Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 29/03/2016

Une campagne d'information avec affichage dans les trams anversois vient d'être interdite et retirée de l'espace public. On y voyait une jeune femme en questionnement par rapport à sa grossesse et l'adresse du site internet ongeplandzwanger.be

Les initiateurs de cette campagne d'information sont des personnes qualifiées (médecins, psychologues, infirmières) dont l'expérience en matière d'accompagnement de la détresse des femmes n'est plus à démontrer. Depuis plusieurs années, les animations proposées par l'ASBL Jongeren Info Life (JIL) sont très bien accueillies dans les écoles qui cherchent à sensibiliser les jeunes de tous horizons par rapport à l'avortement. Ce programme est d'ailleurs développé en accord avec l'association Siriz aux Pays-Bas, elle-même subventionnée par le gouvernement néerlandais.

Mais en Belgique, et plus particulièrement en Flandre, il semble qu'il y ait une situation de monopole en faveur de Sensoa (centre d'expertise flamand de la santé sexuelle), selon un décret flamand sur la prévention et l'éducation sexuelle. Dans un article paru dans De Morgen, il est même question de mettre JIL et ses associés sur une liste noire, du seul fait que JIL désinformerait la population en mettant trop l'accent sur les séquelles de l'avortement au lieu d'insister sur le soulagement des femmes après l'intervention.

Faisant suite à une question posée au Parlement flamand, la Ministre flamande de l'éducation a pourtant réaffirmé que les écoles doivent avoir la liberté de choisir elles-mêmes les intervenants qualifiés pour l'éducation sexuelle aux écoles. JIL peut donc être invité en milieu scolaire sans problème.

Mais suite à diverses interpellations ultérieures, la campagne d'information a finalement été retirée des tramways anversois. La question se pose dès lors de savoir s'il est encore permis aujourd'hui à une association qui encourage respectueusement les femmes à garder leur enfant de se faire connaître dans l'espace public.

Dossier de l'IEB :
1. Les conséquences psychologiques de l'avortement
2. Liste des études scientifiques sur les conséquences psychologiques de l'avortement


Articles similaires

Fiche didactique n°7 : avortement

- Avortement

Fiche didactique :  1 sujet traité de façon objective - 1 recto verso  pour comprendre en peu de temps

Des définitions, des chiffres, des idées clés, en seulement 1 feuille. Outil didactique pour  enseignants et étudiants.

 

 

Fiche n° 7 : L'AVORTEMENT PROVOQUÉ

I - BREVE PRESENTATION - II. QUE DIT LE DROIT ?- III.  APPRECIATION CRITIQUE - IV.  LES CHIFFRES - ANNEE 2011

Embryon ''amas de cellules'' ou être humain ? La femme a le droit de disposer de son corps ... Le droit mis au service ...

Lire la suite

Belgique : l’avortement, une question de "santé publique"

Belgique : l’avortement, une question de "santé publique"

- Avortement

Dans une tribune publiée le 21 juin 2016 dans le journal L'Echo, Christine Defraigne, présidente du Sénat belge, exprime son inquiétude par rapport à des propositions de loi visant à permettre une meilleure reconnaissance des enfants nés sans vie. (cf. Bulletin de l'IEB)

Selon elle, ces mesures prises afin de faciliter le deuil des parents d'enfants mort-nés vont à l'encontre du « droit » à l'avortement. « Donner un statut au foetus c'est aussi s'attaquer à la liberté de la femme de poursuivr...

Lire la suite

Belgique: vers une sortie de l'avortement du code pénal ?

Belgique: vers une sortie de l'avortement du code pénal ?

- Avortement

Un Colloque académique intitulé « Sortir l'avortement du Code Pénal » a été organisé ce vendredi 30 septembre dans les auditoires de la VUB, à l'initiative de Centre d'Action laïque (CAL) et de son homologue néerlandophone, DeMens.nu, ainsi que par les Universités ULB et VUB.

 

L'objectif de ce colloque est, comme son titre l'indique, la sortie de l'avortement du Code Pénal au motif que l'avortement volontaire est un choix de la femme et que le maintenir dans le Code Pénal peut s'avérer culp...

Lire la suite