Brésil : vers une décriminalisation de l’avortement ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 08/12/2016

Le mardi 29 novembre, la Cour suprême du Brésil a pris la décision de lever les sanctions infligées à cinq employés d'une clinique de Rio de Janeiro qui avaient procédé à un avortement clandestin en 2013. Le motif invoqué par la Cour suprême est que pratiquer un avortement avant trois mois de grossesse ne pouvait être considéré comme un crime.

 

Au Brésil, depuis 1984, l'avortement est pourtant inscrit dans le code pénal comme « un crime contre la vie humaine ». L'IVG (interruption volontaire de grossesse) y est donc passible de 1 à 3 ans de prison ferme, et n'est autorisée que dans trois situations : lorsque le foetus est dépourvu de cerveau (acéphale), lorsque la vie de la future mère est menacée ou lorsque la grossesse est consécutive à un viol.

 

Selon le juge Roberto Barroso, l'un des ministres de la Cour suprême, criminaliser l'avortement « violerait les divers droits fondamentaux des femmes » et serait « incompatible avec les droits sexuels et le droit à la reproduction des femmes qui ne peuvent être contraintes par l'Etat de poursuivre une grossesse non désirée ». Criminaliser l'avortement irait également à l'encontre de « l'intégrité physique et psychique des femmes enceintes ». Une source de l'AFP a expliqué que, quand bien même cet arrêt n'était aujourd'hui valable que pour ce dossier en particulier, ne faisant donc pas nécessairement jurisprudence, il pourrait toutefois être utilisé comme précédent pour d'autres cas.

 

Face aux différentes réactions, le président de la chambre des représentants du Brésil, Rodrigo Maia, a demandé de suspendre la décision en attendant la création d'un comité spécial en vue de légiférer clairement sur la question de l'avortement. Il a ainsi expliqué que « chaque fois que la Cour suprême tente de légiférer en lieu et place de la chambre des représentants ou du congrès national, nous devons répondre, confirmer ou corriger la décision de la Cour, comme c'est le cas en ce moment même ».


Source : SPUC, Belga


Articles similaires

Deux pétitions pour s'opposer à la dépénalisation totale de l'avortement en Belgique

Deux pétitions pour s'opposer à la dépénalisation totale de l'avortement en Belgique

- Avortement

Alors que certains partis politiques poussent en direction d'un vote express pour une dépénalisation totale de l'avortement avant les vacances parlementaires du 21 juillet, alors que les partis ont auditionnés les "experts" qu'ils s'étaient choisis, voici que des citoyens prennent la plume et invitent leurs semblables à se joindre à eux par ces 2 pétitions : ils veulent ainsi faire entendre leurs voix à ceux qui, lors des élections prochaines,  demanderont leurs votes. La première Initiative e...

Lire la suite

Avortement – Gynécologues, médecins et soignants toujours plus nombreux à s’opposer à la proposition de loi

Avortement – Gynécologues, médecins et soignants toujours plus nombreux à s’opposer à la proposition de loi

- Avortement

A la veille de la reprise des discussions autour de la proposition de loi IVG à la Chambre, c'est désormais au tour de nombreux gynécologues d'exprimer leurs vives inquiétudes face au contenu de cette réforme. Dans une tribune publiée ce jeudi dans les quotidiens Le Soir et Het Laatste Nieuws, neuf gynécologues issus des quatre coins du pays expliquent en quoi cette proposition de loi est non seulement « précipitée » et « prématurée », mais aussi inefficace et même contreproductive dans les me...

Lire la suite

Vers une pénurie des médecins pratiquant l'avortement en Belgique ?

Vers une pénurie des médecins pratiquant l'avortement en Belgique ?

- Avortement

Cela fait 23 ans que l'avortement est autorisé en Belgique. " Il est urgent que d'autres universités que l'ULB s'impliquent dans la formation des jeunes généralistes pratiquant l'avortement, au risque d'aboutir à une pénurie, et donc d'en limiter l'accès au droit " a écrit le docteur Dominique Roynet dans l'état des lieux 2013 du Centre d'Action Laïque (CAL) sur l'avortement.
Celle-ci dénonce également le recours abusif à l'avortement médicamenteux (méthode qui n'est ni simple ni indolore) pou...

Lire la suite