Avortements à répétition chez les femmes célibataires aux Pays-Bas

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 28/03/2018

Les femmes néerlandaises qui se font avorter plusieurs fois sont principalement sans relation stable, ont en moyenne 1 enfant et sont âgées de 25 à 35 ans. C'est ce que révèle une étude de l'Association néerlandaise des médecins pratiquant l'avortement (NGvA).

En 2015, plus d'un tiers des 30.803 avortements provoqués aux Pays-Bas concernaient des femmes ayant déjà vécu un avortement auparavant. Parmi elles, 85% avortaient pour la deuxième ou la troisième fois, près de 9% pour la quatrième fois, 3% pour la cinquième fois et le reste pour un nombre supérieur allant jusqu'à 13 fois. Les trois quarts d'entre elles étaient célibataires et plus de la moitié avaient déjà au moins un enfant.

La principale raison invoquée par les femmes pour justifier leurs avortements répétés est le fait d'avoir une famille complète (33% des cas). Viennent ensuite le fait de ne pas avoir de relation stable avec le père de l'enfant (30% des cas) et une situation socio-économique difficile (22% des cas).

Face à ce constat, le Docteur Sandra Kroeze, directrice de l'étude, propose de renforcer l'information sur la contraception auprès des femmes qui subissent un premier avortement. Un quart de ces femmes affirment en effet ne pas avoir utilisé de contraception, ou bien une méthode inefficace. Selon le D. Kroeze, il faudrait oser remettre l'accent sur la contraception définitive, c'est-à-dire la stérilisation, aussi bien pour les femmes que pour les hommes.

Il est à noter qu'en Belgique, la Commission d'évaluation de l'interruption volontaire de grossesse avait posé les mêmes constats dans son dernier rapport de 2012 : plus d'un tiers des femmes qui avortent ont déjà subi un ou plusieurs avortements auparavant. La Commission d'évaluation s'était également étonnée du fait que le nombre d'avortements ne baissait pas malgré l'accessibilité grandissante à la contraception.

Ce paradoxe pose la question de la pertinence de la contraception dans la prévention de l'avortement… à moins bien sûr, comme l'affirme le Docteur Kroeze, de promouvoir la stérilisation définitive.

Source : Medisch Contact


Articles similaires

Les avortements en fonction du sexe doivent être criminalisés

Les avortements en fonction du sexe doivent être criminalisés

- Avortement

Nils Muinieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe*, condamne les avortements sélectifs selon le sexe. Il vient en effet de déclarer que « les avortements sélectifs en fonction du sexe sont discriminatoires et doivent être interdits ». Il dénonce ces avortements qui se pratiquent aussi en Europe, car il est facile de connaître le sexe du foetus et il déplore, qu'à ce jour, le cadre international n'apporte qu'une faible protection au foetus féminin.
Alliant les revendicat...

Lire la suite

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

- Avortement

Une campagne d'information avec affichage dans les trams anversois vient d'être interdite et retirée de l'espace public. On y voyait une jeune femme en questionnement par rapport à sa grossesse et l'adresse du site internet ongeplandzwanger.be

Les initiateurs de cette campagne d'information sont des personnes qualifiées (médecins, psychologues, infirmières) dont l'expérience en matière d'accompagnement de la détresse des femmes n'est plus à démontrer. Depuis plusieurs années, les animations p...

Lire la suite

France : augmentation du nombre d’avortements en 2013

France : augmentation du nombre d’avortements en 2013

- Avortement

La Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (DREES), organisme affilié au Ministère de la Santé, a rendu son rapport sur les données françaises de 2013 relatives à l'avortement. Elle y relate une hausse de 4,7% du nombre d'avortements par rapport à 2012 après une période de stabilité depuis 2010. La France atteint ainsi un taux record d'avortements avec 229 000 avortements en 2013, soit 15,6 avortements pour mille femmes.
Les analyses statistiques révèlent que...

Lire la suite