Dépourvue de gouvernement, l'Irlande du Nord est sommée par Londres de dépénaliser l'avortement

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Irlande

Publié le : 25/10/2019

L'Irlande du Nord avait jusqu'au 21 octobre, minuit, pour remettre en fonction son assemblée parlementaire et éviter ainsi de se voir imposer par le Parlement de Westminster une dépénalisation de l'avortement. Elle n'y est pas parvenue. En attendant un encadrement légal qui devra être mis en place avant le 31 mars 2020, un régime provisoire, imposé par Westminster dans une matière qui pourtant est dévolue aux provinces du Royaume-Uni, autorise l'avortement jusqu'à ce que l'enfant à naître soit viable (22 à 24 semaines de grossesse).

 

Reste néanmoins punissable l'avortement d'un "enfant capable de naître vivant", sauf en cas de danger pour la vie de la mère.    Le gouvernement nord-irlandais était tombé en janvier 2017, et en juillet 2019, le Parlement de Westminster avait voté une loi (Northern Ireland Executive Formation Act) disposant que si l'Assemblée parlementaire d'Irlande du Nord n'était pas reconstituée avant le 22 octobre, la loi de la province sur l'avortement serait changée. Deux récentes décisions de la Cour suprême de Belfast et de la Cour suprême de Londres avaient jugé que la loi nord-irlandaise relative à l'avortement était incompatible avec les engagements du Royaume-Uni relatifs aux droits de l'homme. Jusqu'à présent et en application de l'arrêt R v. Bourne, cette loi n'autorisait l'avortement que pour "protéger la vie de la femme", c'est-à-dire si la poursuite de la grossesse risquait de mettre à mal la santé physique ou mentale de la femme, de façon grave et durable.  

Une consultation publique des Nord-irlandais sur un projet de loi s'ouvrira bientôt.


Articles similaires

Malte résiste et réaffirme son opposition à l'avortement

Malte résiste et réaffirme son opposition à l'avortement

- Avortement

La Présidente nouvellement élue de Malte, Marie Louise Coleiro Préca,  a déclaré qu'en tant que présidente, jamais elle ne signerait une loi légalisant l'avortement. Elle est d'ailleurs soutenue dans son point de vue par Leo Brincat représentant le parti travailliste (gauche) au Conseil de l'Europe . « En ce qui concerne mon parti ... il n'y a pas de « si » ni de « mais » sur cette question. Le Parti travailliste de Malte a toujours été, est et restera contre l'avortement.»
Malte résiste et de...

Lire la suite

L’avortement en Europe : derniers chiffres et évolutions - Flash Expert

L’avortement en Europe : derniers chiffres et évolutions - Flash Expert

- Avortement

Nouveau Flash Expert : ICI

En terme de variation en pourcentages depuis 2004, la Belgique s'inscrit parmi les pays qui connaissent la plus forte augmentation du nombre d'avortements (+22%).

Eurostat, le service de statistiques de l'Union européenne, a récemment publié les derniers chiffres disponibles sur les avortements déclarés en 2016 dans différents pays du continent européen. Pour les pays dont les données ne figurent pas encore dans les statistiques d'Eurostat, l'Institut Européen de B...

Lire la suite

Brésil : vers une décriminalisation de l’avortement ?

Brésil : vers une décriminalisation de l’avortement ?

- Avortement

Le mardi 29 novembre, la Cour suprême du Brésil a pris la décision de lever les sanctions infligées à cinq employés d'une clinique de Rio de Janeiro qui avaient procédé à un avortement clandestin en 2013. Le motif invoqué par la Cour suprême est que pratiquer un avortement avant trois mois de grossesse ne pouvait être considéré comme un crime.

 

Au Brésil, depuis 1984, l'avortement est pourtant inscrit dans le code pénal comme « un crime contre la vie humaine ». L'IVG (interruption volontai...

Lire la suite