L’objection de conscience sous le feu des pro-avortement en Pologne

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 09/09/2014

Un médecin polonais, professeur et obstétricien de renom, a invoqué sa clause de conscience en refusant de pratiquer un avortement sur une femme enceinte par fécondation in vitro d'un enfant malformé. Le Pr Bogdan Chazan de l'hôpital de la Sainte-Famille à Varsovie, a proposé de prendre le meilleur soin possible de la mère et de l'enfant jusqu'après l'accouchement, et de procurer des soins palliatifs au bébé dont la malformation laissait en effet prévoir qu'il ne survivrait guère. La santé de la mère n'était pas menacée par cette grossesse.
La loi polonaise dépénalise l'avortement jusqu'au terme en cas de malformation grave du foetus mais n'en fait pas un « droit » de la mère. Et elle prévoit le bénéfice de la clause de conscience pour le médecin qui ne peut en aucun cas se voir contraint de pratiquer un avortement ou d'y participer. En revanche, la loi polonaise l'oblige à diriger la femme vers un praticien disposé à réaliser l'avortement.
S'appuyant sur le non-respect par le Dr Chazan de cette dernière disposition, les autorités publiques ont infligé à l'hôpital qu'il dirige une amende de 70 000 zloty et le Maire de Varsovie, Mme Gronkiewicz-Walz, a décidé de le démettre de ses fonctions. Nombreux sont les médecins qui soulignent que l'obligation faite au médecin objecteur de renvoyer la femme vers un collègue qui pratique l'avortement, ruine l'objet même de la clause de conscience en le faisant participer à l'avortement contre sa volonté.
Une bataille juridique fait rage désormais autour de cette disposition légale obligeant l'objecteur de conscience à participer indirectement à la réalisation d'un avortement en indiquant à la femme un autre moyen de l'obtenir. L'hôpital fait désormais l'objet d'inspections à répétition. Cet hôpital est pourtant le meilleur de Varsovie ; depuis l'arrivée du Pr Chazan, les accouchements y ont triplé ; la mortalité périnatale y est deux fois inférieure à la moyenne nationale.
L'une des parlementaires les plus virulentes dans la dénonciation des droits à l'objection de conscience,  est Wanda Nowicka, proche du groupe pro-avortement IPAS. Une pétition en faveur du Pr Chazan a déjà recueilli 60 000 signatures et une manifestation de soutien a eu lieu aux abords de l'hôpital de la Sainte-Famille.
Un entretien avec le Dr Chazan est repris par le site consacré aux témoignages de soignants et à l'objection de conscience ICI


Articles similaires

Belgique : l’avortement : exception ou droit des femmes ?

Belgique : l’avortement : exception ou droit des femmes ?

- Avortement

A l'occasion du 26ème anniversaire de la loi Lallemand-Michielsen du 3 avril 1990 dépénalisant l'avortement, certains députés belges, encouragés par la plateforme « Abortion Right ! », renouvellent une tentative d'élargissement et de normalisation de l'avortement.

S'il s'agissait l'an dernier d'étendre le délai de l'avortement au-delà des 12 semaines légales actuelles (cf. : Bulletin de l'IEB ), une nouvelle proposition de loi déposée par les députés fédéraux DéFI Olivier Maingain et Véroniqu...

Lire la suite

Une « sensibilisation » à l’avortement dans les cours des futurs médecins

Une « sensibilisation » à l’avortement dans les cours des futurs médecins

- Avortement

Les étudiants en médecine devront apprendre les différentes techniques d'avortement : c'est un des objectifs qui figure dans la déclaration de politique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais surtout, le Gouvernement entend « sensibiliser les étudiants à l'importance de la maîtrise de la pratique médicale de l'interruption volontaire de grossesse ».

Jusqu'à présent, les techniques d'avortement (pilule abortive, curetage et aspiration, dilatation et évacuation, ...) ne sont pas enseignées s...

Lire la suite

Portugal : modification de la loi dépénalisant l’avortement

Portugal : modification de la loi dépénalisant l’avortement

- Avortement

Le Parlement portugais a voté le 21 juillet 2015 une loi visant à limiter l'accès des femmes à l'avortement. Alors que la loi de 2007 avait été jusqu'à permettre aux femmes d'avorter librement et gratuitement, la nouvelle loi pose des balises. Le financement de cet acte ne pèse plus sur l'ensemble de la population mais revient aux femmes qui décident d'interrompre leur grossesse.
De plus, ayant le souci d'accompagner au mieux les femmes en détresse, celles-ci se verront proposer plusieurs entr...

Lire la suite