Les sages-femmes montent au créneau

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 05/08/2014

Le rôle des sages-femmes a un impact positif essentiel pour la santé des futures mères et des nouveaux-nés, que ce soit dans les pays industrialisés ou en voie de développement, ressort-il d'un dossier spécial qui leur est consacré dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet.
Les auteurs du dossier invitent dès lors les gouvernements à reconnaître le "potentiel vital" des sages-femmes pour sauver des vies dans le monde. Ils mettent également en avant les preuves d'une tendance à la surmédicalisation de la grossesse et de l'accouchement et au recours à des interventions inutiles (césariennes, épisiotomies), que ce soit dans les pays à faibles ou hauts revenus. Or, selon les auteurs, faire davantage appel aux sages-femmes permet de réduire la mortalité des femmes et des nourrissons, de limiter les traumatismes à la naissance, de réduire les accouchements médicalement assistés, etc.
Un point de vue partagé par l'Union professionnelle des sages-femmes belges (UpSfb). On dénombre en Belgique près de 8.000 sages-femmes enregistrées, mais toutes n'exercent pas.
Le rôle de la sage-femme est parfois encore méconnu chez nous, explique Vanessa Wittvrouw, vice-présidente de l'UpSfb. On voit généralement la sage-femme comme une personne qui intervient en fin de grossesse et lors de l'accouchement, or la sage-femme peut accompagner les parents dès avant la conception et jusqu'à la première année de l'enfant. Elles font de la prévention, accompagnent les futurs parents de manière plus proche, répondent à leurs questions, les rassurent, mais leur rôle évolue également et elles peuvent poser davantage d'actes qu'auparavant, explique-t-elle.
 


Articles similaires

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

- Avortement

Une campagne d'information avec affichage dans les trams anversois vient d'être interdite et retirée de l'espace public. On y voyait une jeune femme en questionnement par rapport à sa grossesse et l'adresse du site internet ongeplandzwanger.be

Les initiateurs de cette campagne d'information sont des personnes qualifiées (médecins, psychologues, infirmières) dont l'expérience en matière d'accompagnement de la détresse des femmes n'est plus à démontrer. Depuis plusieurs années, les animations p...

Lire la suite

Avortements à répétition chez les femmes célibataires aux Pays-Bas

Avortements à répétition chez les femmes célibataires aux Pays-Bas

- Avortement

Les femmes néerlandaises qui se font avorter plusieurs fois sont principalement sans relation stable, ont en moyenne 1 enfant et sont âgées de 25 à 35 ans. C'est ce que révèle une étude de l'Association néerlandaise des médecins pratiquant l'avortement (NGvA).

En 2015, plus d'un tiers des 30.803 avortements provoqués aux Pays-Bas concernaient des femmes ayant déjà vécu un avortement auparavant. Parmi elles, 85% avortaient pour la deuxième ou la troisième fois, près de 9% pour la quatrième foi...

Lire la suite

Plus d'avortements, femmes plus âgées, plus long délai de réflexion demandé....aux Pays-Bas

Plus d'avortements, femmes plus âgées, plus long délai de réflexion demandé....aux Pays-Bas

- Avortement

30.523 avortements aux Pays-Bas en 2017, c'est-à-dire 379 de plus qu'en 2016. Cette augmentation s'observe surtout chez les femmes qui habitent aux Pays-Bas (+546). Par contre, le nombre de femmes en provenance de la Belgique et qui ont avorté aux Pays-Bas a baissé de 527 en 2016, à 472 en 2017.

Ces chiffres ressortent du dernier Rapport 2017 de l'Inspection des Soins de santé et de la Jeunesse (Inspectie Gezondheidszorg en Jeugd,)

Analyse succinte des chiffres dans le Flash Expert

Lire la suite