Avortement aux Etats-Unis : la bataille autour des lois a redoublé ces derniers mois

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Etats-Unis

Publié le : 12/06/2019

Aux Etats Unis, la remise en question des lois sur l'avortement se poursuit. De plus en plus d'Etats abandonnent la doctrine Roe v. Wade, cet arrêt de 1973 dans lequel la Cour Suprême déclare que la liberté d'avorter est garantie par le droit à la vie privée. A la suite de cet arrêt, beaucoup d'Etats avaient modifié leur loi, autorisant parfois des avortements jusqu'à la naissance.

Ces derniers mois, dans pas moins de 16 Etats des propositions de loi ont été déposées pour protéger davantage l'enfant à naître et limiter les cas d'avortement. 6 Etats ont adopté des lois dites "heartbeat bills", c'est-à-dire des lois qui n'autorisent plus d'avortement dès qu'un battement de coeur est détecté chez le foetus (à partir de la 5ième semaine environ après la conception). Il s'agit des Etats du Mississippi, de l'Ohio, du Kentucky, de la Louisiane, de l'Iowa et de la Géorgie.

L'Arkansas, le Nord Dakota, l'Utah et la Caroline du Nord ont eux aussi adopté des lois plus strictes en matière d'avortement. L'Etat de l'Alabama va même plus loin et a adopté en mai une loi interdisant tout avortement sauf si la vie de la mère est en danger ou en cas de malformation létale chez l'enfant à naître. Beaucoup d'Etats interdisent aussi les pratiques d'avortement par démembrement de l'embryon ou du foetus.

Il faut placer ces lois dans le contexte des « feticide laws » (loi relatives au foeticide). Ce sont des lois qui protègent l'enfant à naître en tant que personne contre les actes (volontaires ou involontaires) menaçant sa vie ou sa santé.

La Convention américaine relative aux droits de l'homme de 1969 (applicable aux États-Unis et dans les pays d'Amérique du Sud) protège explicitement la vie depuis la conception et considère donc l'enfant à naître comme une personne. Déjà 38 États américains ont adopté des « feticide laws ». Dans 23 d'entre eux, ces lois s'appliquent dès la conception (voir la note de bas de page n° 24 de notre dossier ‘L'enfant à naître, entre fiction et réalité').

Pourtant votées au Parlement, ces lois sont ensuite l'occasion de nombreux affrontements politiques et judiciaires : certaines d'entre elles ont été bloquées par les gouverneurs d'Etat, d'autres suspendues ou jugées inconstitutionnelles par les juridictions locales. La question est de savoir si, face à cette remise en question grandissante de l'avortement dans plusieurs Etats, la Cour Suprême des Etats-Unis reviendra sur son arrêt de 1973.

Sources: VRT NWS, aclj.org


Articles similaires

Rapport 2010-2011 de la Commission d’évaluation avortement

Rapport 2010-2011 de la Commission d’évaluation avortement

- Avortement

Ci-dessous, les chiffres officielsrévélés dans ce 12e Rapport de la Commission d'évaluation de la loi dépénalisant l'interruption de grossesse.

2006 : 17.640
2009 : 18.870 2007 : 18.033
2010 : 19.095 2008 : 18.595
2011 : 19.578

 Soit une augmentation de 1.938 interruptions volontaires de grossesse en 5 ans.
 
Quelques traits pour l'année 2011

Comme dans les précédents rapports, près de 42% des femmes ayant recours à l'avortement n'utilisaient pas de moyen de contraception pendant le ...

Lire la suite

L’avortement en Europe : derniers chiffres et évolutions - Flash Expert

L’avortement en Europe : derniers chiffres et évolutions - Flash Expert

- Avortement

Nouveau Flash Expert : ICI

En terme de variation en pourcentages depuis 2004, la Belgique s'inscrit parmi les pays qui connaissent la plus forte augmentation du nombre d'avortements (+22%).

Eurostat, le service de statistiques de l'Union européenne, a récemment publié les derniers chiffres disponibles sur les avortements déclarés en 2016 dans différents pays du continent européen. Pour les pays dont les données ne figurent pas encore dans les statistiques d'Eurostat, l'Institut Européen de B...

Lire la suite

Chypre assouplit sa législation sur l’avortement

Chypre assouplit sa législation sur l’avortement

- Avortement

Jusqu'à présent, à Chypre, l'avortement n'était possible que si deux médecins certifiaient que la grossesse non-plnifiée posait des risques sérieux pour la santé physique ou psychologique de la femme.

Suite à l'adoption au Parlement des amendements modifiant le code pénal, une femme pourra désormais mettre fin à sa grossesse dans un délai de 12 semaines sans justifier d'un risque pour sa santé. Elle devra tout de même consulter un médecin.

Dans les cas de viol ou d'inceste, ce délai sera pro...

Lire la suite