L’objection de conscience sous le feu des pro-avortement en Pologne

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 09/09/2014

Un médecin polonais, professeur et obstétricien de renom, a invoqué sa clause de conscience en refusant de pratiquer un avortement sur une femme enceinte par fécondation in vitro d'un enfant malformé. Le Pr Bogdan Chazan de l'hôpital de la Sainte-Famille à Varsovie, a proposé de prendre le meilleur soin possible de la mère et de l'enfant jusqu'après l'accouchement, et de procurer des soins palliatifs au bébé dont la malformation laissait en effet prévoir qu'il ne survivrait guère. La santé de la mère n'était pas menacée par cette grossesse.
La loi polonaise dépénalise l'avortement jusqu'au terme en cas de malformation grave du foetus mais n'en fait pas un « droit » de la mère. Et elle prévoit le bénéfice de la clause de conscience pour le médecin qui ne peut en aucun cas se voir contraint de pratiquer un avortement ou d'y participer. En revanche, la loi polonaise l'oblige à diriger la femme vers un praticien disposé à réaliser l'avortement.
S'appuyant sur le non-respect par le Dr Chazan de cette dernière disposition, les autorités publiques ont infligé à l'hôpital qu'il dirige une amende de 70 000 zloty et le Maire de Varsovie, Mme Gronkiewicz-Walz, a décidé de le démettre de ses fonctions. Nombreux sont les médecins qui soulignent que l'obligation faite au médecin objecteur de renvoyer la femme vers un collègue qui pratique l'avortement, ruine l'objet même de la clause de conscience en le faisant participer à l'avortement contre sa volonté.
Une bataille juridique fait rage désormais autour de cette disposition légale obligeant l'objecteur de conscience à participer indirectement à la réalisation d'un avortement en indiquant à la femme un autre moyen de l'obtenir. L'hôpital fait désormais l'objet d'inspections à répétition. Cet hôpital est pourtant le meilleur de Varsovie ; depuis l'arrivée du Pr Chazan, les accouchements y ont triplé ; la mortalité périnatale y est deux fois inférieure à la moyenne nationale.
L'une des parlementaires les plus virulentes dans la dénonciation des droits à l'objection de conscience,  est Wanda Nowicka, proche du groupe pro-avortement IPAS. Une pétition en faveur du Pr Chazan a déjà recueilli 60 000 signatures et une manifestation de soutien a eu lieu aux abords de l'hôpital de la Sainte-Famille.
Un entretien avec le Dr Chazan est repris par le site consacré aux témoignages de soignants et à l'objection de conscience ICI


Articles similaires

MSF prône la légalisation de l’avortement dans les pays en développement

MSF prône la légalisation de l’avortement dans les pays en développement

- Avortement

Après Amnesty International, c'est au tour de Médecins Sans Frontière Belgique de réaffirmer sa position en faveur de la légalisation de l'avortement dans les pays en développement. Ce 4 mars, l'ONG publiait un long communiqué de presse pour justifier son opinion (« Les avortements non médicalisés : une urgence oubliée »).  

Ainsi, l'organisation soulève que près de 7 millions de femmes dans le monde subissent chaque année les séquelles d'un avortement non médicalisé et qu'environ 22.000 d'en...

Lire la suite

Faut-il dépénaliser totalement l'avortement ?

Faut-il dépénaliser totalement l'avortement ?

- Avortement

Le politique parle beaucoup de l'avortement en Belgique. Non pas des aides insuffisantes pour prévenir l'avortement lorsque la femme est enceinte, non pas des conséquences sociétales que constitue cet enjeu de santé publique.

La question qui fait débat est celle de la dépénalisation totale l'IVG pour que la femme "ne se sente plus culpabilisée". Quels sont les chiffres ? Y a-t-il vraiment des études fiables quant aux effets psychologiques d'une IVG sur les femmes ?

Les documents repris ci-de...

Lire la suite

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

- Avortement

La loi belge relative à l'interruption volontaire de grossesse n'évoque pas l'âge de la femme. C'est pourquoi les établissements pratiquant l'avortement cherchent à « évaluer », au cas par cas, la maturité de la jeune fille au cours des différents entretiens qui précèdent l'avortement. Ils lui conseilleront généralement de se faire accompagner par un adulte de son choix qui pourra la soutenir psychologiquement et qui veillera à ce qu'elle soit soignée rapidement en cas de complication médicale...

Lire la suite