Avortements à répétition chez les femmes célibataires aux Pays-Bas

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 28/03/2018

Les femmes néerlandaises qui se font avorter plusieurs fois sont principalement sans relation stable, ont en moyenne 1 enfant et sont âgées de 25 à 35 ans. C'est ce que révèle une étude de l'Association néerlandaise des médecins pratiquant l'avortement (NGvA).

En 2015, plus d'un tiers des 30.803 avortements provoqués aux Pays-Bas concernaient des femmes ayant déjà vécu un avortement auparavant. Parmi elles, 85% avortaient pour la deuxième ou la troisième fois, près de 9% pour la quatrième fois, 3% pour la cinquième fois et le reste pour un nombre supérieur allant jusqu'à 13 fois. Les trois quarts d'entre elles étaient célibataires et plus de la moitié avaient déjà au moins un enfant.

La principale raison invoquée par les femmes pour justifier leurs avortements répétés est le fait d'avoir une famille complète (33% des cas). Viennent ensuite le fait de ne pas avoir de relation stable avec le père de l'enfant (30% des cas) et une situation socio-économique difficile (22% des cas).

Face à ce constat, le Docteur Sandra Kroeze, directrice de l'étude, propose de renforcer l'information sur la contraception auprès des femmes qui subissent un premier avortement. Un quart de ces femmes affirment en effet ne pas avoir utilisé de contraception, ou bien une méthode inefficace. Selon le D. Kroeze, il faudrait oser remettre l'accent sur la contraception définitive, c'est-à-dire la stérilisation, aussi bien pour les femmes que pour les hommes.

Il est à noter qu'en Belgique, la Commission d'évaluation de l'interruption volontaire de grossesse avait posé les mêmes constats dans son dernier rapport de 2012 : plus d'un tiers des femmes qui avortent ont déjà subi un ou plusieurs avortements auparavant. La Commission d'évaluation s'était également étonnée du fait que le nombre d'avortements ne baissait pas malgré l'accessibilité grandissante à la contraception.

Ce paradoxe pose la question de la pertinence de la contraception dans la prévention de l'avortement… à moins bien sûr, comme l'affirme le Docteur Kroeze, de promouvoir la stérilisation définitive.

Source : Medisch Contact


Articles similaires

Diminution du nombre des femmes belges qui vont avorter aux Pays-Bas

Diminution du nombre des femmes belges qui vont avorter aux Pays-Bas

- Avortement

C'est une bonne nouvelle : selon le dernier rapport officiel 2018 des Pays-Bas en matière d'avortement (De jaarrapportage 2018 van de Wet afbreking zwangerschap, zoals opgesteld door de Inspectie Gezondheidszorg en Jeugd), publié la semaine dernière, le nombre de femmes quittant la Belgique pour avorter aux Pays-Bas est en baisse continue : de 1473 avortements en 2011, l'on passe à 444 avortements en 2018. Aucune donnée n'est par contre disponible sur les raisons conduisant ces femmes à se ren...

Lire la suite

Plus d'avortements, femmes plus âgées, plus long délai de réflexion demandé....aux Pays-Bas

Plus d'avortements, femmes plus âgées, plus long délai de réflexion demandé....aux Pays-Bas

- Avortement

30.523 avortements aux Pays-Bas en 2017, c'est-à-dire 379 de plus qu'en 2016. Cette augmentation s'observe surtout chez les femmes qui habitent aux Pays-Bas (+546). Par contre, le nombre de femmes en provenance de la Belgique et qui ont avorté aux Pays-Bas a baissé de 527 en 2016, à 472 en 2017.

Ces chiffres ressortent du dernier Rapport 2017 de l'Inspection des Soins de santé et de la Jeunesse (Inspectie Gezondheidszorg en Jeugd,)

Analyse succinte des chiffres dans le Flash Expert

Lire la suite

Avortements en direct d’enfants handicapés : émission télévisée en Flandre.

Avortements en direct d’enfants handicapés : émission télévisée en Flandre.

- Avortement

Durant près de 51 minutes, le téléspectateur partage la souffrance de ces couples apprenant le handicap de leur enfant à naître. Tous ont opté pour l'interruption de la grossesse, se justifiant et rejoignant ainsi l'avis unanime des professionnels de la santé interrogés par la VRT.
La « mise à mort » (entre les minutes 5 et 10) du bébé est livrée aux téléspectateurs, qui suivent les gestes du médecin lorsqu'il introduit à travers le ventre arrondi de la maman, le produit létal dans le coeur du...

Lire la suite