France : questionnement de certains députés face au nombre d’avortements

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 21/08/2017

Les responsables politiques français ont voulu comprendre le phénomène de l'avortement dans leur pays dont le nombre est évalué à 221.000 par an. C'est pourquoi, ils viennent de produire un document de travail « informatif ». Y sont comparées les législations de 8 pays concernant l'avortement : l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, la Suède, la Suisse, le Texas aux Etats-Unis, l'Irlande ou la Pologne. 

Les chiffres éveillent la curiosité : comment se fait-il par exemple que l'Italie ait réussi à réduire drastiquement le nombre d'avortements : 234 801 par an en 1983, à 87 639 en 2015 ? Réduction importante aussi en Allemagne, où le nombre d'avortements est passé de 126 000 en 1996 à 98 721 en 2016.
L'évolution du nombre d'avortements et une comparaison de 2004 à 2014 est disponible dans ce tableau.

Par contre en Belgique, et malgré l'importance des statistiques pour ce problème de santé publique, aucun chiffre officiel n'est disponible depuis 2011. Ce manque d'information met à mal les mesures politiques qui devraient être prises pour en diminuer le nombre. Suffit-il de distribuer les moyens contraceptifs et déployer des politiques d'éducation à la vie affective et sexuelle dans les écoles dès le plus jeune âge ? Plusieurs chercheurs aujourd'hui mettent en évidence l'effet suggestif de ces cours comme invitant aux relations sexuelles, ce qui, à l'inverse de l'effet recherché, entraîne plus de grossesses non-planifiées. De même, une étude récente de Solidaris révèle que 65% des femmes qui se trouvent face à une grossesse non-planifiée, étaient pourtant sous contraception.

La question de la prévention de l'avortement doit se penser lorsque la femme, de façon inattendue, se retrouve enceinte : qui l'accompagne, quelles sont les aides qui lui sont proposées et par qui ? La liberté des femmes va de pair avec la mise en place d'autres options que celle de l'avortement.

L'Italie et l'Allemagne ont compris que la précarité et la situation sociale de la femme pèsent énormément dans la décision d'avorter et c'est pourquoi, des centres aident les femmes enceintes à évaluer les causes et circonstances qui les poussent à avorter. Suite à cela, ils trouvent, avec chacune, aides et solutions qui lui ouvrent des perspectives de vie avec son enfant. La prévention de l'avortement dès le début de la grossesse, semble devenir la meilleure politique, pour que l'avortement diminue drastiquement.

Source : Genethique.org


Articles similaires

France : inquiétude face à l’adoption du « délit d'entrave numérique à l’IVG »

France : inquiétude face à l’adoption du « délit d'entrave numérique à l’IVG »

- Avortement

Mardi 27 septembre dernier, le gouvernement français a annoncé son souhait de créer un « délit d'entrave numérique à l'IVG », profitant de la journée internationale sur le droit à l'avortement. C'est Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des droits des Femmes, qui s'est emparée du sujet. Défini par le code de la Santé publique et déjà en vigueur depuis 1993, le délit d'entrave à l'IVG sanctionne toute action dont l'objectif est d'empêcher l'accès à l'information sur l'avor...

Lire la suite

Pays-Bas : avortements tardifs réalisés dans les hôpitaux belges

Pays-Bas : avortements tardifs réalisés dans les hôpitaux belges

- Avortement

L'avortement tardif (au-delà de 24 semaines et en cas de graves anomalies foetales) et l'euthanasie de nouveau-nés porteurs d'un handicap sont dépénalisés aux Pays-Bas en vertu de la « Directive de non-poursuite des cas d'euthanasie sans requête et des avortements tardifs » de 2007. La procédure utilisée pour les euthanasies de nouveau-nés est connue sous le nom de Protocole de Groningen (cf. le dossier IEB : L'euthanasie des nouveau-nés et le Protocole de Groningen).

Chaque année, la Commiss...

Lire la suite

France : promotion de l’avortement par le Ministère en charge de la santé

France : promotion de l’avortement par le Ministère en charge de la santé

- Avortement

Marisol Touraine, Ministre de la santé en France, met en place des mesures qui visent la banalisation de l'avortement par une campagne « Mon corps, mon choix, mon droit ».
Parmi les mesures relayées par de nombreux médias, on notera l'invitation faite aux femmes à se diriger exclusivement vers le site ivg.gouv.fr et à appeler un « numéro vert » répertoriant les centres officiels et choisis où elles pourront avorter ou obtenir une contraception.
Dans le même temps, Nathalie Bajos, Directrice de...

Lire la suite