Belgique : vers une extension de l’avortement au-delà des 12 semaines ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 26/03/2015

A l'occasion des 25 ans de la promulgation de la loi dépénalisant l'avortement en Belgique, les centres pratiquant l'IVG (Interruption volontaire de grossesse) proposent d'en faciliter plus largement l'accès via un renouvellement du cadre légal : ils plaident notamment pour une extension du délai légal au-delà de douze semaines, car actuellement, passé ce délai, les centres d'avortement se voient obligés d'envoyer les femmes aux Pays-Bas, où le délai est de 22 semaines.
De plus, des critiques sont aujourd'hui émises à propos de la commission d'évaluation : « elle semble dans son dernier souffle depuis un an et demi. Les membres de cette commission sont de bonne volonté, mais il manque de personnes compétentes en termes de recherche scientifique », ajoute le docteur Anne Verougstraete du SJERP (planning familial de la VUB). Celle-ci propose, au nom des centres pratiquant l'avortement, la création d'un organisme scientifique qui prendrait en charge les statistiques sur l'avortement, sur base desquelles les politiques pourraient éventuellement ajuster la loi.
L'avortement a peu à peu perdu son caractère d'exception, prévu par la loi de 1990, pour devenir aujourd'hui un acte banal, proposé aux jeunes par les centres de planning familial qui assurent les animations à la vie affective et sexuelle dans la plupart des établissements scolaires du pays. De plus en plus, l'IVG est désormais présenté et revendiqué comme un « droit des femmes ».
Parallèlement, le professeur Paul Schotsmans de la KULeuven,  a mis en exergue un mouvement inverse qui se produit des Pays-Bas vers la Belgique et qui concerne les femmes qui souhaitent faire avorter leur bébé porteur d'un handicap. En effet, la loi belge permet l'avortement en cas de handicap jusqu'au moment de la naissance, alors qu'aux Pays-Bas, ce délai est limité à la 24ème semaine. Le professeur Schotsmans s'inquiète du fait qu'aucune statistique ne soit aujourd'hui disponible en Belgique quant au nombre d'IMG (interruption médicale de grossesse) d'enfants handicapés. Il suggère également que ces actes d'avortements tardifs pour raisons médicales qui sont des opérations lourdes et délicates, soient confiés à des centres spécialisés, ce qui, en plus, faciliterait la collecte de données.
En 25 ans d'application de la loi belge dépénalisant l'avortement, plus de 300.000 femmes ont subi une interruption volontaire de grossesse. En 2013, le chiffre officiel était de 20.000 avortements, soit un avortement pour 6,8 naissances.
Sources : Belga et De Standaard
 


Articles similaires

Grande-Bretagne : suspension d’un médecin pour cause d’avortement sélectif

Grande-Bretagne : suspension d’un médecin pour cause d’avortement sélectif

- Avortement

Un médecin britannique a récemment été suspendu de ses fonctions pour trois mois par le Conseil Général des Médecins pour avoir autorisé des femmes à avorter en raison du sexe de leur enfant à naître.

Cette pratique a pu être dévoilée grâce à une vidéo prise en caméra cachée par le journal « The Telegraph » qui révèle l'entretien entre le médecin et sa patiente, qui à 12 semaines de grossesse déclare ne pas vouloir de son enfant car c'est une fille. Le médecin lui précise que cela correspond ...

Lire la suite

Belgique : pas de dépénalisation totale de l’avortement pour le moment

Belgique : pas de dépénalisation totale de l’avortement pour le moment

- Avortement

Ce mardi 27 juin, la commission de justice de la Chambre a ajourné sine die l'examen des six propositions de lois de libéralisation de l'avortement qui lui étaient présentées. Le parti chrétien démocrate flamand (CD&V), représenté par la députée Sonja Becq a, en effet, demandé un délai pour examiner ces différentes propositions.

La réforme « phare » de ces différentes propositions consiste en la qualification de l'avortement comme acte médical, non plus régi par le Code Pénal mais par une loi...

Lire la suite

Prévenir l’avortement face à une grossesse inattendue

Prévenir l’avortement face à une grossesse inattendue

- Avortement

Face à une grossesse inattendue, la femme se trouve souvent seule et démunie, et parfois poussée vers la solution de l'avortement. C'est pour rompre ce cercle de la solitude et de la panique qu'une initiative s'est développée depuis 2009 en Flandre : « Een buddy bij de wieg ».
Les familles démunies socialement et vulnérables peuvent faire appel à un bénévole qui les accompagnera tout au long de la grossesse et jusqu'à ce que l'enfant ait un an. Le « buddy » prend contact chaque semaine avec la...

Lire la suite