Avortements en direct d’enfants handicapés : émission télévisée en Flandre.

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 14/02/2012

Durant près de 51 minutes, le téléspectateur partage la souffrance de ces couples apprenant le handicap de leur enfant à naître. Tous ont opté pour l'interruption de la grossesse, se justifiant et rejoignant ainsi l'avis unanime des professionnels de la santé interrogés par la VRT.
La « mise à mort » (entre les minutes 5 et 10) du bébé est livrée aux téléspectateurs, qui suivent les gestes du médecin lorsqu'il introduit à travers le ventre arrondi de la maman, le produit létal dans le coeur du bébé. L'arrêt cardiaque du bébé est audible et visible à l'écran. On peut s'interroger quant à l'impact d'une telle émission sur la population mais aussi chez les personnes handicapées elles-mêmes.

En Belgique, l'IMG (interruption médicale de grossesse) peut être pratiquée jusqu'au terme de la grossesse, lorsque la poursuite de celle-ci met en péril grave la santé de la femme ou lorsqu'il est certain que l'enfant à naître sera atteint d'une affection d'une particulière gravité et reconnue comme incurable au moment du diagnostic.  (Code pénal, Art. 350, 4°)

Certains professionnels, tout en reconnaissant que cet acte est à la « limite de l'intolérable »,  le justifient en le décrivant comme un « crime compassionnel » accompli pour le bien de l'enfant à naître afin de lui éviter une vie de souffrance. Suite à l'arrêt de la Cour d'Appel de Courtrai, les « soignants » vont se trouver contraints à un geste actif de foeticide intra utero pour empêcher la naissance d'un enfant vivant qui ne peut légalement être euthanasié (eugénisme anténatal).

Rappelons que certaines propositions de loi sont prêtes à être votées pour dépénaliser l'euthanasie des bébés handicapés. On sait en effet, que suivant la pratique des Pays-Bas, le Protocole de Groningen est déjà en vigueur dans certains hôpitaux, indiquant dans quelles circonstances, un bébé porteur d'un handicap à la naissance devrait recevoir certaines substances dans le but de provoquer sa mort.
Voir aussi Bulletin de l'IEB

 Et Dossier de l'IEB: "Questions d'infanticide : bruits d'euthanasie des enfants handicapés"


Articles similaires

France : augmentation du nombre d’avortements en 2013

France : augmentation du nombre d’avortements en 2013

- Avortement

La Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (DREES), organisme affilié au Ministère de la Santé, a rendu son rapport sur les données françaises de 2013 relatives à l'avortement. Elle y relate une hausse de 4,7% du nombre d'avortements par rapport à 2012 après une période de stabilité depuis 2010. La France atteint ainsi un taux record d'avortements avec 229 000 avortements en 2013, soit 15,6 avortements pour mille femmes.
Les analyses statistiques révèlent que...

Lire la suite

Plus d'avortements, femmes plus âgées, plus long délai de réflexion demandé....aux Pays-Bas

Plus d'avortements, femmes plus âgées, plus long délai de réflexion demandé....aux Pays-Bas

- Avortement

30.523 avortements aux Pays-Bas en 2017, c'est-à-dire 379 de plus qu'en 2016. Cette augmentation s'observe surtout chez les femmes qui habitent aux Pays-Bas (+546). Par contre, le nombre de femmes en provenance de la Belgique et qui ont avorté aux Pays-Bas a baissé de 527 en 2016, à 472 en 2017.

Ces chiffres ressortent du dernier Rapport 2017 de l'Inspection des Soins de santé et de la Jeunesse (Inspectie Gezondheidszorg en Jeugd,)

Analyse succinte des chiffres dans le Flash Expert

Lire la suite

Royaume-Uni : rejet de l’amendement sur les avortements sélectifs

Royaume-Uni : rejet de l’amendement sur les avortements sélectifs

- Avortement

Le 23 février dernier, les députés britanniques ont rejeté un amendement visant à interdire explicitement l'avortement en fonction du sexe de bébé. Cet amendement traduisait l'inquiétude de voir adoptée dans certaines communautés étrangères en Grande-Bretagne la préférence culturelle pour les garçons, comme c'est le cas en Chine et en Inde.
Une majorité des députés britanniques a rejeté cet amendement, estimant qu'une interdiction explicite de cette pratique serait difficilement applicable et ...

Lire la suite