Irlande : la loi sur l’avortement restera en l'état

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Irlande Irlande

Publié le : 16/02/2016

Ce jeudi 11 février 2016, le Parlement d'Irlande du Nord a rejeté deux amendements proposant respectivement l'extension de l'avortement aux cas de crimes sexuels et aux cas de malformation fatale du foetus in utero ou peu après la naissance.
La première proposition relative au viol a été rejetée par 64 voix contre et 30 pour. Jim Allister, magistrat en matière pénale et chef du parti Traditional Unionist Voice a expliqué que « 95 % du temps, le jury se pose la question de savoir si les rapports étaient ou non consentis. Tout ce que vous aurez à faire, c'est d'alléguer une agression sexuelle, semble-t-il, un viol, et vous voilà muni de l'accord d'un praticien médical pour obtenir l'avortement. »
Or la durée du procès permettant de prouver les allégations de viol est bien plus longue qu'une grossesse. Dans le second cas, 59 parlementaires étaient contre et 40 étaient favorables à l'avortement en cas de malformation mortelle du foetus. Plusieurs médecins ont témoigné qu'il était impossible d'affirmer avec certitude que le foetus n'a aucune chance de survie.
Ainsi la loi sur l'avortement restera en l'état en Irlande, limitant son accès aux cas de danger pour la vie de la mère ou de danger « permanent et grave » pour sa santé physique ou mentale. Dans les autres situations, l'avortement est qualifié de meurtre et passible de prison.
Source : Journal des femmes


Articles similaires

Luxembourg : avortement absence totale de chiffres

Luxembourg : avortement absence totale de chiffres

- Avortement

Au Luxembourg, personne n'a aucune idée du nombre d'Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) pratiquées, ni du profil des patientes qui y ont recours.
L'avortement a été dépénalisé au Luxembourg par une loi du 15 novembre 1978. Après deux réformes successives en 2012 et 2014, la loi dépénalisant l'avortement avant 12 semaines a ôté toutes les conditions initiales. Aucun motif n'est désormais demandé à la femme qui veut avorter.
De plus, le cadre d'accompagnement de la femme en détresse a é...

Lire la suite

Pays-Bas : scandale touchant des centres d’avortement

Pays-Bas : scandale touchant des centres d’avortement

- Avortement

La Ministre de la Santé, Edith Schippers, se dit préoccupée à propos de la situation financière de la Fondation Casa qui regroupe sept des quinze cliniques d'avortement aux Pays-Bas.   L'enquête en cours révèle une fraude à grande échelle autour de subsides qui aurtaient été indûment versés en 2015 à cette fondation. Le Nederlands Dagblad a découvert que la fraude, en cours depuis plusieurs années, consistait à facturer le prix de produits anesthésiants utilisés lors des 52.000 avortements dan...

Lire la suite

Révision de la loi avortement en Alabama : la femme, toujours victime, ne sera jamais condamnée

Révision de la loi avortement en Alabama : la femme, toujours victime, ne sera jamais condamnée

- Avortement

« Une femme qui avorte ne sera pas condamnée, étant considérée comme victime, mais le médecin qui pratique l'avortement en revanche encoure une peine allant de 10 à 99 ans de prison. » C'est ce que prévoit la nouvelle loi adoptée par la gouverneure d'Alabama Kay Ivey ce mercredi 15 mai 2019.   « Notre position est simplement que l'enfant à naître est une personne, et le projet de loi va directement dans ce sens » a déclaré le représentant de l'Etat, Rich Wingo.

La loi édicte toutefois qu'en c...

Lire la suite