France : augmentation du nombre d’avortements en 2013

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 07/08/2015

La Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (DREES), organisme affilié au Ministère de la Santé, a rendu son rapport sur les données françaises de 2013 relatives à l'avortement. Elle y relate une hausse de 4,7% du nombre d'avortements par rapport à 2012 après une période de stabilité depuis 2010. La France atteint ainsi un taux record d'avortements avec 229 000 avortements en 2013, soit 15,6 avortements pour mille femmes.
Les analyses statistiques révèlent que le taux d'avortement le plus élevé est pratiqué par des femmes âgées de 20 à 24 ans. En revanche, le nombre d'avortements des moins de vingt ans est en baisse.
L'étude constate une hausse des Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) par voie médicamenteuse, qui représentent en moyenne 60% des IVG. Ces procédés engendrent une grande pression sur les femmes qui se retrouvent bien souvent seules pour le processus de mort du foetus.
Quelles sont les raisons de cette recrudescence du nombre d'avortements en France ?
Depuis son arrivée au Ministère chargé de la santé, Marisol Touraine a pris diverses mesures attenantes à la fécondité des femmes. En 2012, elle a en particulier donné deux signaux forts pour offrir le plus largement possible la possibilité aux femmes d'avorter. Tout d'abord, en assurant la gratuité de cet acte, puisque la loi du 17 février 2012 a instauré le remboursement à 100% des actes d'IVG par la Sécurité Sociale à partir du 31 mars 2013. Les informations fournies par le Programme de Médicalisation des Systèmes d'Information (PMSI) permettent aussi de constater que l'augmentation en 2013 de la rémunération des hôpitaux pour les actes d'IVG encourage les établissements à cette pratique. La part hospitalière des IVG est de 85%.
Le second signal menant à la banalisation de l'avortement est le fait que la femme ne doive plus faire appel à la notion de détresse pour expliquer son avortement.
Beaucoup s'interrogent quant au nombre croissant d'avortement alors que seulement 3% des femmes n'ont pas recours à une contraception. Ce constat est confirmé par une analyse de la DREES en 2007 comme quoi deux femmes sur trois ayant recours à l'avortement étaient sous contraceptifs.
A l'heure actuelle, le Parlement français débat du projet de loi santé contenant des mesures relatives à l'IVG qui ne seront pas de nature à faire baisser la tendance dans les prochaines années. Il s'agit en effet de supprimer le délai de réflexion d'une semaine entre les deux consultations médicales préalables à l'avortement, de permettre aux sages-femmes de réaliser des IVG médicamenteuses et d'autoriser les Centres de santé à pratiquer l'IVG instrumentale.
Source : Direction Régionale des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques

 


Articles similaires

France : inquiétude face à l’adoption du « délit d'entrave numérique à l’IVG »

France : inquiétude face à l’adoption du « délit d'entrave numérique à l’IVG »

- Avortement

Mardi 27 septembre dernier, le gouvernement français a annoncé son souhait de créer un « délit d'entrave numérique à l'IVG », profitant de la journée internationale sur le droit à l'avortement. C'est Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des droits des Femmes, qui s'est emparée du sujet. Défini par le code de la Santé publique et déjà en vigueur depuis 1993, le délit d'entrave à l'IVG sanctionne toute action dont l'objectif est d'empêcher l'accès à l'information sur l'avor...

Lire la suite

France et avortement : supprimer  la clause de conscience ?

France et avortement : supprimer la clause de conscience ?

- Avortement

Le rapport du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes en France et relatif à l'accès à l'avortement recommande la suppression de la clause de conscience permettant aux médecins et aux autres professionnel(le)s de la santé de ne pas pratiquer l'IVG. On connaît mal, en France, la réalité de l'utilisation de cette clause. Des inspections menées par des ARS (Agences régionales de santé) montreraient que le développement de l'offre d'IVG  pourrait être freiné dans le cas des chef(fe...

Lire la suite

Avortements en direct d’enfants handicapés : émission télévisée en Flandre.

Avortements en direct d’enfants handicapés : émission télévisée en Flandre.

- Avortement

Durant près de 51 minutes, le téléspectateur partage la souffrance de ces couples apprenant le handicap de leur enfant à naître. Tous ont opté pour l'interruption de la grossesse, se justifiant et rejoignant ainsi l'avis unanime des professionnels de la santé interrogés par la VRT.
La « mise à mort » (entre les minutes 5 et 10) du bébé est livrée aux téléspectateurs, qui suivent les gestes du médecin lorsqu'il introduit à travers le ventre arrondi de la maman, le produit létal dans le coeur du...

Lire la suite