L’avortement tardif est dangereux pour les enfants issus de grossesses ultérieures

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 19/03/2020

Auteur / Source : IEB; KC S, Gissler M, Klemetti R.

Il y a quelques mois, une étude finlandaise a montré des risques aggravés pour les grossesses survenant après un avortement tardif.

L'étude a porté sur les données du registre des naissances et du registre des avortements finlandais. Le panel était ainsi constitué de 418 690 femmes ayant accouché pour la première fois d'un enfant unique entre 1996 et 2013. La grande majorité d'entre elles (87%) n'avaient pas avorté auparavant. 11.1% de ces femmes avaient déjà subi un avortement précoce (avant 12 semaines) et 1.8% avait subi un avortement tardif (à partir de 12 semaines).

Tout d'abord, comparées aux femmes n'ayant subi aucun avortement, les grossesses suivant un avortement précoce comportent plus de risques que l'enfant ait un poids faible à la naissance (< 2500g). Les grossesses suivant un avortement tardif comportent encore davantage de risques de naissance extrêmement prématurée (avant 28 semaines de grossesse) ou très prématurée (avant 32 semaines), et de poids à la naissance faible ou très faible (<1500g).

Comparé aux femmes ayant subi un avortement précoce, les grossesses suivant un avortement tardif sont également plus risquées. Il existe 2,3 fois plus de risques d'un accouchement extrêmement prématuré. Après plusieurs avortements tardifs, les risques augmentent encore, comparés aux grossesses après plusieurs avortements précoces : les risques de naissance extrêmement prématurée sont multipliés par 4,1, et ceux d'un poids très faible à la naissance sont 2,6 fois plus élevés.

De même, lorsque l'on compare les avortements médicaux tardifs aux avortements médicaux précoces, l'avortement tardif induit plus de risques pour les grossesses ultérieures. La même observation est faite en ce qui concerne les avortements chirurgicaux.

Ainsi, il apparaît clairement qu'un avortement, quel que soit l'âge gestationnel, n'est pas sans conséquences sur les grossesses ultérieures. De toute évidence, plus on avance dans la grossesse, plus les conséquences négatives s'aggravent. Ces constats devraient inciter les Etats à développer davantage la prévention pour diminuer la prise de risque et proposer une alternative au geste plus ou moins risqué que constitue l'avortement pour la santé de la femme et de son éventuel futur enfant. Il convient au minimum d'informer les femmes de ces risques, et de les en protéger en leur offrant un soutien et un accompagnement tout au long de la grossesse.


Articles similaires

Pologne : l'interdiction des avortements eugéniques remise en question

Pologne : l'interdiction des avortements eugéniques remise en question

- Avortement

Depuis la décision rendue le 22 octobre dernier par le Tribunal constitutionnel, la législation polonaise en matière d'avortement suscite de nombreuses prises de position.

Comme nous l'évoquions dans un bulletin précédent, le Tribunal conclut dans son arrêt à l'inconstitutionnalité de l'autorisation de l'avortement fondé sur une malformation grave ou une maladie mortelle chez l'enfant à naître. Selon les juges constitutionnels, autoriser de tels avortement revient à violer le droit fondamenta...

Lire la suite

Commission avortement: proposition de loi pour plus d'informations

Commission avortement: proposition de loi pour plus d'informations

- Avortement

Proposition de loi déposée le 27 janvier 2011 par Mme Nele Lijnen et consorts (5-717/1)

Quelques mois après  l'entrée en vigueur de la loi dépénalisant l'avortement (3 avril 1990), une Commission nationale chargée de l'évaluation de cette loi a été instituée.
Afin d'améliorer le travail de cette Commission et de favoriser une prévention ciblée, l'auteur propose que soient repris dans le formulaire rempli lors de chaque entretien des éléments tels que le code postal de la résidence de la femme...

Lire la suite

L'avortement désormais classé parmi les soins de santé en Nouvelle-Zélande

L'avortement désormais classé parmi les soins de santé en Nouvelle-Zélande

- Avortement

La nouvelle loi néo-zélandaise sur l'avortement est devenue effective en ce début de semaine (voir Actualité IEB au moment des débats). Celle-ci considère l'avortement jusqu'à 5 mois de grossesse comme un soin de santé, accessible sans restriction.

Il n'empêche que le statut de l'avortement reste trouble d'un point de vue juridique et ontologique. D'un côté, l'avortement fait désormais partie des soins de santé. De l'autre, provoquer la mort d'un enfant à naître reste un crime si l'avortement...

Lire la suite