Dépourvue de gouvernement, l'Irlande du Nord est sommée par Londres de dépénaliser l'avortement

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Irlande

Publié le : 25/10/2019

L'Irlande du Nord avait jusqu'au 21 octobre, minuit, pour remettre en fonction son assemblée parlementaire et éviter ainsi de se voir imposer par le Parlement de Westminster une dépénalisation de l'avortement. Elle n'y est pas parvenue. En attendant un encadrement légal qui devra être mis en place avant le 31 mars 2020, un régime provisoire, imposé par Westminster dans une matière qui pourtant est dévolue aux provinces du Royaume-Uni, autorise l'avortement jusqu'à ce que l'enfant à naître soit viable (22 à 24 semaines de grossesse).

 

Reste néanmoins punissable l'avortement d'un "enfant capable de naître vivant", sauf en cas de danger pour la vie de la mère.    Le gouvernement nord-irlandais était tombé en janvier 2017, et en juillet 2019, le Parlement de Westminster avait voté une loi (Northern Ireland Executive Formation Act) disposant que si l'Assemblée parlementaire d'Irlande du Nord n'était pas reconstituée avant le 22 octobre, la loi de la province sur l'avortement serait changée. Deux récentes décisions de la Cour suprême de Belfast et de la Cour suprême de Londres avaient jugé que la loi nord-irlandaise relative à l'avortement était incompatible avec les engagements du Royaume-Uni relatifs aux droits de l'homme. Jusqu'à présent et en application de l'arrêt R v. Bourne, cette loi n'autorisait l'avortement que pour "protéger la vie de la femme", c'est-à-dire si la poursuite de la grossesse risquait de mettre à mal la santé physique ou mentale de la femme, de façon grave et durable.  

Une consultation publique des Nord-irlandais sur un projet de loi s'ouvrira bientôt.


Articles similaires

L’objection de conscience sous le feu des pro-avortement en Pologne

L’objection de conscience sous le feu des pro-avortement en Pologne

- Avortement

Un médecin polonais, professeur et obstétricien de renom, a invoqué sa clause de conscience en refusant de pratiquer un avortement sur une femme enceinte par fécondation in vitro d'un enfant malformé. Le Pr Bogdan Chazan de l'hôpital de la Sainte-Famille à Varsovie, a proposé de prendre le meilleur soin possible de la mère et de l'enfant jusqu'après l'accouchement, et de procurer des soins palliatifs au bébé dont la malformation laissait en effet prévoir qu'il ne survivrait guère. La santé de ...

Lire la suite

La majorité des avortements sont pratiqués à Bruxelles

La majorité des avortements sont pratiqués à Bruxelles

- Avortement

  A Bruxelles, une grossesse sur quatre se termine par un avortement. Ces chiffres sont respectivement de une sur dix en Flandre et de une sur huit en Wallonie. Selon Hanan Ben Abdeslam, du centre d'expertise «Volle Maan », ce chiffre particulièrement élevé pour la Capitale s'explique par le fait que des facteurs religieux, culturels mais aussi financiers freinent le recours à la contraception. De plus, la fertilité reste un sujet tabou dans différentes cultures étrangères. Cela explique pourq...

Lire la suite

Pénurie de médecins  pratiquant l’avortement ?

Pénurie de médecins pratiquant l’avortement ?

- Avortement

C'est dans une publication du Centre d'action laïque (CAL) que le Dr Dominique Roynet, partage sa vision à propos de la pratique de l'avortement en Belgique. " Faire des avortements ne s'improvise pas : outre une expertise de la technique de vacu-aspiration sous anesthésie locale, il faut maîtriser la dimension relationnelle et émotionnelle de cet acte peu banal dans la vie d'une femme, pouvoir travailler en équipe pluridisciplinaire et accepter d'être mal payé. " C'est pourquoi, selon elle, i...

Lire la suite