France : augmentation du nombre d’avortements en 2013

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 07/08/2015

La Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (DREES), organisme affilié au Ministère de la Santé, a rendu son rapport sur les données françaises de 2013 relatives à l'avortement. Elle y relate une hausse de 4,7% du nombre d'avortements par rapport à 2012 après une période de stabilité depuis 2010. La France atteint ainsi un taux record d'avortements avec 229 000 avortements en 2013, soit 15,6 avortements pour mille femmes.
Les analyses statistiques révèlent que le taux d'avortement le plus élevé est pratiqué par des femmes âgées de 20 à 24 ans. En revanche, le nombre d'avortements des moins de vingt ans est en baisse.
L'étude constate une hausse des Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) par voie médicamenteuse, qui représentent en moyenne 60% des IVG. Ces procédés engendrent une grande pression sur les femmes qui se retrouvent bien souvent seules pour le processus de mort du foetus.
Quelles sont les raisons de cette recrudescence du nombre d'avortements en France ?
Depuis son arrivée au Ministère chargé de la santé, Marisol Touraine a pris diverses mesures attenantes à la fécondité des femmes. En 2012, elle a en particulier donné deux signaux forts pour offrir le plus largement possible la possibilité aux femmes d'avorter. Tout d'abord, en assurant la gratuité de cet acte, puisque la loi du 17 février 2012 a instauré le remboursement à 100% des actes d'IVG par la Sécurité Sociale à partir du 31 mars 2013. Les informations fournies par le Programme de Médicalisation des Systèmes d'Information (PMSI) permettent aussi de constater que l'augmentation en 2013 de la rémunération des hôpitaux pour les actes d'IVG encourage les établissements à cette pratique. La part hospitalière des IVG est de 85%.
Le second signal menant à la banalisation de l'avortement est le fait que la femme ne doive plus faire appel à la notion de détresse pour expliquer son avortement.
Beaucoup s'interrogent quant au nombre croissant d'avortement alors que seulement 3% des femmes n'ont pas recours à une contraception. Ce constat est confirmé par une analyse de la DREES en 2007 comme quoi deux femmes sur trois ayant recours à l'avortement étaient sous contraceptifs.
A l'heure actuelle, le Parlement français débat du projet de loi santé contenant des mesures relatives à l'IVG qui ne seront pas de nature à faire baisser la tendance dans les prochaines années. Il s'agit en effet de supprimer le délai de réflexion d'une semaine entre les deux consultations médicales préalables à l'avortement, de permettre aux sages-femmes de réaliser des IVG médicamenteuses et d'autoriser les Centres de santé à pratiquer l'IVG instrumentale.
Source : Direction Régionale des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques

 


Articles similaires

France : le délit d'entrave numérique à l'avortement définitivement adopté par le Parlement

France : le délit d'entrave numérique à l'avortement définitivement adopté par le Parlement

- Avortement

Adopté définitivement par l'Assemblée nationale le 16 février dernier, le texte nouvellement adopté est censé permettre aux femmes d'exercer pleinement leur droit d'avorter en ayant accès à une information fiable. Il prévoit ainsi de pénaliser les sites coupables de « désinformation », avec de lourdes sanctions infligées à ceux qui transmettent des informations estimées fausses et « de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséqu...

Lire la suite

Pays-Bas : avortements tardifs réalisés dans les hôpitaux belges

Pays-Bas : avortements tardifs réalisés dans les hôpitaux belges

- Avortement

L'avortement tardif (au-delà de 24 semaines et en cas de graves anomalies foetales) et l'euthanasie de nouveau-nés porteurs d'un handicap sont dépénalisés aux Pays-Bas en vertu de la « Directive de non-poursuite des cas d'euthanasie sans requête et des avortements tardifs » de 2007. La procédure utilisée pour les euthanasies de nouveau-nés est connue sous le nom de Protocole de Groningen (cf. le dossier IEB : L'euthanasie des nouveau-nés et le Protocole de Groningen).

Chaque année, la Commiss...

Lire la suite

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

- Avortement

La loi belge relative à l'interruption volontaire de grossesse n'évoque pas l'âge de la femme. C'est pourquoi les établissements pratiquant l'avortement cherchent à « évaluer », au cas par cas, la maturité de la jeune fille au cours des différents entretiens qui précèdent l'avortement. Ils lui conseilleront généralement de se faire accompagner par un adulte de son choix qui pourra la soutenir psychologiquement et qui veillera à ce qu'elle soit soignée rapidement en cas de complication médicale...

Lire la suite