MSF prône la légalisation de l’avortement dans les pays en développement

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 11/03/2019

Après Amnesty International, c'est au tour de Médecins Sans Frontière Belgique de réaffirmer sa position en faveur de la légalisation de l'avortement dans les pays en développement. Ce 4 mars, l'ONG publiait un long communiqué de presse pour justifier son opinion (« Les avortements non médicalisés : une urgence oubliée »).  

Ainsi, l'organisation soulève que près de 7 millions de femmes dans le monde subissent chaque année les séquelles d'un avortement non médicalisé et qu'environ 22.000 d'entre elles en meurent. MSF ajoute que la majorité des avortements clandestins ont lieu dans les pays en développement d'Amérique latine, d'Asie du Sud et de l'Ouest et d'Afrique.

En réponse à cette grave problématique, MSF « s'est engagée formellement à intégrer l'accès à l'interruption volontaire de grossesse dans les soins de santé maternelle qu'elle offre sur ses terrains ». Ainsi, le groupe promeut et pratique l'avortement médicalisé dans le cadre de ses missions depuis 2004. Mais l'ONG va encore plus loin : « dans les pays où la législation sur l'avortement est particulièrement restrictive, ce sont les volontaires internationaux de MSF qui assument la responsabilité de le pratiquer ». Elle n'a donc pas peur de pratiquer des avortement considérés comme illégaux dans certains pays où elle intervient.

L'organisation présente l'avortement médicalisé (avec la contraception) comme le seul moyen de limiter les décès provoqués par un avortement et le considère d'ailleurs comme un « soin ». Si l'on ne peut accepter que des femmes meurent des suites d'un avortement, il conviendrait surtout de favoriser un meilleur accès aux soins médicaux en général. En effet, des soins tels que les antibiotiques mais aussi une prise en charge adéquate permettent, en plus d'un réel accompagnement des femmes, de vaincre les infections causées par un avortement et ainsi de réduire la mortalité maternelle.

 

Sans dénier tout le bien que font les soignants de MSF, ne s'étonnera-t-on pas du rôle de lobbying qu'ils adoptent de plus en plus ?

Source : msf-azg.be, cqv.qc.ca


Articles similaires

Belgique : vers une extension de l’avortement au-delà des 12 semaines ?

Belgique : vers une extension de l’avortement au-delà des 12 semaines ?

- Avortement

A l'occasion des 25 ans de la promulgation de la loi dépénalisant l'avortement en Belgique, les centres pratiquant l'IVG (Interruption volontaire de grossesse) proposent d'en faciliter plus largement l'accès via un renouvellement du cadre légal : ils plaident notamment pour une extension du délai légal au-delà de douze semaines, car actuellement, passé ce délai, les centres d'avortement se voient obligés d'envoyer les femmes aux Pays-Bas, où le délai est de 22 semaines.
De plus, des critiques ...

Lire la suite

Royaume-Uni : rejet de l’amendement sur les avortements sélectifs

Royaume-Uni : rejet de l’amendement sur les avortements sélectifs

- Avortement

Le 23 février dernier, les députés britanniques ont rejeté un amendement visant à interdire explicitement l'avortement en fonction du sexe de bébé. Cet amendement traduisait l'inquiétude de voir adoptée dans certaines communautés étrangères en Grande-Bretagne la préférence culturelle pour les garçons, comme c'est le cas en Chine et en Inde.
Une majorité des députés britanniques a rejeté cet amendement, estimant qu'une interdiction explicite de cette pratique serait difficilement applicable et ...

Lire la suite

Belgique: vers une sortie de l'avortement du code pénal ?

Belgique: vers une sortie de l'avortement du code pénal ?

- Avortement

Un Colloque académique intitulé « Sortir l'avortement du Code Pénal » a été organisé ce vendredi 30 septembre dans les auditoires de la VUB, à l'initiative de Centre d'Action laïque (CAL) et de son homologue néerlandophone, DeMens.nu, ainsi que par les Universités ULB et VUB.

 

L'objectif de ce colloque est, comme son titre l'indique, la sortie de l'avortement du Code Pénal au motif que l'avortement volontaire est un choix de la femme et que le maintenir dans le Code Pénal peut s'avérer culp...

Lire la suite