Comment la suppression d’une aide sociale a conduit à l’augmentation du nombre d’avortements au Royaume-Uni

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 16/12/2020

Auteur / Source : BPAS

Parmi les mères britanniques de deux enfants ou plus ayant récemment avorté, 60% déclarent que leur décision d'avorter a été influencée par l'arrêt d'une aide sociale par le gouvernement britannique.

Ces chiffres sont issus d'une étude publiée en décembre 2020 par le British Pregnancy Advisory Service (BPAS). Le BPAS est une association pratiquant des avortements et prodiguant du conseil en matière de contraception et de grossesse au Royaume-Uni.

L'aide gouvernementale supprimée dont il est question consiste en un crédit d'impôt et en une allocation familiale dont le montant est calculé de manière progressive en fonction du nombre d'enfants à charge. En avril 2017, le gouvernement britannique introduit une limite de deux enfants pour le calcul de ces aides financières. Les familles avec trois enfants ou plus ne reçoivent donc plus de soutien financier supplémentaire en comparaison des familles comptant deux enfants.

L'étude du BPAS a interrogé 240 mères ayant deux enfants ou plus et ayant avorté depuis mars 2020. Parmi les femmes ayant connaissance de cette limite de deux enfants pour le calcul de l'aide sociale (59% du panel), 31% indiquent que la suppression de cette aide supplémentaire a joué un « rôle très important » dans leur décision d'avorter, et, pour 26%, un rôle « assez important ».

Seules 30 % de ces femmes considèrent qu'une telle réforme n'a joué aucun rôle dans leur décision d'avorter.

 

Crise sanitaire et précarité économique

Particulièrement interpellants, ces résultats s'inscrivent par ailleurs dans le contexte difficile de la crise sanitaire, dont les répercussions économiques se sont fait ressentir auprès de nombreux ménages britanniques, en particulier du point de vue de la stabilité de leur emploi. 62 % des femmes interrogées confirment d'ailleurs que le recours à l'avortement était en partie, sinon essentiellement lié à des considérations financières. En l'absence de telles difficultés financières, de nombreuses femmes interrogées indiquent ainsi clairement qu'elles auraient gardé l'enfant et mené leur grossesse à terme : l'une d'entre elles déclare par exemple que "si cette limite de deux enfants n'existait pas, j'aurais gardé le bébé, mais je n'avais pas les moyens de le nourrir et de l'habiller... J'ai vraiment eu du mal à accepter ma décision".

 

Quelle politique de prévention de l'avortement ?

Si les résultats spécifiques de cette étude semblent donc liés à une combinaison entre l'arrêt de l'aide gouvernementale et le contexte de la pandémie, l'évolution du nombre d'avortements pratiqués au Royaume-Uni confirme quoi qu'il en soit de manière structurelle l'impact d'une politique fiscale défavorable aux familles nombreuses sur le nombre d'avortements. En effet, là où le nombre total d'avortements a augmenté de 11,7% entre 2016 et 2019 au Royaume-Uni, cette augmentation est de 16,4% chez les femmes ayant deux enfants ou plus.

Plus largement, ces chiffres mettent en exergue les limites d'une politique centrée sur la seule question de l'accès à l'avortement et à la contraception, et du libre choix de la femme enceinte. Ces chiffres montrent au contraire la nécessité de prendre en compte les facteurs externes pouvant mener à la décision d'avorter, afin que puisse être développée une véritable politique de prévention de l'avortement, en particulier sur le plan du soutien aux femmes enceintes et aux familles.

 

Crédits image : BPAS


Articles similaires

Les avortements en fonction du sexe doivent être criminalisés

Les avortements en fonction du sexe doivent être criminalisés

- Avortement

Nils Muinieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe*, condamne les avortements sélectifs selon le sexe. Il vient en effet de déclarer que « les avortements sélectifs en fonction du sexe sont discriminatoires et doivent être interdits ». Il dénonce ces avortements qui se pratiquent aussi en Europe, car il est facile de connaître le sexe du foetus et il déplore, qu'à ce jour, le cadre international n'apporte qu'une faible protection au foetus féminin.
Alliant les revendicat...

Lire la suite

Pologne : l'interdiction des avortements eugéniques remise en question

Pologne : l'interdiction des avortements eugéniques remise en question

- Avortement

Depuis la décision rendue le 22 octobre dernier par le Tribunal constitutionnel, la législation polonaise en matière d'avortement suscite de nombreuses prises de position.

Comme nous l'évoquions dans un bulletin précédent, le Tribunal conclut dans son arrêt à l'inconstitutionnalité de l'autorisation de l'avortement fondé sur une malformation grave ou une maladie mortelle chez l'enfant à naître. Selon les juges constitutionnels, autoriser de tels avortement revient à violer le droit fondamenta...

Lire la suite

OMS : 56 millions d’avortements connus dans le monde en 2015

OMS : 56 millions d’avortements connus dans le monde en 2015

- Avortement

Bien que le nombre annuel d'avortements connus dans le monde ait baissé de 46 à 27 pour 1000 femmes en âge de procréer entre 1990 et 2014, les estimations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publiées jeudi 12 mai 2016 dans le journal britannique The Lancet démontrent qu'une grossesse sur quatre débouche sur un avortement dans le monde.

Les études révèlent notamment que le taux d'avortements a considérablement baissé dans les pays développés, en particulier les pays européens. En reva...

Lire la suite