Libéralisation de l'avortement votée au Luxembourg

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 26/11/2012

Au Luxembourg, la Chambre a adopté la réforme de la loi sur l'avortement par 39 voix contre 21. Ceci constitue une libéralisation de l'avortement après la première loi de 1978.
Un amendement visant à supprimer l'introduction d'une consultation préalable obligatoire a été rejeté.

Le projet de loi 6103 portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal a été voté par la Chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg.

Ceci consacre la totale autonomie de la femme dans sa décision d'avorter. Il suffit à une femme de déclarer que la grossesse la met en situation de détresse pour qu'elle ait le droit de recourir à l'avortement.

Pour les mineures non émancipées, le projet de loi 6103 admet le principe de leur autonomie de décision par rapport aux parents et le principe d'un tiers garant. Le médecin doit toutefois s'efforcer d'obtenir préalablement le consentement de la jeune fille pour que les représentants légaux soient consultés.


Articles similaires

Alerte : le PS dépose une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte médical » comme les autres

Alerte : le PS dépose une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte médical » comme les autres

- Avortement

Une nouvelle proposition de loi pour « assouplir » les conditions d'accès à l'avortement a été déposée à la veille du congé parlementaire, en juillet dernier, par le Parti socialiste. Le PS affiche décidément un programme chargé en bioéthique, avec ses deux autres propositions de loi touchant à la liberté de conscience et institutionnelle en matière d'euthanasie. (Voir Bulletin précédent)

Non contents de la sortie de l'avortement du Code pénal en octobre 2018, les députés socialistes estiment...

Lire la suite

Des médecins belges "hors-la-loi" en matière d'avortement

Des médecins belges "hors-la-loi" en matière d'avortement

- Avortement

« L'avortement continue à être pratiqué hors-la-loi en Belgique, soit par 'méconnaissance', soit par 'nécessité' » titraient plusieurs médias belges à l'issue de le dernière audition organisée au parlement quant à l'opportunité de sortir totalement l'IVG du Code pénal.

Depuis la dépénalisation partielle de l'interruption volontaire de grossesse en 1990, les médecins peuvent avorter les femmes qui le leur demandent moyennant le respect de certaines conditions (délai de réflexion, état de détre...

Lire la suite

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

- Avortement

Une campagne d'information avec affichage dans les trams anversois vient d'être interdite et retirée de l'espace public. On y voyait une jeune femme en questionnement par rapport à sa grossesse et l'adresse du site internet ongeplandzwanger.be

Les initiateurs de cette campagne d'information sont des personnes qualifiées (médecins, psychologues, infirmières) dont l'expérience en matière d'accompagnement de la détresse des femmes n'est plus à démontrer. Depuis plusieurs années, les animations p...

Lire la suite