L’avortement presque sans complication ?

Publié le : Thématique : Début de vie / Avortement Actualités Temps de lecture : 0 min.

 Imprimer

Lors d'une rencontre/débat organisée par le Parti socialiste le 25 mars 2010 à la Maison des Parlementaires, Laurette Onkelinx, ministre de la santé s'enthousiasme : « Dans 99% des cas, les patientes qui ont subi une IVG n'ont aucune complication, en terme de santé et de survie, c'est un acquis extraordinaire ».

Une infirmière nous confie néanmoins : « les cas de complication sont sous-évalués dans les statistiques : à l'hôpital dans lequel je travaille, rares sont les médecins qui ressortent la fiche destinée à la Commission d'évaluation pour cocher la case « complication » lorsque celle ci se manifeste plusieurs jours voire plusieurs semaines après l'intervention ». De plus en plus nombreuses sont les voix qui s'élèvent pour s'inquiéter des importantes séquelles psychologiques dont témoignent les femmes qui ont subi un avortement.

Source : IEB le 3 avril 2010


Articles similaires

Il n’y a aucun « droit à l’avortement » issu du droit international et européen

Il n’y a aucun « droit à l’avortement » issu du droit international et européen

- Avortement

Nouveau Flash Expert : pour y voir clair...

Depuis près d'un an, les discussions sur la sortie de l'avortement du Code Pénal ont repris. Dans la brochure du Centre d'Action Laïque, une question est posée : « La pénalisation de l'avortement dans la législation belge est-elle compatible avec les législations internationales signées par la Belgique qui consacrent ce droit ? » (Lire : ce droit à l'avortement).

Il parait urgent dans ce contexte de le rappeler : aucune convention internationale et...

Lire la suite

Des médecins belges "hors-la-loi" en matière d'avortement

Des médecins belges "hors-la-loi" en matière d'avortement

- Avortement

« L'avortement continue à être pratiqué hors-la-loi en Belgique, soit par 'méconnaissance', soit par 'nécessité' » titraient plusieurs médias belges à l'issue de le dernière audition organisée au parlement quant à l'opportunité de sortir totalement l'IVG du Code pénal.

Depuis la dépénalisation partielle de l'interruption volontaire de grossesse en 1990, les médecins peuvent avorter les femmes qui le leur demandent moyennant le respect de certaines conditions (délai de réflexion, état de détre...

Lire la suite

Luxembourg : l’avortement  ne devrait  plus être justifié par une situation de détresse

Luxembourg : l’avortement ne devrait plus être justifié par une situation de détresse

- Avortement

Le 22 novembre 2012, la loi luxembourgeoise sur l'avortement avait été modifiée. Cette réforme facilitait notamment les conditions d'accès à l'avortement en l'autorisant pour une femme faisant état d'une situation de détresse tant physique, psychique, que d'ordre social. Ce texte de loi réformé portait une attention particulière à l'information et au conseil de la femme en établissant une double consultation obligatoire, la première avec un médecin, la seconde avec un conseiller social.
Mais a...

Lire la suite