Brésil : vers une décriminalisation de l’avortement ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 08/12/2016

Le mardi 29 novembre, la Cour suprême du Brésil a pris la décision de lever les sanctions infligées à cinq employés d'une clinique de Rio de Janeiro qui avaient procédé à un avortement clandestin en 2013. Le motif invoqué par la Cour suprême est que pratiquer un avortement avant trois mois de grossesse ne pouvait être considéré comme un crime.

 

Au Brésil, depuis 1984, l'avortement est pourtant inscrit dans le code pénal comme « un crime contre la vie humaine ». L'IVG (interruption volontaire de grossesse) y est donc passible de 1 à 3 ans de prison ferme, et n'est autorisée que dans trois situations : lorsque le foetus est dépourvu de cerveau (acéphale), lorsque la vie de la future mère est menacée ou lorsque la grossesse est consécutive à un viol.

 

Selon le juge Roberto Barroso, l'un des ministres de la Cour suprême, criminaliser l'avortement « violerait les divers droits fondamentaux des femmes » et serait « incompatible avec les droits sexuels et le droit à la reproduction des femmes qui ne peuvent être contraintes par l'Etat de poursuivre une grossesse non désirée ». Criminaliser l'avortement irait également à l'encontre de « l'intégrité physique et psychique des femmes enceintes ». Une source de l'AFP a expliqué que, quand bien même cet arrêt n'était aujourd'hui valable que pour ce dossier en particulier, ne faisant donc pas nécessairement jurisprudence, il pourrait toutefois être utilisé comme précédent pour d'autres cas.

 

Face aux différentes réactions, le président de la chambre des représentants du Brésil, Rodrigo Maia, a demandé de suspendre la décision en attendant la création d'un comité spécial en vue de légiférer clairement sur la question de l'avortement. Il a ainsi expliqué que « chaque fois que la Cour suprême tente de légiférer en lieu et place de la chambre des représentants ou du congrès national, nous devons répondre, confirmer ou corriger la décision de la Cour, comme c'est le cas en ce moment même ».


Source : SPUC, Belga


Articles similaires

Pourquoi l’avortement n’est pas un acte médical

Pourquoi l’avortement n’est pas un acte médical

- Avortement

L'actualité exige d'être clair sur les enjeux en matière d'avortement. C'est pourquoi, ce Flash Expert  peut contribuer à enrichir la réflexion.

L'avortement est parfois présenté comme un « acte médical » au motif que sa pratique est confiée par la loi à un médecin. Or, il faut examiner la nature d'un acte, déterminée entre autres par sa finalité, et non pas uniquement la qualité de celui qui le pose, pour conclure qu'il constitue ou non un acte médical. Deux pages pour comprendre et argument...

Lire la suite

Avortements en direct d’enfants handicapés : émission télévisée en Flandre.

Avortements en direct d’enfants handicapés : émission télévisée en Flandre.

- Avortement

Durant près de 51 minutes, le téléspectateur partage la souffrance de ces couples apprenant le handicap de leur enfant à naître. Tous ont opté pour l'interruption de la grossesse, se justifiant et rejoignant ainsi l'avis unanime des professionnels de la santé interrogés par la VRT.
La « mise à mort » (entre les minutes 5 et 10) du bébé est livrée aux téléspectateurs, qui suivent les gestes du médecin lorsqu'il introduit à travers le ventre arrondi de la maman, le produit létal dans le coeur du...

Lire la suite

Irlande : la loi sur l’avortement restera en l'état

Irlande : la loi sur l’avortement restera en l'état

- Avortement

Ce jeudi 11 février 2016, le Parlement d'Irlande du Nord a rejeté deux amendements proposant respectivement l'extension de l'avortement aux cas de crimes sexuels et aux cas de malformation fatale du foetus in utero ou peu après la naissance.
La première proposition relative au viol a été rejetée par 64 voix contre et 30 pour. Jim Allister, magistrat en matière pénale et chef du parti Traditional Unionist Voice a expliqué que « 95 % du temps, le jury se pose la question de savoir si les rapport...

Lire la suite