Belgique : faut-il sortir l'avortement du Code pénal ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 02/02/2017

Ces derniers mois, 3 colloques ont été organisés à l'initiative de la laïcité organisée visant à sortir l'avortement du Code pénal, dont le dernier en date, le vendredi 27 janvier dans les bâtiments du Sénat.
Plusieurs propositions de loi sont d'ailleurs déjà prêtes (Voir tableau). D'autres partis disent y travailler.

L'argument principal est que l'avortement volontaire est un choix de la femme et le maintenir au sein du Code pénal pourrait mener à une culpabilisation de celle-ci.

La brochure "L'avortement hors du Code pénal" réalisée par le CAL, pointe du doigt le noeud du problème : " En tant que laïques, nous ne considérons pas que les cellules en développement à l'intérieur de l'utérus soient – même à 14 semaines – "un enfant à naître." (Voir photo ci-contre)

Cette vue de l'esprit est au coeur de la problématique. Et malgré les progrès scientifiques actuels qui permettent de voir et de comprendre le développement de l'embryon et du foetus, progrès qui permettent aussi les découvertes de la procréation médicalement assistée et de l'embryologie humaine, l'embryon semble n'être que ce que l'on veut qu'il soit : amas de cellules négligeables pour les uns, ou corps embryonnaire, foetus, bébé pour les autres.

D'où la question : l'avortement ne concerne-t-il vraiment que la femme ?
 
A lire : Flash Expert "Sortir l'avortement du Code pénal?"


Articles similaires

Amnesty International réaffirme sa position en faveur de l’avortement

Amnesty International réaffirme sa position en faveur de l’avortement

- Avortement

Au nom des droits humains, Amnesty International a adopté plusieurs propositions visant à faire plier politiquement les pays qui résistent à la dépénalisation de l'avortement. Des délégués du monde entier se sont retrouvés en Pologne, début juillet, pour autoriser campagnes et levées de fonds, et faire ainsi pression sur ces pays qui « n'offrent pas des services d'avortements sûrs et légaux ».

Cette position remplace celle qu'Amnesty International avait adoptée en 2007, où ce n'était que dans...

Lire la suite

Moins d’avortements pendant le confinement : pourquoi ?

Moins d’avortements pendant le confinement : pourquoi ?

- Avortement

Les plannings familiaux ont connu pendant le confinement une forte baisse de fréquentation et une chute des demandes d'avortement. Parallèlement, au Royaume-Uni, les ventes de pilules dites "du lendemain" ont chuté de 50% entre mars et avril 2020. Même si depuis le déconfinement, les demandes d'avortement sont reparties à la hausse en Belgique, on ne constate pas d'augmentation dans les demandes d'avortement tardif.

On se souvient pourtant de la façon dont la Fédération laïque des centres de ...

Lire la suite

La militance pro-avortement d’Amnesty International redoublera en 2019

La militance pro-avortement d’Amnesty International redoublera en 2019

- Avortement

« En 2019, nous allons mener un combat pour la dépénalisation de l'avortement dans tous les pays où il constitue toujours un crime. Rejoignez le combat. Rejoignez-nous. » C'est en ces termes qu'Amnesty International développe son plaidoyer pour l'avortement dans un dossier « Les droits humains aujourd'hui » (2018), plaçant la dépénalisation de cet acte dans ses priorités pour l'année 2019.

Au nom de cette imposante ONG, son secrétaire général Kumi Naidoo se félicite de la dépénalisation réce...

Lire la suite