Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 29/03/2016

Une campagne d'information avec affichage dans les trams anversois vient d'être interdite et retirée de l'espace public. On y voyait une jeune femme en questionnement par rapport à sa grossesse et l'adresse du site internet ongeplandzwanger.be

Les initiateurs de cette campagne d'information sont des personnes qualifiées (médecins, psychologues, infirmières) dont l'expérience en matière d'accompagnement de la détresse des femmes n'est plus à démontrer. Depuis plusieurs années, les animations proposées par l'ASBL Jongeren Info Life (JIL) sont très bien accueillies dans les écoles qui cherchent à sensibiliser les jeunes de tous horizons par rapport à l'avortement. Ce programme est d'ailleurs développé en accord avec l'association Siriz aux Pays-Bas, elle-même subventionnée par le gouvernement néerlandais.

Mais en Belgique, et plus particulièrement en Flandre, il semble qu'il y ait une situation de monopole en faveur de Sensoa (centre d'expertise flamand de la santé sexuelle), selon un décret flamand sur la prévention et l'éducation sexuelle. Dans un article paru dans De Morgen, il est même question de mettre JIL et ses associés sur une liste noire, du seul fait que JIL désinformerait la population en mettant trop l'accent sur les séquelles de l'avortement au lieu d'insister sur le soulagement des femmes après l'intervention.

Faisant suite à une question posée au Parlement flamand, la Ministre flamande de l'éducation a pourtant réaffirmé que les écoles doivent avoir la liberté de choisir elles-mêmes les intervenants qualifiés pour l'éducation sexuelle aux écoles. JIL peut donc être invité en milieu scolaire sans problème.

Mais suite à diverses interpellations ultérieures, la campagne d'information a finalement été retirée des tramways anversois. La question se pose dès lors de savoir s'il est encore permis aujourd'hui à une association qui encourage respectueusement les femmes à garder leur enfant de se faire connaître dans l'espace public.

Dossier de l'IEB :
1. Les conséquences psychologiques de l'avortement
2. Liste des études scientifiques sur les conséquences psychologiques de l'avortement


Articles similaires

Rapport avortement : impossible de poser un juste diagnostic sur les raisons qui poussent les femmes à avorter

Rapport avortement : impossible de poser un juste diagnostic sur les raisons qui poussent les femmes à avorter

- Avortement

Version complète de l'analyse ICI.

  18 273 avortements ont été déclarés en 2018 d'après le nouveau rapport de la Commission nationale d'évaluation de l'interruption volontaire de grossesse (ci-après : "la Commission"). Ce chiffre a légèrement baissé en 2019 avec 18 027 avortements, ce qui revient à un avortement pour 7,7 naissances et à 8,4 femmes concernées pour 1000 femmes en âge de procréer.

  Près d'un tiers des femmes (7 198) ayant avorté en 2018 ont expliqué leur déma...

Lire la suite

Révision de la loi avortement en Alabama : la femme, toujours victime, ne sera jamais condamnée

Révision de la loi avortement en Alabama : la femme, toujours victime, ne sera jamais condamnée

- Avortement

« Une femme qui avorte ne sera pas condamnée, étant considérée comme victime, mais le médecin qui pratique l'avortement en revanche encoure une peine allant de 10 à 99 ans de prison. » C'est ce que prévoit la nouvelle loi adoptée par la gouverneure d'Alabama Kay Ivey ce mercredi 15 mai 2019.   « Notre position est simplement que l'enfant à naître est une personne, et le projet de loi va directement dans ce sens » a déclaré le représentant de l'Etat, Rich Wingo.

La loi édicte toutefois qu'en c...

Lire la suite

L’avortement d’un enfant presque à terme est bien possible

L’avortement d’un enfant presque à terme est bien possible

- Avortement

En droit belge, il est possible d'avorter un enfant à la veille de sa naissance.
Nouveau Flash Expert

Un examen de la loi nous apprend que « Au-delà de 12 semaines, l'interruption volontaire de grossesse ne pourra être pratiquée que lorsqu'il est certain que l'enfant à naître sera atteint d'une affection d'une particulière gravité ET reconnue comme incurable au moment du diagnostic ». La loi ne fixant pas de limite maximale au-delà de 12 semaines pour ces cas, l'interruption volontaire de gr...

Lire la suite