Belgique : vers une extension de l’avortement au-delà des 12 semaines ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 26/03/2015

A l'occasion des 25 ans de la promulgation de la loi dépénalisant l'avortement en Belgique, les centres pratiquant l'IVG (Interruption volontaire de grossesse) proposent d'en faciliter plus largement l'accès via un renouvellement du cadre légal : ils plaident notamment pour une extension du délai légal au-delà de douze semaines, car actuellement, passé ce délai, les centres d'avortement se voient obligés d'envoyer les femmes aux Pays-Bas, où le délai est de 22 semaines.
De plus, des critiques sont aujourd'hui émises à propos de la commission d'évaluation : « elle semble dans son dernier souffle depuis un an et demi. Les membres de cette commission sont de bonne volonté, mais il manque de personnes compétentes en termes de recherche scientifique », ajoute le docteur Anne Verougstraete du SJERP (planning familial de la VUB). Celle-ci propose, au nom des centres pratiquant l'avortement, la création d'un organisme scientifique qui prendrait en charge les statistiques sur l'avortement, sur base desquelles les politiques pourraient éventuellement ajuster la loi.
L'avortement a peu à peu perdu son caractère d'exception, prévu par la loi de 1990, pour devenir aujourd'hui un acte banal, proposé aux jeunes par les centres de planning familial qui assurent les animations à la vie affective et sexuelle dans la plupart des établissements scolaires du pays. De plus en plus, l'IVG est désormais présenté et revendiqué comme un « droit des femmes ».
Parallèlement, le professeur Paul Schotsmans de la KULeuven,  a mis en exergue un mouvement inverse qui se produit des Pays-Bas vers la Belgique et qui concerne les femmes qui souhaitent faire avorter leur bébé porteur d'un handicap. En effet, la loi belge permet l'avortement en cas de handicap jusqu'au moment de la naissance, alors qu'aux Pays-Bas, ce délai est limité à la 24ème semaine. Le professeur Schotsmans s'inquiète du fait qu'aucune statistique ne soit aujourd'hui disponible en Belgique quant au nombre d'IMG (interruption médicale de grossesse) d'enfants handicapés. Il suggère également que ces actes d'avortements tardifs pour raisons médicales qui sont des opérations lourdes et délicates, soient confiés à des centres spécialisés, ce qui, en plus, faciliterait la collecte de données.
En 25 ans d'application de la loi belge dépénalisant l'avortement, plus de 300.000 femmes ont subi une interruption volontaire de grossesse. En 2013, le chiffre officiel était de 20.000 avortements, soit un avortement pour 6,8 naissances.
Sources : Belga et De Standaard
 


Articles similaires

Luxembourg : l’avortement  ne devrait  plus être justifié par une situation de détresse

Luxembourg : l’avortement ne devrait plus être justifié par une situation de détresse

- Avortement

Le 22 novembre 2012, la loi luxembourgeoise sur l'avortement avait été modifiée. Cette réforme facilitait notamment les conditions d'accès à l'avortement en l'autorisant pour une femme faisant état d'une situation de détresse tant physique, psychique, que d'ordre social. Ce texte de loi réformé portait une attention particulière à l'information et au conseil de la femme en établissant une double consultation obligatoire, la première avec un médecin, la seconde avec un conseiller social.
Mais a...

Lire la suite

La Pologne interdit les avortements eugéniques

La Pologne interdit les avortements eugéniques

- Avortement

Le 22 octobre dernier, le Tribunal constitutionnel polonais a rendu une décision historique par rapport à la vie naissante, déclarant inconstitutionnel l'article de loi - datant de 1993 - qui autorise l'avortement sur base d'une malformation grave ou d'une maladie mortelle chez l'enfant à naître. Le Tribunal a qualifié ces avortements de pratiques eugéniques. Autorisés jusqu'à la fin de la grossesse, ces avortements induisent en effet un tri sélectif entre les enfants à naître sains et ceux po...

Lire la suite

Espagne : limitation de l’avortement pour les mineures

Espagne : limitation de l’avortement pour les mineures

- Avortement

Le mercredi 9 septembre 2015, le Sénat espagnol a validé la dernière étape législative pour l'interdiction de l'avortement des jeunes filles mineures sans le consentement de leurs parents. La loi a été votée par 145 votes pour et 89 contre. La réforme prévoit donc qu'une jeune fille ne pourra recourir à l'avortement qu'à la double condition de sa volonté clairement exprimée, et du consentement exprès de ses parents.
Le recours à l'avortement est un sujet très controversé en Espagne. Si la loi ...

Lire la suite