Espagne : le Comité de bioéthique soutient la réforme sur l’avortement

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 12/06/2014

Le Comité de bioéthique espagnol vient de rendre son avis sur le projet de loi visant à limiter le recours à l'interruption volontaire de grossesse  (IVG). Par 9 voix contre 3, le Comité soutient la réforme de la loi sur l'avortementCe projet de loi, précise le Comité, "est plus en conformité avec le droit à la vie" que l'actuelle législation. Le rapport du Comité soutient une loi qui affiche comme priorité la protection de l'enfant à naître quand la loi actuellement en vigueur autorise l'avortement dans les 14 premières semaines de grossesse "sans motif".  
Le Comité demande également à l'exécutif que ce projet de loi prévoit des dispositions d'aides à la maternité pour qu'il puisse donner lieu aux résultats escomptés, à savoir "une diminution du nombre d'avortements". Ces aides devraient concerner la "santé, les services, le fonctionnement du marché du travail, le logement et l'aide  financière".     
Enfin, le Comité demande à ce qu'un soutien soit apporté aux femmes qui ont avorté : "l'information et le soutien aux femmes qui décident d'interrompre définitivement leur grossesse ne doit pas se terminer au moment où cela se produit. La réalité démontre que ces femmes peuvent avoir besoin d'une aide psychologique pour surmonter les conséquences d'une décision que, dans la majorité des cas, elles n'ont pas voulu prendre".
Cet avis consultatif du Comité de bioéthique est l'un des plus attendus car il émane d'experts reconnus.
Source : Genethique.org


Articles similaires

La militance pro-avortement d’Amnesty International redoublera en 2019

La militance pro-avortement d’Amnesty International redoublera en 2019

- Avortement

« En 2019, nous allons mener un combat pour la dépénalisation de l'avortement dans tous les pays où il constitue toujours un crime. Rejoignez le combat. Rejoignez-nous. » C'est en ces termes qu'Amnesty International développe son plaidoyer pour l'avortement dans un dossier « Les droits humains aujourd'hui » (2018), plaçant la dépénalisation de cet acte dans ses priorités pour l'année 2019.

Au nom de cette imposante ONG, son secrétaire général Kumi Naidoo se félicite de la dépénalisation réce...

Lire la suite

Une enquête gouvernementale sur les conséquences de l’avortement en Allemagne

Une enquête gouvernementale sur les conséquences de l’avortement en Allemagne

- Avortement

Le Gouvernement allemand vient d'accorder un budget de 5 millions d'euros au Ministre de la santé Jens Spahn (CDU), pour lui permettre de mener à bien une enquête sur les conséquences psychologiques à long terme de l'avortement chez les femmes. Il s'agit d'étudier l'existence des « syndromes post-avortement » et de voir dans quelle mesure ils peuvent affecter les femmes. L'enquête doit se dérouler de 2020 à 2023, à raison de 1.25 million d'euros alloué par an.

Cette décision a entraîné de nom...

Lire la suite

Avortement : le Honduras ne cède pas aux pressions internationales

Avortement : le Honduras ne cède pas aux pressions internationales

- Avortement

En 1983, le Code Pénal du Honduras avait été assoupli, ouvrant la porte à l'avortement en cas de grossesse mettant la vie de la mère en danger, en cas de viol et lorsque le foetus était porteur d'une malformation.

Deux ans plus tard, en 1985, le législateur est revenu sur ces modifications qu'il a abrogées car jugées contraires à la Constitution établissant le caractère inviolable de la vie, l'enfant à naître étant considéré de la même manière que toute personne humaine née.

Depuis, les pres...

Lire la suite