Inde : les avortements sur base du sexe restent légion

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 26/08/2020

Auteur / Source : I. Bone ; PLOS One

6,8 millions : tel est le déficit probable de naissances de filles en Inde, pour la période 2017-2030. En cause : la pratique massive des avortements des foetus de sexe féminin.

 

Dès 1970, on observe en Inde un déséquilibre en ce qui concerne le ratio garçons-filles à la naissance, dû au phénomène des avortements sélectifs sur base du sexe. Selon une étude publiée le 19 août dernier dans la revue scientifique PLOS One, ce déficit se poursuivra dans la décennie à venir, pour atteindre 6,8 millions de naissances avortées de filles entre 2017 et 2030.

A travers leur étude, l'équipe de chercheurs internationaux a pu démontrer que cette tendance est très hétérogène selon les régions (les territoires du Nord-Ouest étant les plus affectés). Parmi les 16 États et territoires indiens étudiés, l'État de l'Uttar Pradesh, le plus peuplé d'Inde, contribuera le plus au déficit des naissances féminines : 2 millions des naissances de filles manqueront entre 2017 et 2030, selon les statistiques.

 

Préférence pour les garçons

Dans leur analyse, deux facteurs ont été mis en exergue par les chercheurs : la préférence pour les garçons et l'évolution du taux de fécondité sur la période étudiée.

Quant au premier facteur, parmi les motifs pouvant expliquer cette préférence des familles indiennes pour la naissance de garçons, figure la dot, versée par la famille de la mariée. Même si celle-ci a été interdite en Inde depuis 1961, la dot reste une pratique courante, en particulier au sein de la classe moyenne. Celles-ci représentent des transactions estimées à plusieurs milliards de roupies chaque année.

 

Tests prénataux et avortement

Face à cette tendance, l'Etat indien a pourtant pris des mesures visant à lutter contre l'avortement sélectif. Parmi celles-ci, l'on retrouve l'interdiction faite aux médecins de relever le sexe du futur bébé, afin que l'information ne soit pas connue des futurs parents. Plus encore, en 2016, la Cour suprême a demandé au gouvernement indien et aux propriétaires de moteurs de recherche (Google, Yahoo, Microsoft), de faire en sorte d'empêcher les publicités relatives aux tests prénataux, leur usage étant interdit lorsque celui-ci vise à connaître le sexe de l'enfant.

 

Les effets de ces mesures restent toutefois limités. L'on note ainsi l'existence de nombreuses cliniques privées proposant des « formules » comprenant la réalisation d'une échographie et l'avortement du foetus, dans le cas où l'échographie révèle qu'il s'agit d'une fille. Plus globalement, le nombre d'avortements continue d'augmenter, les critères prévus par la loi n'étant pas toujours respectés – notamment du point de vue du délai. Précisons que la loi indienne autorise l'avortement sans condition jusqu'à 12 semaines, et jusqu'à 20 semaines pour des cas particuliers (principalement relatifs à l'état de santé de la mère ou du foetus).

 

Eugénisme sur base du sexe ?

Il convient de s'interroger sur le fait de savoir si cette pratique mène à une forme d'eugénisme social, non proprement lié à une anomalie génétique, mais visant à éviter les coûts supplémentaires qu'une fille peut engendrer dans cette culture.

A titre exemplatif, en 2019, sur les 216 naissances enregistrées en trois mois dans 132 villages du district indien d'Uttarkashi, aucune fille n'est née.

 

Les chercheurs concluent leur étude en soulignant la nécessite de mettre en place des mesures visant à combattre les préjugés sexistes existantes en prenant en compte chaque contexte régional.

 

Selon les projections de l'ONU, l'Inde deviendra l'Etat plus peuplé du globe au milieu de la décennie 2020.

 

Sources : jurnal.plos.org, allaincevita.org, france24.fr


Articles similaires

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

- Avortement

La loi belge relative à l'interruption volontaire de grossesse n'évoque pas l'âge de la femme. C'est pourquoi les établissements pratiquant l'avortement cherchent à « évaluer », au cas par cas, la maturité de la jeune fille au cours des différents entretiens qui précèdent l'avortement. Ils lui conseilleront généralement de se faire accompagner par un adulte de son choix qui pourra la soutenir psychologiquement et qui veillera à ce qu'elle soit soignée rapidement en cas de complication médicale...

Lire la suite

France : questionnement de certains députés face au nombre d’avortements

France : questionnement de certains députés face au nombre d’avortements

- Avortement

Les responsables politiques français ont voulu comprendre le phénomène de l'avortement dans leur pays dont le nombre est évalué à 221.000 par an. C'est pourquoi, ils viennent de produire un document de travail « informatif ». Y sont comparées les législations de 8 pays concernant l'avortement : l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, la Suède, la Suisse, le Texas aux Etats-Unis, l'Irlande ou la Pologne. 

Les chiffres éveillent la curiosité : comment se fait-il par exemple que l'Italie ait réussi ...

Lire la suite

51 avortements par jour dans notre pays

51 avortements par jour dans notre pays

- Avortement

Le nombre d'avortements dans notre pays continue à croître. En 2007, la dernière année pour laquelle les chiffres sont connus, 18.705 femmes ont subi un avortement, ce qui revient à environ 51 avortements par jour. Près de la moitié de ces femmes disent qu'elles n'employaient pas de moyen de contraception. Environ 15% des avortements concernent des jeunes filles âgées de 12 à 19 ans. Une femme sur trois qui avorte a déjà avorté auparavant. Le rapport de la Commission d'Evaluation est télécharg...

Lire la suite