Avortement aux Etats-Unis : la bataille autour des lois a redoublé ces derniers mois

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Etats-Unis Etats-Unis

Publié le : 12/06/2019

Aux Etats Unis, la remise en question des lois sur l'avortement se poursuit. De plus en plus d'Etats abandonnent la doctrine Roe v. Wade, cet arrêt de 1973 dans lequel la Cour Suprême déclare que la liberté d'avorter est garantie par le droit à la vie privée. A la suite de cet arrêt, beaucoup d'Etats avaient modifié leur loi, autorisant parfois des avortements jusqu'à la naissance.

Ces derniers mois, dans pas moins de 16 Etats des propositions de loi ont été déposées pour protéger davantage l'enfant à naître et limiter les cas d'avortement. 6 Etats ont adopté des lois dites "heartbeat bills", c'est-à-dire des lois qui n'autorisent plus d'avortement dès qu'un battement de coeur est détecté chez le foetus (à partir de la 5ième semaine environ après la conception). Il s'agit des Etats du Mississippi, de l'Ohio, du Kentucky, de la Louisiane, de l'Iowa et de la Géorgie.

L'Arkansas, le Nord Dakota, l'Utah et la Caroline du Nord ont eux aussi adopté des lois plus strictes en matière d'avortement. L'Etat de l'Alabama va même plus loin et a adopté en mai une loi interdisant tout avortement sauf si la vie de la mère est en danger ou en cas de malformation létale chez l'enfant à naître. Beaucoup d'Etats interdisent aussi les pratiques d'avortement par démembrement de l'embryon ou du foetus.

Il faut placer ces lois dans le contexte des « feticide laws » (loi relatives au foeticide). Ce sont des lois qui protègent l'enfant à naître en tant que personne contre les actes (volontaires ou involontaires) menaçant sa vie ou sa santé.

La Convention américaine relative aux droits de l'homme de 1969 (applicable aux États-Unis et dans les pays d'Amérique du Sud) protège explicitement la vie depuis la conception et considère donc l'enfant à naître comme une personne. Déjà 38 États américains ont adopté des « feticide laws ». Dans 23 d'entre eux, ces lois s'appliquent dès la conception (voir la note de bas de page n° 24 de notre dossier ‘L'enfant à naître, entre fiction et réalité').

Pourtant votées au Parlement, ces lois sont ensuite l'occasion de nombreux affrontements politiques et judiciaires : certaines d'entre elles ont été bloquées par les gouverneurs d'Etat, d'autres suspendues ou jugées inconstitutionnelles par les juridictions locales. La question est de savoir si, face à cette remise en question grandissante de l'avortement dans plusieurs Etats, la Cour Suprême des Etats-Unis reviendra sur son arrêt de 1973.

Sources: VRT NWS, aclj.org


Articles similaires

Libéralisation de l'avortement votée au Luxembourg

Libéralisation de l'avortement votée au Luxembourg

- Avortement

Au Luxembourg, la Chambre a adopté la réforme de la loi sur l'avortement par 39 voix contre 21. Ceci constitue une libéralisation de l'avortement après la première loi de 1978.
Un amendement visant à supprimer l'introduction d'une consultation préalable obligatoire a été rejeté.

Le projet de loi 6103 portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal a été voté par la Chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg.

Ceci consacre la totale autonomie de la femme dans sa décisi...

Lire la suite

Malte résiste et réaffirme son opposition à l'avortement

Malte résiste et réaffirme son opposition à l'avortement

- Avortement

La Présidente nouvellement élue de Malte, Marie Louise Coleiro Préca,  a déclaré qu'en tant que présidente, jamais elle ne signerait une loi légalisant l'avortement. Elle est d'ailleurs soutenue dans son point de vue par Leo Brincat représentant le parti travailliste (gauche) au Conseil de l'Europe . « En ce qui concerne mon parti ... il n'y a pas de « si » ni de « mais » sur cette question. Le Parti travailliste de Malte a toujours été, est et restera contre l'avortement.»
Malte résiste et de...

Lire la suite

Belgique : l’avortement, une question de "santé publique"

Belgique : l’avortement, une question de "santé publique"

- Avortement

Dans une tribune publiée le 21 juin 2016 dans le journal L'Echo, Christine Defraigne, présidente du Sénat belge, exprime son inquiétude par rapport à des propositions de loi visant à permettre une meilleure reconnaissance des enfants nés sans vie. (cf. Bulletin de l'IEB)

Selon elle, ces mesures prises afin de faciliter le deuil des parents d'enfants mort-nés vont à l'encontre du « droit » à l'avortement. « Donner un statut au foetus c'est aussi s'attaquer à la liberté de la femme de poursuivr...

Lire la suite