychique, que d'ordre social. Ce texte de loi réformé portait une attention particulière à l'information et au conseil de la femme en établissant une double consultation obligatoire, la première avec un médecin, la seconde avec un conseiller social.
Mais a...

Lire la suite

Libéralisation de l'avortement votée au Luxembourg

Libéralisation de l'avortement votée au Luxembourg

- Avortement

Au Luxembourg, la Chambre a adopté la réforme de la loi sur l'avortement par 39 voix contre 21. Ceci constitue une libéralisation de l'avortement après la première loi de 1978.
Un amendement visant à supprimer l'introduction d'une consultation préalable obligatoire a été rejeté.

Le projet de loi 6103 portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal a été voté par la Chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg.

Ceci consacre la totale autonomie de la femme dans sa décisi...

Lire la suite

Amnesty International soutient une politique pro-avortement

Amnesty International soutient une politique pro-avortement

- Avortement

Les Irlandais auront à se prononcer cet été par referendum sur l'abolition du huitième amendement de sa Constitution. Cet amendement reconnaît comme équivalent le droit à la vie de la mère et celui de l'enfant à naitre, et justifie que l'avortement est encore partiellement interdit dans ce pays. Afin d'influencer l'opinion publique, « Amnesty International Irlande » (A.I.I.), a organisé une campagne pro-avortement pour l'occasion et a accepté la somme de 137.000€ de la Fondation américaine « O...

Lire la suite