Chypre assouplit sa législation sur l’avortement

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 05/04/2018

Jusqu'à présent, à Chypre, l'avortement n'était possible que si deux médecins certifiaient que la grossesse non-plnifiée posait des risques sérieux pour la santé physique ou psychologique de la femme.

Suite à l'adoption au Parlement des amendements modifiant le code pénal, une femme pourra désormais mettre fin à sa grossesse dans un délai de 12 semaines sans justifier d'un risque pour sa santé. Elle devra tout de même consulter un médecin.

Dans les cas de viol ou d'inceste, ce délai sera prolongé à 19 semaines, et les femmes qui s'en disent victime n'auront plus à produire une confirmation de la police.

S'il n'existe pas de données fiables sur les avortements à Chypre, des femmes se tournent vers cette pratique clandestinement, assure la députée Stella Kyriakides, présidente du comité parlementaire sur l'égalité des chances entre les hommes et les femmes. De nombreuses cliniques privées le pratiqueraient officieusement. Si les poursuites en justice sont rares, les médecins agissent néanmoins dans une « zone grise ».

L'intention de cette modification légale est la décriminalisation immédiate de l'avortement. Ces modifications visent également à « garantir le droit incontestable des femmes à faire des choix libres et informés ». Le présent amendement au code pénal est une première étape. Une proposition législative plus complète, incluant des dispositions sur l'éducation sexuelle et la prévention, devrait être présentée dans les mois à venir.


Articles similaires

Belgique : autour de l’avortement, c’est la liberté d’expression qui est menacée

Belgique : autour de l’avortement, c’est la liberté d’expression qui est menacée

- Avortement

A l'heure où plusieurs lobbies ont entamé récemment une campagne visant à sortir l'avortement du code pénal, la conjonction de deux événements, à savoir un cours de philosophie dispensé à l'Université Catholique de Louvain par le professeur Stéphane Mercier - où ce dernier déployait un argumentaire qualifiant l'avortement de meurtre - et une interview radio de la porte-parole de la Marche pour la Vie, Constance du Bus, a permis de faire surgir, au-delà du débat souvent brimé sur l'avortement, ...

Lire la suite

L’objection de conscience sous le feu des pro-avortement en Pologne

L’objection de conscience sous le feu des pro-avortement en Pologne

- Avortement

Un médecin polonais, professeur et obstétricien de renom, a invoqué sa clause de conscience en refusant de pratiquer un avortement sur une femme enceinte par fécondation in vitro d'un enfant malformé. Le Pr Bogdan Chazan de l'hôpital de la Sainte-Famille à Varsovie, a proposé de prendre le meilleur soin possible de la mère et de l'enfant jusqu'après l'accouchement, et de procurer des soins palliatifs au bébé dont la malformation laissait en effet prévoir qu'il ne survivrait guère. La santé de ...

Lire la suite

Floride : une loi fait de l'avortement un acte illégal

Floride : une loi fait de l'avortement un acte illégal

- Avortement

Le gouverneur de Floride, Rick Scott a promulgué une loi faisant de l'avortement un acte illégal dans cet Etat, à tout moment de la grossesse dès lors que le médecin de la femme enceinte considère que le foetus peut survivre en dehors de l'utérus. Jusque-là, la législation en vigueur interdisait l'avortement au-delà de la 24ème semaine de grossesse sauf en cas de risque pour la santé de la mère.
La nouvelle législation supprime l'exception de troubles psychologiques mais prévoit que l'avorteme...

Lire la suite