Amnesty International réaffirme sa position en faveur de l’avortement

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 23/08/2018

Au nom des droits humains, Amnesty International a adopté plusieurs propositions visant à faire plier politiquement les pays qui résistent à la dépénalisation de l'avortement. Des délégués du monde entier se sont retrouvés en Pologne, début juillet, pour autoriser campagnes et levées de fonds, et faire ainsi pression sur ces pays qui « n'offrent pas des services d'avortements sûrs et légaux ».

Cette position remplace celle qu'Amnesty International avait adoptée en 2007, où ce n'était que dans des cas exceptionnels que l'organisation en appelait à la dépénalisation de l'avortement. L'argument utilisé pour justifier l'élargissement de sa position, est celui de la mortalité maternelle et de la clandestinité des avortements.

Alors qu'il s'agit surtout de mettre en place un service sanitaire et hospitalier qui puisse soigner les infections et ainsi éviter que des femmes meurent, la position d'Amnesty est seulement idéologique. De plus, l'organisation internationale ne considère pas le foetus comme ayant lui aussi, des droits qui devraient être défendus.


Articles similaires

Aide au développement : les Etats-Unis excluent avec succès le financement de l’avortement

Aide au développement : les Etats-Unis excluent avec succès le financement de l’avortement

- Avortement

« Les ONG bénéficiant de financements de l'Administration fédérale américaine pour le soutien à la santé publique dans le monde s'engagent à ne pas pratiquer ou encourager l'avortement comme méthode de planification familiale ou de soutenir financièrement de telles activités » : ainsi est conditionné l'octroi de l'aide au développement en matière de santé aux Etats-Unis, depuis l'adoption, en janvier 2017, de la politique intitulée 'Protecting Life in Global Health Assistance' (PLGHA) - égalem...

Lire la suite

Avortements, pilules et stérilets

Avortements, pilules et stérilets

- Avortement

Dans une question écrite du 23 janvier 2013, Monsieur Bert Anciaux a interpellé Madame Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la santé publique sur la nette augmentation du nombre d'avortements, surtout parmi les femmes de 20 à 35 ans. Il a notamment relevé que 70% d'entre elles n'ont jamais été mariées, 50% n'ont pas encore d'enfant et que 30% avaient déjà avorté auparavant. Frappé par le fait que 50% de ces femmes n'employaient pas de contraception, il a également interpellé la minis...

Lire la suite

Irlande : la loi sur l’avortement restera en l'état

Irlande : la loi sur l’avortement restera en l'état

- Avortement

Ce jeudi 11 février 2016, le Parlement d'Irlande du Nord a rejeté deux amendements proposant respectivement l'extension de l'avortement aux cas de crimes sexuels et aux cas de malformation fatale du foetus in utero ou peu après la naissance.
La première proposition relative au viol a été rejetée par 64 voix contre et 30 pour. Jim Allister, magistrat en matière pénale et chef du parti Traditional Unionist Voice a expliqué que « 95 % du temps, le jury se pose la question de savoir si les rapport...

Lire la suite