France : questionnement de certains députés face au nombre d’avortements

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 21/08/2017

Les responsables politiques français ont voulu comprendre le phénomène de l'avortement dans leur pays dont le nombre est évalué à 221.000 par an. C'est pourquoi, ils viennent de produire un document de travail « informatif ». Y sont comparées les législations de 8 pays concernant l'avortement : l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, la Suède, la Suisse, le Texas aux Etats-Unis, l'Irlande ou la Pologne. 

Les chiffres éveillent la curiosité : comment se fait-il par exemple que l'Italie ait réussi à réduire drastiquement le nombre d'avortements : 234 801 par an en 1983, à 87 639 en 2015 ? Réduction importante aussi en Allemagne, où le nombre d'avortements est passé de 126 000 en 1996 à 98 721 en 2016.
L'évolution du nombre d'avortements et une comparaison de 2004 à 2014 est disponible dans ce tableau.

Par contre en Belgique, et malgré l'importance des statistiques pour ce problème de santé publique, aucun chiffre officiel n'est disponible depuis 2011. Ce manque d'information met à mal les mesures politiques qui devraient être prises pour en diminuer le nombre. Suffit-il de distribuer les moyens contraceptifs et déployer des politiques d'éducation à la vie affective et sexuelle dans les écoles dès le plus jeune âge ? Plusieurs chercheurs aujourd'hui mettent en évidence l'effet suggestif de ces cours comme invitant aux relations sexuelles, ce qui, à l'inverse de l'effet recherché, entraîne plus de grossesses non-planifiées. De même, une étude récente de Solidaris révèle que 65% des femmes qui se trouvent face à une grossesse non-planifiée, étaient pourtant sous contraception.

La question de la prévention de l'avortement doit se penser lorsque la femme, de façon inattendue, se retrouve enceinte : qui l'accompagne, quelles sont les aides qui lui sont proposées et par qui ? La liberté des femmes va de pair avec la mise en place d'autres options que celle de l'avortement.

L'Italie et l'Allemagne ont compris que la précarité et la situation sociale de la femme pèsent énormément dans la décision d'avorter et c'est pourquoi, des centres aident les femmes enceintes à évaluer les causes et circonstances qui les poussent à avorter. Suite à cela, ils trouvent, avec chacune, aides et solutions qui lui ouvrent des perspectives de vie avec son enfant. La prévention de l'avortement dès le début de la grossesse, semble devenir la meilleure politique, pour que l'avortement diminue drastiquement.

Source : Genethique.org


Articles similaires

18.000 avortements en 2007

18.000 avortements en 2007

- Avortement

Dix-huit mille avortements en 2007 pour la Belgique. C'est le chiffre officiel révélé par le troisième rapport.de la Commission d'évaluation de la loi dépénalisant l'interruption de grossesse. Couvrant la période du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2007, ce document a été rendu public le 21 janvier 2009.
La loi dépénalisant l'avortement date du 13 août 1990. Elle prévoit qu'une commission puisse évaluer la façon dont la loi est appliquée par ceux qui pratiquent l'avortement.
Dès la première pag...

Lire la suite

France et avortement : supprimer  la clause de conscience ?

France et avortement : supprimer la clause de conscience ?

- Avortement

Le rapport du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes en France et relatif à l'accès à l'avortement recommande la suppression de la clause de conscience permettant aux médecins et aux autres professionnel(le)s de la santé de ne pas pratiquer l'IVG. On connaît mal, en France, la réalité de l'utilisation de cette clause. Des inspections menées par des ARS (Agences régionales de santé) montreraient que le développement de l'offre d'IVG  pourrait être freiné dans le cas des chef(fe...

Lire la suite

La Pologne interdit les avortements eugéniques

La Pologne interdit les avortements eugéniques

- Avortement

Le 22 octobre dernier, le Tribunal constitutionnel polonais a rendu une décision historique par rapport à la vie naissante, déclarant inconstitutionnel l'article de loi - datant de 1993 - qui autorise l'avortement sur base d'une malformation grave ou d'une maladie mortelle chez l'enfant à naître. Le Tribunal a qualifié ces avortements de pratiques eugéniques. Autorisés jusqu'à la fin de la grossesse, ces avortements induisent en effet un tri sélectif entre les enfants à naître sains et ceux po...

Lire la suite