L’Irlande se prépare à l’avortement et menace les soignants réfractaires

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 20/12/2018

Le 25 mai 2018 en Irlande, une majorité des votes a appuyé la dépénalisation de l'avortement. Avec un taux de participation de 64,13 %, 66,4 % ont dit ‘oui' et 33,6 %, ‘non'. Sept mois plus tard, le Parlement a voté une nouvelle loi qui qualifie l'avortement d'acte médical et l'autorise jusqu'à 12 semaines d'aménorrhée (10 semaines de grossesse) sans conditions, hormis un délai de réflexion de 3 jours.

S'il existe un risque grave pour la santé ou la vie de la mère, celle-ci pourra avorter jusqu'au seuil de viabilité du foetus, et jusqu'à la naissance en cas d'urgence. Si le foetus présente un risque de mort in utero ou dans les 28 jours après sa naissance, il pourra être avorté jusqu'à sa naissance. Les sanctions pénales sont maintenues en cas de non-respect des conditions fixées par la loi, hormis à l'égard de la femme.

Il s'agit aujourd'hui dès lors de trouver assez de médecins prêts à pratiquer des avortements, et de les former rapidement, car les tenants de la loi espèrent que des avortements pourront avoir lieu dès le 1er janvier 2019. Les médecins ont déjà été prévenus qu'ils percevront 450 euros pour chaque avortement pratiqué.

Quant aux médecins, aux infirmières et aux sages-femmes qui ne veulent pas y participer, ils bénéficieront certes d'une objection de conscience, mais ils s'inquiètent de l'obligation qu'ils auront de « prendre dès que possible des dispositions pour le transfert des soins de la femme enceinte concernée afin de lui permettre de procéder à l'interruption de cette grossesse » (Art. 22(3)). En effet, pour la Medical Alliance for the Eighth, représentant les professionnels de santé opposés à l'avortement, « si les médecins, les infirmières et les sages-femmes sont opposés à l'avortement, alors il est évident qu'ils ne souhaitent  être impliqués dans aucune étape du processus ».

Leurs préoccupations et pétitions n'ont pas été prises en compte par le ministre de la santé ni par l'Irish College of General Practionners (ICGP).

Autre restriction de la liberté de conscience des professionnels de la santé : les pharmaciens ne sont pas repris dans la liste de ceux qui ont droit à l'objection de conscience, alors qu'ils sont souvent en première ligne pour délivrer des substances abortives telles que la pilule pour l'avortement médicamenteux.

Quant aux institutions de soins, le premier ministre, Leo Varadkar, avait déjà annoncé en juin dernier que tous les hôpitaux seraient obligés d'organiser les avortements en leurs murs.

La loi entrera en vigueur dès qu'elle aura été signée par le président Michael Higgins.


Articles similaires

Des médecins belges "hors-la-loi" en matière d'avortement

Des médecins belges "hors-la-loi" en matière d'avortement

- Avortement

« L'avortement continue à être pratiqué hors-la-loi en Belgique, soit par 'méconnaissance', soit par 'nécessité' » titraient plusieurs médias belges à l'issue de le dernière audition organisée au parlement quant à l'opportunité de sortir totalement l'IVG du Code pénal.

Depuis la dépénalisation partielle de l'interruption volontaire de grossesse en 1990, les médecins peuvent avorter les femmes qui le leur demandent moyennant le respect de certaines conditions (délai de réflexion, état de détre...

Lire la suite

France et avortement : supprimer  la clause de conscience ?

France et avortement : supprimer la clause de conscience ?

- Avortement

Le rapport du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes en France et relatif à l'accès à l'avortement recommande la suppression de la clause de conscience permettant aux médecins et aux autres professionnel(le)s de la santé de ne pas pratiquer l'IVG. On connaît mal, en France, la réalité de l'utilisation de cette clause. Des inspections menées par des ARS (Agences régionales de santé) montreraient que le développement de l'offre d'IVG  pourrait être freiné dans le cas des chef(fe...

Lire la suite

Conséquences psychologiques de l’avortement : nouveau dossier de l'IEB

Conséquences psychologiques de l’avortement : nouveau dossier de l'IEB

- Avortement

Evoquer les conséquences psychologiques de l'avortement est complexe pour nos sociétés, car en parler conduit l'auditoire à penser que la démarche proposée revient à remettre en cause la dépénalisation de l'avortement, débat inconvenant pour les démocraties notamment belge et française.

Malgré le fait que de nombreuses femmes sont concernées par cet acte, très peu témoignent de cette expérience douloureuse et sont capables d'en parler ouvertement : il est difficile d'évoquer cette souffrance,...

Lire la suite