Fact-checking : les lois « pro-vie » aux Etats-Unis protègent aussi la vie des femmes enceintes

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Début de vie / Avortement Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Les 23 états des États-Unis d’Amérique dotés de lois qui protègent l’enfant à naître, permettent un traitement médical nécessaire et dans les temps requis pour sauver la vie de la femme enceinte si celle-ci est en danger, notamment en cas de fausse couche ou de grossesse extra-utérine.


A l’heure où ces états sont accusés de mettre la vie des femmes en danger à cause de leurs lois contre l’avortement, l’Institut Charlotte Lozier a publié une analyse juridique et médicale qui résume chacune des lois des 23 états et s’appuye sur les bulletins du Collège Américain des Obstétriciens et Gynécologues relatifs à différents traitements médicaux en cas de grossesses dangereuses pour la vie de la mère. Cette analyse très précise fournit d’ailleurs un état des lieux très utile sur la législation en vigueur à propos de l’avortement aux États-Unis.

 

Le Dr Ingrid Skop, gynécologue-obstétricienne au Texas, et qui a accompagné la naissance de plus de 5 000 bébés et soutenu d’innombrables femmes à travers des grossesses compliquées, dénonce la prétendue confusion qu’aurait entrainée le récent arrêt de la Cour Suprême des Etats-Unis Dobbs v. Jackson Women’s Health Organisation* : « Je me demande si les médecins qui disent qu’ils ne savent plus comment agir dans l’ère Dobbs ont bien lu la loi et s’ils ont lu les bulletins de l’ACOG (ndlr : le Collège précité) qui sont habituellement utilisés comme directives par les gynécologues ». (…) « La loi et les directives médicales sont en accord, on doit prendre soin des femmes qui souffrent de complications dans leur grossesse. »

 

Concrètement, le traitement d’une fausse couche par exemple, nécessite le retrait du fœtus décédé, même si la technique en soi est semblable à celle d’un avortement sélectif.

 

 

*Dans l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organisation (juin 2022), la Cour suprême déclare que la Constitution américaine ne confère pas de droit à l'avortement, et que le pouvoir de réglementer une telle pratique revient dès lors aux représentants du peuple dans chaque État. (voy. Actualité IEB)


Articles similaires

Des femmes contraintes d’avorter : une actualité qui reste méconnue

Des femmes contraintes d’avorter : une actualité qui reste méconnue

- Avortement

Selon un sondage de la BBC en mars 2022 sur la coercition liée à la procréation, 15% des femmes britanniques ont subi des pressions pour avorter. En outre, 3% des femmes interrogées se sont vues donner un comprimé ou une autre substance pour provoquer un avortement à leur insu.

Une part non négligeable d’entre elles (5%) a subi de la violence physique avec l’intention de provoquer une fausse couche.

Par ailleurs, 14% des femmes...

Lire la suite

Avortement aux Etats-Unis : la bataille autour des lois a redoublé ces derniers mois

Avortement aux Etats-Unis : la bataille autour des lois a redoublé ces derniers mois

- Avortement

Aux Etats Unis, la remise en question des lois sur l'avortement se poursuit. De plus en plus d'Etats abandonnent la doctrine Roe v. Wade, cet arrêt de 1973 dans lequel la Cour Suprême déclare que la liberté d'avorter est garantie par le droit à la vie privée. A la suite de cet arrêt, beaucoup d'Etats avaient modifié leur loi, autorisant parfois des avortements jusqu'à la naissance. Ces derniers mois, dans pas moins de 16 Etats des propositions de loi ont été déposées pour protéger davantag...

Lire la suite

Appel aux sages-femmes pour répondre aux demandes d’avortement ?

Appel aux sages-femmes pour répondre aux demandes d’avortement ?

- Avortement

Répondant à une interpellation de la député MR Valérie Warzée-Caverenne à propos d'une éventuelle pénurie de médecins prêts à pratiquer l'avortement,  la Ministre de la santé, Madame Onkelinx a fait certaines propositions, réaffirmant  « cette liberté fondamentale pour la femme de disposer de son corps ».
Dédramatisant le spectre de la pénurie, la Ministre  affirme que « seuls 2 des 31 centres extrahospitaliers ont manifesté une situation problématique » rappelant aussi que « l'alternative hos...

Lire la suite