19 pays s’unissent pour affirmer devant les Nations Unies leur volonté de protéger la vie naissante

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 17/10/2019

Auteur / Source : The Guardian, www.hhs.gov.

19 pays se sont unis à l'initiative des Etats-Unis pour affirmer leur volonté de « soutenir les programmes qui améliorent la santé, la vie, la dignité et le bien-être des femmes, des hommes, des enfants, et des familles. » Dans un discours adressé à l'Assemblée Générale des Nations Unies le 23 septembre 2019, Alex Azar, secrétaire à la Santé et aux Services sociaux des Etats-Unis, s'est exprimé au nom de leur alliance pour s'opposer à certaines politiques internationales et textes onusiens qui, depuis de nombreuses années, menacent la vie et la famille.

Ensemble, ces 19 pays représentent plus de 1,3 milliards de personnes. L'alliance rassemble les Etats-Unis, Barheïn, la Biélorussie, le Brésil, la République Démocratique du Congo, l'Egypte, le Guatemala, Haïti, la Hongrie, l'Irak, la Libye, le Mali, le Nigéria, la Pologne, la Russie, l'Arabie Saoudite, le Soudan, les Emirats arabes unis, et le Yémen.

Affirmant que l'expression « droits sexuels et reproductifs » est souvent interprétée par des instances internationales et de ONG comme comprenant l'accès à l'avortement, ils se montrent opposés à son introduction dans les documents des Nations Unies. « Nous ne soutenons pas les références, dans les documents des Nations Unies, à des termes ou expressions ambigus, tels que la ‘santé et les droits sexuels et reproductifs', car ils peuvent porter atteinte au rôle important de la famille, et promouvoir certaines pratiques comme l'avortement, dans des circonstances qui ne bénéficient pas d'un consensus international et qui peuvent être mal interprétées par les agences onusiennes. » Ils ont également rappelé qu'il n'existait pas de droit international à l'avortement.

Cette position commune a d'autant plus de poids qu'elle intervient quelques semaines avant la prochaine Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD), qui se tiendra à Nairobi du 11 au 13 novembre. Lors de cette conférence, et sous couvert « d'accès à la santé sexuelle et reproductive », certaines organisations non-gouvernementales espèrent obtenir la reconnaissance d'un droit à l'avortement et promouvoir son accès dans les pays qui ne l'autorisent pas.

En avril dernier, les Etats-Unis avaient obtenu qu'une résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU sur la lutte contre les viols dans les conflits, ne mentionne pas l'expression « droits sexuels et reproductifs », pour la même raison d'ambiguïté.


Articles similaires

Moins de possibilités pour les inséminations artificielles et les FIV?

Moins de possibilités pour les inséminations artificielles et les FIV?

- Procréation médicalement assistée

Les gynécologues s'inquiètent des plans de réduction de coûts du gouvernement. Celui-ci envisage de ne plus rembourser qu'un seul frottis pour les femmes tous les 3 ans plutôt que tous les 2 ans comme c'est le cas actuellement.
C'est pourquoi, la Belgian Society of Reproductive Medicine a pris une initiative louable qui pourrait rapporter 4 millions d'euros en accord avec les gynécologues. Ils proposent en effet d'aller chercher l'argent nécessaire aux économies dans certaines sous-sp...

Lire la suite

Mères porteuses : le droit à un congé maternité devant la Cour de justice de l'Union européenne

Mères porteuses : le droit à un congé maternité devant la Cour de justice de l'Union européenne

- Gestation pour autrui

La Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) va prochainement être amenée à se prononcer sur le droit à un congé de maternité pour une femme ayant eu un enfant par gestation pour autrui. Deux plaintes ont en effet récemment été déposées devant la CJUE par deux femmes qui se sont vu refuser une indemnité de congé de maternité, après avoir eu recours à une gestation pour autrui.
Jeudi 29 septembre, deux avocats généraux ont examiné séparément les plaintes, et ont rendu des conclusions diverge...

Lire la suite

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

- Gestation pour autrui

La gestation pour autrui (GPA) pose de nombreuses et délicates questions sur le plan juridique, en particulier sur le plan du lien de filiation avec le père biologique ou la mère d'intention.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a eu l'occasion de se prononcer à plusieurs reprises, ces dernières années, au sujet de la pratique de la GPA, du point de vue de son articulation avec les droits fondamentaux, en particulier le droit au respect de la vie privée et familiale.

L'Institut Eu...

Lire la suite