205.295 avortements pratiqués en Angleterre et au Pays de Galles en 2018

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 19/06/2019

Auteur / Source : : www.spuc.org.uk ; UKHealthCenter ; Rapport du Department of Health and Social Care : Abortion Stat

205 295 : c'est le nombre d'avortements pratiqués en 2018 en Angleterre et au Pays de Galles, comme l'indique le rapport du Department of Health and Social Care en date du 13 juin 2019.

Les statistiques montrent la proportion grandissante des avortements médicamenteux. En effet, en 2018, 71% des avortements ont eu lieu par prise de pilule abortive, c'est-à-dire presque le double par rapport à 2008 (37%). Depuis 2014, cette méthode d'avortement apparaît d'ailleurs comme la plus répandue dans le pays.

Présentée comme la méthode la plus simple et sans danger, il apparaît néanmoins que cette interruption de grossesse n'est pas sans complications pour la femme : nausées, douleurs intenses, saignements… (Voir Dossier de l'IEB)

Depuis 2017, la Grande Bretagne finance les frais entourant l'avortement pour les femmes originaires d'Irlande du Nord, pays où l'avortement est interdit, sauf en cas de danger pour la vie ou la santé de la mère. Cela permet de comprendre qu'en 2018, 1053 avortements de femmes originaires de l'Irlande du Nord ont eu lieu en Angleterre et au Pays de Galles, soit 192 de plus par rapport à 2017.

Il apparaît qu'en Angleterre et au Pays de Galles, la majorité des avortements sont financés par le National Health Service (NHS) ; toutefois en 2018, 72% de ces interruptions de grossesse ont eu lieu dans le secteur privé, provoquant une augmentation de 19% par rapport aux résultats de 2008. Notons qu'au Royaume Uni, l'avortement est gratuit dans un hôpital géré par le NHS ou une clinique spécialisée, mais l'avortement est payant dans des cliniques privées. Le prix varie en fonction du nombre de semaines de grossesse et du type d'avortement : entre 500£ pour un avortement par prise de pilule abortive, et jusqu'à 800£ pour les avortements à plus de 18 semaines. Au delà de ce délai, le prix pour un avortement peut aller jusqu'à 2000£.

3 269 : c'est le nombre d'avortements pratiqués en 2018 en raison du risque d'un enfant à naître sérieusement handicapé en Angleterre et au Pays de Galles. Face à ces chiffres, on peut se poser la question de la liberté que conservent les femmes de garder un bébé chez qui on a diagnostiqué un handicap : en témoigne l'histoire de Lauren Webster, la jeune écossaise de 21 ans, à qui les médecins demandaient "chaque semaine" si elle voulait avorter son bébé qui avait une faible chance de survie.


Articles similaires

Avortements à répétition chez les femmes célibataires aux Pays-Bas

Avortements à répétition chez les femmes célibataires aux Pays-Bas

- Avortement

Les femmes néerlandaises qui se font avorter plusieurs fois sont principalement sans relation stable, ont en moyenne 1 enfant et sont âgées de 25 à 35 ans. C'est ce que révèle une étude de l'Association néerlandaise des médecins pratiquant l'avortement (NGvA).

En 2015, plus d'un tiers des 30.803 avortements provoqués aux Pays-Bas concernaient des femmes ayant déjà vécu un avortement auparavant. Parmi elles, 85% avortaient pour la deuxième ou la troisième fois, près de 9% pour la quatrième foi...

Lire la suite

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

Des jeunes filles mineures subissent des avortements sans que leurs parents en soient même informés

- Avortement

La loi belge relative à l'interruption volontaire de grossesse n'évoque pas l'âge de la femme. C'est pourquoi les établissements pratiquant l'avortement cherchent à « évaluer », au cas par cas, la maturité de la jeune fille au cours des différents entretiens qui précèdent l'avortement. Ils lui conseilleront généralement de se faire accompagner par un adulte de son choix qui pourra la soutenir psychologiquement et qui veillera à ce qu'elle soit soignée rapidement en cas de complication médicale...

Lire la suite

Les avortements en fonction du sexe doivent être criminalisés

Les avortements en fonction du sexe doivent être criminalisés

- Avortement

Nils Muinieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe*, condamne les avortements sélectifs selon le sexe. Il vient en effet de déclarer que « les avortements sélectifs en fonction du sexe sont discriminatoires et doivent être interdits ». Il dénonce ces avortements qui se pratiquent aussi en Europe, car il est facile de connaître le sexe du foetus et il déplore, qu'à ce jour, le cadre international n'apporte qu'une faible protection au foetus féminin.
Alliant les revendicat...

Lire la suite