Appel aux candidats pour les Commissions avortement et euthanasie en Belgique

Auteur / Source : Le Moniteur belge Publié le : 15/07/2022 Thématique : Début de vie / Avortement Actualités Temps de lecture : 5 min.

 Imprimer

 - Candidatures à déposer avant le 6 août 2022 -

La Commission d'évaluation de l'avortement et la Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie en Belgique peinent à renouveler leurs membres, faute de candidats. Un deuxième appel à candidatures à été publié début juillet pour les deux commissions. La tâche des membres de ces commissions est essentielle pour évaluer concrètement ces pratiques et formuler des recommandations au service de la personne.

 

La Commission d'évaluation de l'avortement

Cette commission est chargée de contrôler l'application de la loi sur l'avortement et de formuler des recommandations visant à réduire le nombre d'avortements et à améliorer la guidance et l'accueil des femmes en état de détresse. Sur base des déclarations d'avortement qui lui sont remises par les médecins, la Commission émet des rapports écrits tous les deux ans à l'attention du Parlement. Ces rapports constituent une source d'information précieuse quant aux chiffres de l'avortement en Belgique, les remarques du « terrain » (hôpitaux et centres), les raisons qui poussent les femmes à avorter, etc.

Elle est composée de 9 femmes et 7 hommes, parmi lesquels

- huit docteurs en médecine,

- quatre professeurs de droit ou avocats,

quatre membres issus de milieux chargés de l'accueil et de la guidance des femmes en état de détresse.

 

 

La Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie

Cette commission examine les déclarations d'euthanasie que lui remettent les médecins. Elle vérifie ainsi si l'euthanasie a été effectuée selon les conditions et la procédure légales. La Commission établit à l'intention des Chambres législatives tous les deux ans un rapport contenant les chiffres de l'euthanasie en Belgique, une évaluation de la loi ainsi que des recommandations qui peuvent déboucher sur une nouvelle loi.

La Commission se compose de seize membres:

- huit membres sont docteur en médecine

- quatre membres sont professeur de droit dans une université belge ou avocat;

- quatre membres sont issus des milieux chargés de la problématique des patients atteints d'une maladie incurable.

 

Les candidatures, accompagnées d'un cv, doivent être introduites AVANT le 6 AOUT 2022 par lettre recommandée et adressées à la Présidente de la Chambre des représentants, Palais de la Nation, 1008 Bruxelles.
Les candidatures doivent être accompagnées des documents prouvant que les candidats appartiennent à l'une des trois catégories dont la commission est composée.

Les deux appels à candidatures ont été publiés le 6 juillet 2022 au Moniteur Belge.


Articles similaires

Avortement de mère en fille ?

Avortement de mère en fille ?

- Avortement

Les adolescentes dont les mères ont avorté sont 2,5 fois  plus susceptibles d'avoir elles aussi recours à l'avortement, selon une étude publiée dans le Journal de l'association médicale canadienne.

Pour tenter d'approfondir cet aspect d'une possible influence intergénérationnelle sur la vie sexuelle des jeunes en général, 431.623 jeunes femmes nées en Ontario ont été interrogées. Parmi elles, 73.518 ont une maman qui a subi au moins un avortement.

Au sein de cette sous-catégorie, une jeune...

Lire la suite

Foetus de 4 mois (photo) : une majorité politique s'apprête à en autoriser l'avortement

Foetus de 4 mois (photo) : une majorité politique s'apprête à en autoriser l'avortement

- Avortement

Une majorité se dégage au Parlement pour autoriser l'avortement jusqu'à 18 semaines après la conception, soit 4 mois (sur la photo ci-dessus, le foetus a 18 semaines).

C'est ce que proposent le MR, l'Open VLD, Ecolo-Groen, le PS, et DéFi.

Les partis PTB-PVDA et le sp.a vont plus loin : ils veulent permettre l'avortement jusqu'à 20 semaines après la conception, ce qui correspond à la moitié d'une grossesse.

Voir ICI pour un synthèse des différentes propositions de loi.

Pour approfondir : Do...

Lire la suite

Plus d'avortements, femmes plus âgées, plus long délai de réflexion demandé....aux Pays-Bas

Plus d'avortements, femmes plus âgées, plus long délai de réflexion demandé....aux Pays-Bas

- Avortement

30.523 avortements aux Pays-Bas en 2017, c'est-à-dire 379 de plus qu'en 2016. Cette augmentation s'observe surtout chez les femmes qui habitent aux Pays-Bas (+546). Par contre, le nombre de femmes en provenance de la Belgique et qui ont avorté aux Pays-Bas a baissé de 527 en 2016, à 472 en 2017.

Ces chiffres ressortent du dernier Rapport 2017 de l'Inspection des Soins de santé et de la Jeunesse (Inspectie Gezondheidszorg en Jeugd,)

Analyse succinte des chiffres dans le Flash Expert

Lire la suite