Amnesty International : campagne « mon corps, mes droits »

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 06/03/2015

La campagne « Mon corps, mes droits » d'Amnesty International, actuellement en cours, a pour objectif de « lutter pour que chaque individu puisse prendre des décisions sur son corps et sur sa santé sexuelle et reproductive ».
En Belgique, « l'accent, dans un premier temps, [est mis] sur deux catégories de droits sexuels et reproductifs en particulier : le droit à l'éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (EVRAS) et le droit de vivre à l'abri des violences sexuelles ».
Par ailleurs, la campagne entend également obtenir, partout dans le monde, un accès « à des services d'avortement légaux et sûrs au minimum en cas d'inceste, de viol ou si la santé de la mère est en danger ». Pour Amnesty, « les États se doivent de remplir leurs obligations en matière de respect des droits et de ne pas opérer de retours en arrière en la matière. »
En Irlande, par exemple, un des seuls pays où l'avortement est encore partiellement illégal, Amnesty demande à ce « qu'un cadre législatif fixant les conditions de l'avortement légal soit établi et accepté par la majorité des politiciens et du grand public. A court terme, la campagne vise à ce qu'un cadre d'accès à l'avortement respectueux des droits humains soit défini ; ainsi qu'à obtenir et à renforcer le soutien du public, des ONG, et des politiques, en faveur de la dépénalisation de l'avortement. »
 


Articles similaires

Amnesty International réaffirme sa position en faveur de l’avortement

Amnesty International réaffirme sa position en faveur de l’avortement

- Avortement

Au nom des droits humains, Amnesty International a adopté plusieurs propositions visant à faire plier politiquement les pays qui résistent à la dépénalisation de l'avortement. Des délégués du monde entier se sont retrouvés en Pologne, début juillet, pour autoriser campagnes et levées de fonds, et faire ainsi pression sur ces pays qui « n'offrent pas des services d'avortements sûrs et légaux ».

Cette position remplace celle qu'Amnesty International avait adoptée en 2007, où ce n'était que dans...

Lire la suite

Avortement : le Honduras ne cède pas aux pressions internationales

Avortement : le Honduras ne cède pas aux pressions internationales

- Avortement

En 1983, le Code Pénal du Honduras avait été assoupli, ouvrant la porte à l'avortement en cas de grossesse mettant la vie de la mère en danger, en cas de viol et lorsque le foetus était porteur d'une malformation.

Deux ans plus tard, en 1985, le législateur est revenu sur ces modifications qu'il a abrogées car jugées contraires à la Constitution établissant le caractère inviolable de la vie, l'enfant à naître étant considéré de la même manière que toute personne humaine née.

Depuis, les pres...

Lire la suite

Amnesty International soutient une politique pro-avortement

Amnesty International soutient une politique pro-avortement

- Avortement

Les Irlandais auront à se prononcer cet été par referendum sur l'abolition du huitième amendement de sa Constitution. Cet amendement reconnaît comme équivalent le droit à la vie de la mère et celui de l'enfant à naitre, et justifie que l'avortement est encore partiellement interdit dans ce pays. Afin d'influencer l'opinion publique, « Amnesty International Irlande » (A.I.I.), a organisé une campagne pro-avortement pour l'occasion et a accepté la somme de 137.000€ de la Fondation américaine « O...

Lire la suite