Belgique : Commission de contrôle de l'avortement en panne depuis 4 ans

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 01/03/2016

Dans une question publiée le 28 décembre 2015 et restée sans réponse à ce jour, la députée Anne Dedry (Ecolo-Groen) s'inquiète de la persistance de l'absence de la commission d'évaluation de la loi du 3 avril 1990 relative à l'interruption de grossesse. Cela fait maintenant 4 ans que la Commission n'a pas été reconstituée, faute de candidats, semble-t-il. La députée s'inquiète des conséquences de cette panne de la Commission, induisant qu'aucun suivi des chiffres relatifs à l'avortement ne soit effectué en Belgique. Une proposition de loi du 13 novembre 2014 avait déjà souligné les dysfonctionnements du contrôle de l'avortement tout en faisant certaines suggestions.
Consultant le rapport annuel relatif à la loi sur l'avortement des Pays-Bas, publié en octobre 2015,  Anne Dedry constate que 574 femmes résidant en Belgique se sont rendues aux Pays-Bas pour y subir un avortement. Cela pourrait s'expliquer par une législation néerlandaise beaucoup plus laxiste, puisque le délai légal d'avortement est de 22 semaines d'aménorrhée contre 14 en Belgique. Une bonne part des interruptions de grossesses tardives serait ainsi dirigée vers les cliniques néerlandaises.

Source : lachambre.be


Articles similaires

Russie : l’avortement en débat

Russie : l’avortement en débat

- Avortement

Légalisé dans ce pays depuis 1920, l'avortement y est particulièrement répandu. En 2014, on comptait plus d'un million d'avortements, plaçant la Russie en tête du peloton avec la Chine et les Etats Unis. A L'occasion de la rentrée scolaire, une manifestation intitulée « ils auraient pu aller à l'école » a rassemblé des milliers de citoyens dans 34 villes de Russie. Il s'agit en effet de faire prendre conscience du nombre alarmant d'avortements.

Ainsi, 2000 paires de chaussures d'enfants ont é...

Lire la suite

L’Argentine autorise l’avortement sans délai en cas de risque pour la santé « intégrale » de la mère

L’Argentine autorise l’avortement sans délai en cas de risque pour la santé « intégrale » de la mère

- Avortement

« Les femmes et personnes d'autres identités de genre capables de gestation ont le droit de décider et d'accéder à l'interruption de leur grossesse jusqu'à la 14e semaine incluse du processus gestationnel ». Ainsi s'énonce la nouvelle loi relative à l'avortement en Argentine, approuvée le 30 décembre 2020 par le Sénat.

 

Un risque pour la « santé intégrale »

Au-delà du délai de 14 semaines et ce jusqu'à la naissance du bébé, l'avortement est permis en cas de viol ou s'il existe « un risque...

Lire la suite

Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d’enfants nés sans vie

Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d’enfants nés sans vie

- Avortement

Comme chaque année, l'anniversaire de la loi Lallemand Michielsen, dépénalisant partiellement l'avortement en Belgique est l'occasion pour ses promoteurs de relancer le débat. Ils le font cette année en fustigeant les propositions de lois relatives à la reconnaissance des enfants nés sans vie déposées à la Chambre, et qui, très humainement, visent à prendre en compte la souffrance des parents ainsi endeuillés par la perte d'un enfant.
Le régime juridique actuel distingue plusieurs situations. ...

Lire la suite