Appel aux candidats pour les Commissions avortement et euthanasie en Belgique

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Belgique

Publié le : 15/07/2022

Auteur / Source : Le Moniteur belge

 - Candidatures à déposer avant le 6 août 2022 -

La Commission d'évaluation de l'avortement et la Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie en Belgique peinent à renouveler leurs membres, faute de candidats. Un deuxième appel à candidatures à été publié début juillet pour les deux commissions. La tâche des membres de ces commissions est essentielle pour évaluer concrètement ces pratiques et formuler des recommandations au service de la personne.

 

La Commission d'évaluation de l'avortement

Cette commission est chargée de contrôler l'application de la loi sur l'avortement et de formuler des recommandations visant à réduire le nombre d'avortements et à améliorer la guidance et l'accueil des femmes en état de détresse. Sur base des déclarations d'avortement qui lui sont remises par les médecins, la Commission émet des rapports écrits tous les deux ans à l'attention du Parlement. Ces rapports constituent une source d'information précieuse quant aux chiffres de l'avortement en Belgique, les remarques du « terrain » (hôpitaux et centres), les raisons qui poussent les femmes à avorter, etc.

Elle est composée de 9 femmes et 7 hommes, parmi lesquels

- huit docteurs en médecine,

- quatre professeurs de droit ou avocats,

quatre membres issus de milieux chargés de l'accueil et de la guidance des femmes en état de détresse.

 

 

La Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie

Cette commission examine les déclarations d'euthanasie que lui remettent les médecins. Elle vérifie ainsi si l'euthanasie a été effectuée selon les conditions et la procédure légales. La Commission établit à l'intention des Chambres législatives tous les deux ans un rapport contenant les chiffres de l'euthanasie en Belgique, une évaluation de la loi ainsi que des recommandations qui peuvent déboucher sur une nouvelle loi.

La Commission se compose de seize membres:

- huit membres sont docteur en médecine

- quatre membres sont professeur de droit dans une université belge ou avocat;

- quatre membres sont issus des milieux chargés de la problématique des patients atteints d'une maladie incurable.

 

Les candidatures, accompagnées d'un cv, doivent être introduites AVANT le 6 AOUT 2022 par lettre recommandée et adressées à la Présidente de la Chambre des représentants, Palais de la Nation, 1008 Bruxelles.
Les candidatures doivent être accompagnées des documents prouvant que les candidats appartiennent à l'une des trois catégories dont la commission est composée.

Les deux appels à candidatures ont été publiés le 6 juillet 2022 au Moniteur Belge.


Articles similaires

L’avortement tardif est dangereux pour les enfants issus de grossesses ultérieures

L’avortement tardif est dangereux pour les enfants issus de grossesses ultérieures

- Avortement

Il y a quelques mois, une étude finlandaise a montré des risques aggravés pour les grossesses survenant après un avortement tardif.

L'étude a porté sur les données du registre des naissances et du registre des avortements finlandais. Le panel était ainsi constitué de 418 690 femmes ayant accouché pour la première fois d'un enfant unique entre 1996 et 2013. La grande majorité d'entre elles (87%) n'avaient pas avorté auparavant. 11.1% de ces femmes avaient déjà subi un avortement précoce (avant...

Lire la suite

L’avortement relance le débat en Pologne

L’avortement relance le débat en Pologne

- Avortement

En Pologne, 15 mois après une première proposition d'abolition de l'avortement, des manifestations subséquentes et le retrait de la proposition, le Parlement relance le débat sur la question. Il fera la balance entre deux projets de loi, l'une libéralisant l'accès à l'avortement, l'autre l'abolissant non pas totalement, mais dans les cas où foetus est handicapé.

La législation de 1993, actuellement toujours en vigueur, interdit en effet tout avortement, hormis les situations de viols, d'inces...

Lire la suite

Les avortements forcés continuent en Chine

Les avortements forcés continuent en Chine

- Avortement

La « politique des deux enfants » a de nouveau fait une victime en Chine : une femme enceinte de son troisième enfant a été forcée d'avorter après qu'on la menace d'envoyer son frère en camp d'internement.

Bien qu'étendue à deux enfants depuis le 1er janvier 2016, la « politique de l'enfant unique » chinoise (instaurée en 1979) expose les femmes à un choix « imposé » à partir du troisième enfant : avorter ou bien régler des amendes dissuasives et subir des menaces. (Voir Bulletin de l'IEB)

E...

Lire la suite