France : augmentation du nombre d’avortements en 2013

Publié le : Thématique : Début de vie / Avortement Actualités Temps de lecture : 4 min.

 Imprimer

La Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (DREES), organisme affilié au Ministère de la Santé, a rendu son rapport sur les données françaises de 2013 relatives à l'avortement. Elle y relate une hausse de 4,7% du nombre d'avortements par rapport à 2012 après une période de stabilité depuis 2010. La France atteint ainsi un taux record d'avortements avec 229 000 avortements en 2013, soit 15,6 avortements pour mille femmes.
Les analyses statistiques révèlent que le taux d'avortement le plus élevé est pratiqué par des femmes âgées de 20 à 24 ans. En revanche, le nombre d'avortements des moins de vingt ans est en baisse.
L'étude constate une hausse des Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) par voie médicamenteuse, qui représentent en moyenne 60% des IVG. Ces procédés engendrent une grande pression sur les femmes qui se retrouvent bien souvent seules pour le processus de mort du foetus.
Quelles sont les raisons de cette recrudescence du nombre d'avortements en France ?
Depuis son arrivée au Ministère chargé de la santé, Marisol Touraine a pris diverses mesures attenantes à la fécondité des femmes. En 2012, elle a en particulier donné deux signaux forts pour offrir le plus largement possible la possibilité aux femmes d'avorter. Tout d'abord, en assurant la gratuité de cet acte, puisque la loi du 17 février 2012 a instauré le remboursement à 100% des actes d'IVG par la Sécurité Sociale à partir du 31 mars 2013. Les informations fournies par le Programme de Médicalisation des Systèmes d'Information (PMSI) permettent aussi de constater que l'augmentation en 2013 de la rémunération des hôpitaux pour les actes d'IVG encourage les établissements à cette pratique. La part hospitalière des IVG est de 85%.
Le second signal menant à la banalisation de l'avortement est le fait que la femme ne doive plus faire appel à la notion de détresse pour expliquer son avortement.
Beaucoup s'interrogent quant au nombre croissant d'avortement alors que seulement 3% des femmes n'ont pas recours à une contraception. Ce constat est confirmé par une analyse de la DREES en 2007 comme quoi deux femmes sur trois ayant recours à l'avortement étaient sous contraceptifs.
A l'heure actuelle, le Parlement français débat du projet de loi santé contenant des mesures relatives à l'IVG qui ne seront pas de nature à faire baisser la tendance dans les prochaines années. Il s'agit en effet de supprimer le délai de réflexion d'une semaine entre les deux consultations médicales préalables à l'avortement, de permettre aux sages-femmes de réaliser des IVG médicamenteuses et d'autoriser les Centres de santé à pratiquer l'IVG instrumentale.
Source : Direction Régionale des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques

 


Articles similaires

La majorité des avortements sont pratiqués à Bruxelles

La majorité des avortements sont pratiqués à Bruxelles

- Avortement

  A Bruxelles, une grossesse sur quatre se termine par un avortement. Ces chiffres sont respectivement de une sur dix en Flandre et de une sur huit en Wallonie. Selon Hanan Ben Abdeslam, du centre d'expertise «Volle Maan », ce chiffre particulièrement élevé pour la Capitale s'explique par le fait que des facteurs religieux, culturels mais aussi financiers freinent le recours à la contraception. De plus, la fertilité reste un sujet tabou dans différentes cultures étrangères. Cela explique pourq...

Lire la suite

France : 50.000 citoyens ont marché pour la vie à Paris

France : 50.000 citoyens ont marché pour la vie à Paris

- Avortement

C'est dans le calme et la bonne humeur que s'est déroulée ce dimanche 21 janvier, à Paris, la onzième Marche pour la vie. La mobilisation était significative puisqu'elle a rassemblé 50.000 participants.

Entre les primaires de la droite et de la gauche, et alors qu'est discuté, à l'Assemblée nationale, le projet de loi sur l'extension du délit d'entrave à l'IVG, force est de constater que la question de l'avortement a resurgi avec force dans le débat public, les femmes prenant la parole et tém...

Lire la suite

Délai d’avortement de 12 à 14 semaines en France : des conséquences néfastes pour les femmes et les médecins

Délai d’avortement de 12 à 14 semaines en France : des conséquences néfastes pour les femmes et les médecins

- Avortement

Le 23 février 2022, l'Assemblée nationale française a adopté une loi allongeant le délai d'avortement de 12 à 14 semaines. Cette loi fait pourtant l'objet d'intenses critiques, tant du point de vue des personnes en faveur d'une prévention de l'avortement que des personnes plus favorables à la pratique de l'avortement. Ces critiques se fondent sur deux éléments : d'une part, l'élargissement s'appuie sur l'idée erronée selon laquelle le délai actuel limiterait injustement l'accès à l'avortement ...

Lire la suite