Grande-Bretagne : suspension d’un médecin pour cause d’avortement sélectif

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 10/11/2015

Un médecin britannique a récemment été suspendu de ses fonctions pour trois mois par le Conseil Général des Médecins pour avoir autorisé des femmes à avorter en raison du sexe de leur enfant à naître.

Cette pratique a pu être dévoilée grâce à une vidéo prise en caméra cachée par le journal « The Telegraph » qui révèle l'entretien entre le médecin et sa patiente, qui à 12 semaines de grossesse déclare ne pas vouloir de son enfant car c'est une fille. Le médecin lui précise que cela correspond à un « infanticide féminin » mais se propose quand même de mettre fin à la grossesse en falsifiant le motif au profit de la cause « trop jeune pour une grossesse ».

Ces pratiques seraient, selon le journal, un phénomène sous-terrain de plus en plus pratiqué en Grande-Bretagne, alors que la loi interdit d'avorter un enfant au seul motif de son sexe.
Source : The Telegraph


Articles similaires

Comment la suppression d’une aide sociale a conduit à l’augmentation du nombre d’avortements au Royaume-Uni

Comment la suppression d’une aide sociale a conduit à l’augmentation du nombre d’avortements au Royaume-Uni

- Avortement

Parmi les mères britanniques de deux enfants ou plus ayant récemment avorté, 60% déclarent que leur décision d'avorter a été influencée par l'arrêt d'une aide sociale par le gouvernement britannique.

Ces chiffres sont issus d'une étude publiée en décembre 2020 par le British Pregnancy Advisory Service (BPAS). Le BPAS est une association pratiquant des avortements et prodiguant du conseil en matière de contraception et de grossesse au Royaume-Uni.

L'aide gouvernementale supprimée dont il est ...

Lire la suite

Interruption Médicale de Grossesse : l’objection de conscience des médecins menacée

Interruption Médicale de Grossesse : l’objection de conscience des médecins menacée

- Avortement

L'Association Médicale Mondiale vient d'adopter une nouvelle prise de position sur l'Interruption Médicale de Grossesse (IMG) ou avortement pour raisons "thérapeutiques".

Ni le préambule, ni les recommandations ne font référence à l'enfant à naître. De même, le texte ne mentionne plus le devoir des médecins de « maintenir le plus grand respect pour la vie humaine dès la conception ». Seule importe désormais la santé de la femme : « Dans tous les cas, les médecins ont l'obligation d'effectuer...

Lire la suite

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

- Avortement

Une campagne d'information avec affichage dans les trams anversois vient d'être interdite et retirée de l'espace public. On y voyait une jeune femme en questionnement par rapport à sa grossesse et l'adresse du site internet ongeplandzwanger.be

Les initiateurs de cette campagne d'information sont des personnes qualifiées (médecins, psychologues, infirmières) dont l'expérience en matière d'accompagnement de la détresse des femmes n'est plus à démontrer. Depuis plusieurs années, les animations p...

Lire la suite