L’avortement tardif est dangereux pour les enfants issus de grossesses ultérieures

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 19/03/2020

Auteur / Source : IEB; KC S, Gissler M, Klemetti R.

Il y a quelques mois, une étude finlandaise a montré des risques aggravés pour les grossesses survenant après un avortement tardif.

L'étude a porté sur les données du registre des naissances et du registre des avortements finlandais. Le panel était ainsi constitué de 418 690 femmes ayant accouché pour la première fois d'un enfant unique entre 1996 et 2013. La grande majorité d'entre elles (87%) n'avaient pas avorté auparavant. 11.1% de ces femmes avaient déjà subi un avortement précoce (avant 12 semaines) et 1.8% avait subi un avortement tardif (à partir de 12 semaines).

Tout d'abord, comparées aux femmes n'ayant subi aucun avortement, les grossesses suivant un avortement précoce comportent plus de risques que l'enfant ait un poids faible à la naissance (< 2500g). Les grossesses suivant un avortement tardif comportent encore davantage de risques de naissance extrêmement prématurée (avant 28 semaines de grossesse) ou très prématurée (avant 32 semaines), et de poids à la naissance faible ou très faible (<1500g).

Comparé aux femmes ayant subi un avortement précoce, les grossesses suivant un avortement tardif sont également plus risquées. Il existe 2,3 fois plus de risques d'un accouchement extrêmement prématuré. Après plusieurs avortements tardifs, les risques augmentent encore, comparés aux grossesses après plusieurs avortements précoces : les risques de naissance extrêmement prématurée sont multipliés par 4,1, et ceux d'un poids très faible à la naissance sont 2,6 fois plus élevés.

De même, lorsque l'on compare les avortements médicaux tardifs aux avortements médicaux précoces, l'avortement tardif induit plus de risques pour les grossesses ultérieures. La même observation est faite en ce qui concerne les avortements chirurgicaux.

Ainsi, il apparaît clairement qu'un avortement, quel que soit l'âge gestationnel, n'est pas sans conséquences sur les grossesses ultérieures. De toute évidence, plus on avance dans la grossesse, plus les conséquences négatives s'aggravent. Ces constats devraient inciter les Etats à développer davantage la prévention pour diminuer la prise de risque et proposer une alternative au geste plus ou moins risqué que constitue l'avortement pour la santé de la femme et de son éventuel futur enfant. Il convient au minimum d'informer les femmes de ces risques, et de les en protéger en leur offrant un soutien et un accompagnement tout au long de la grossesse.


Articles similaires

Belgique: vers une sortie de l'avortement du code pénal ?

Belgique: vers une sortie de l'avortement du code pénal ?

- Avortement

Un Colloque académique intitulé « Sortir l'avortement du Code Pénal » a été organisé ce vendredi 30 septembre dans les auditoires de la VUB, à l'initiative de Centre d'Action laïque (CAL) et de son homologue néerlandophone, DeMens.nu, ainsi que par les Universités ULB et VUB.

 

L'objectif de ce colloque est, comme son titre l'indique, la sortie de l'avortement du Code Pénal au motif que l'avortement volontaire est un choix de la femme et que le maintenir dans le Code Pénal peut s'avérer culp...

Lire la suite

Belgique : l’avortement : exception ou droit des femmes ?

Belgique : l’avortement : exception ou droit des femmes ?

- Avortement

A l'occasion du 26ème anniversaire de la loi Lallemand-Michielsen du 3 avril 1990 dépénalisant l'avortement, certains députés belges, encouragés par la plateforme « Abortion Right ! », renouvellent une tentative d'élargissement et de normalisation de l'avortement.

S'il s'agissait l'an dernier d'étendre le délai de l'avortement au-delà des 12 semaines légales actuelles (cf. : Bulletin de l'IEB ), une nouvelle proposition de loi déposée par les députés fédéraux DéFI Olivier Maingain et Véroniqu...

Lire la suite

Création d’un fonds européen de promotion de l'avortement ?

Création d’un fonds européen de promotion de l'avortement ?

- Avortement

Le 23 janvier dernier, le Président Trump a signé un décret stipulant que, pour continuer à percevoir l'aide des fonds de l'USAID (l'agence américaine pour le développement international), les ONG devraient désormais s'engager par écrit auprès de l'Administration Trump à cesser toute activité liée à l'avortement dans des pays où celui-ci est interdit. Ce financement, estimé par ces ONG à 600 millions de dollars sur la durée de son mandat, sera désormais consacré, a affirmé le Vice-Président Mi...

Lire la suite