Toutes les actualités (Belgique)

 Supprimer le filtre "Belgique"

Quelques chiffres sur la pratique de l’euthanasie en Belgique

Belgique - Quelques chiffres sur la pratique de l’euthanasie en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Un billet paru récemment dans The New England Journal of Medecine, sous le titre « Medical End-of-life Practices under Euthanasia Law in Belgium » » (NEMJ, September 10, 2009: 1119-1121) fournit quelques données relatives à la pratique de l'euthanasie en Belgique. 
Le billet est signé par Johan Bilsen, Joachim Cohen, Kenneth Chambaere, Geert Pousset et Luc Deliens, de la VUB, Bregje D. Onwuteaka-Philipsen, de l'Université d'Amsterdam, et Freddy Mortier, de l'Université de Gand.  

En 2007, les auteurs ont mené une étude de suivi de deux vastes enquêtes sur les pratiques de fin de vie médicalisée réalisées en 1998 et 2001. 58,4 % des médecins sondés ont répondu au questionnaire qui leur a été adressé. 
Il ressort du sondage réalisé qu'1,9% du total des décès survenus en Flandres en 2007 résulte d'une euthanasie (Ending of life at patient's explicit request). Ce taux est plus élevé qu'en 1998 (1,1%) et 2001 (0,3%). Par ailleurs, les morts provoquée sans le consentement explicite du pat...

Lire la suite 


Belgique - Du neuf pour les travailleurs indépendants: congé soins palliatifs

- Soins palliatifs

Du neuf dans le régime des travailleurs indépendants qui cessent temporairement leurs activités pour donner des soins palliatifs à un enfant ou à leur partenaire

Allocation
Ces travailleurs recevront désormais une allocation forfaitaire identique au montant correspondant à deux fois la pension minimum d'un travailleur indépendant. Le travailleur devra mettre fin à son activité pendant  au minimum 4 semaines jusqu'à maximum 3 mois consécutifs.  

Pension
La période d'interruption temporaire de l'activité indépendante pour donner ces soins palliatifs sera assimilée à une période d'activité pour ce qui concerne le calcul de la pension. 

Dispense de cotisation
Lorsque le travailleur cesse ses activités pour donner des soins palliatifs à son enfant ou son conjoint, mais également pour soigner son enfant atteint d'une maladie grave, il sera également dispensé du paiement des cotisations afférentes à cette période.
 

Source : Arrêtés Royaux des 22 janvier et 21 février publiés au Monite...

Lire la suite 


Belgique - Belgique | Euthanasie : le docteur Cosyns ne sera pas poursuivi

- Euthanasie et suicide assisté

Selon la VRT, le docteur Gantois Marc Cosyns, fervent défenseur de l'euthanasie, ne sera pas poursuivi après avoir euthanasié, en janvier 2008, une femme de 88 ans souffrant de symptômes incurables, mais qui n'était pas en phase terminale. Son fils avait directement porté plainte, estimant que les conditions légales qui permettent à la personne en fin de vie de demander l'euthanasie n'avaient pas été respectées.
Cette dame souffrait de diverses affections qui, selon elle, lui rendaient la vie insupportable, mais elle n'était nullement en phase terminale comme l'exige la loi. Deux ans après les faits, les enquêteurs ont décidé de ne pas poursuivre le docteur Cosyns.

Source : RKnieuws.net, 6 décembre 2009

Lire la suite 


Belgique - Don d’organes : la nouvelle loi belge

- Don d'organes et mort

Aura-t-elle un effet pervers ?

La loi du 19 décembre 2008 relative au matériel corporel humain est entrée en vigueur ce 1er décembre 2009. Quel  impact a-t-elle sur le don d'organes ? Depuis 1986 déjà, tout Belge est présumé, en cas de décès, consentir au don de ses organes en vue de leur transplantation, à moins qu'il ne s'y soit opposé par une démarche auprès de son  administration communale. Depuis ce mardi, tout Belge est également présumé consentir à ce que ses organes soient prélevés, non seulement en vue d'une transplantation, mais également pour un but de recherche médicale.

Parmi d'autres, le docteur Herman Nys dans l'hebdomadaire médical  De Huisarts du 5 novembre, s'inquiète de l'éventuel effet pervers de cette loi car s'ils sont nombreux ceux qui souhaitent sauver des vies, nombreux sont  également ceux qui ne souhaitent pas voir leur corps servir à la « science ». Or si une personne s'oppose au cours de sa vie à ce que l'on utilise ses organes à des fins de recherche, ...

Lire la suite 


Près de 11.000 déclarations anticipées d’euthanasie

Belgique - Près de 11.000 déclarations anticipées d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

En un an, 10.799 citoyens ont fait la démarche de rédiger une déclaration anticipée relative à l'euthanasie, aussi appelée testament de vie.

Rappelons que la loi dépénalisant 'euthanasie permet de rédiger une déclaration anticipée pour l'éventualité où la personne se trouverait dans un état d'inconscience irréversible ne permettant pas de s'exprimer. Il s'agit donc d'une demande d'arrêt actif de vie et non d'un simple arrêt de traitement permettant à la maladie de suivre son cours jusqu'à la mort naturelle. La déclaration anticipée relative à l'euthanasie doit être signée en présence de deux témoins dont l'un au moins ne peut avoir d'intérêt matériel au décès du déclarant. Elle permet (mais ce n'est pas obligatoire) de désigner une ou plusieurs personne(s) de confiance chargée(s) de faire connaître au médecin l'existence de cette déclaration. Toute personne peut être désignée à l'exception des membres de l'équipe médicale qui soigne le malade (médecin et membres de l'équipe soignant...

Lire la suite 


Belgique - Le nombre d’injections létales n’a pas augmenté en Flandre

- Euthanasie et suicide assisté

Le groupe de recherche sur la fin de vie de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) ainsi que l'Institut bioéthique de l'Universiteit Gent (UG) ont publié dans le « New England Journal of Medicine » une étude relative à l'impact de la loi de 2002 dépénalisant partiellement l'euthanasie. Il en ressort que si le nombre d'euthanasies déclarées a quasi doublé en Flandres en l'espace de 10 ans passant de 1,1% des décès en 1998 à 1,9% en 2007 ; par contre, le nombre d'injections létales ainsi que l'administration de produits accélérant la fin de vie sans la demande explicite du patient sont en baisse. En revanche, l'administration de hautes doses de morphine pour soulager la douleur et les symptômes est passée de 18% du nombre total des décès en 1998 à 27% en 2007. La sédation profonde, utilisée en soins palliatifs est passée de 8,2 % en 2001 à 14,5 % en 2007, soit une hausse très significative.

Source : La Libre, 11/09/2009 

Lire la suite 


18.000 avortements en 2007

Belgique - 18.000 avortements en 2007

- Avortement

Dix-huit mille avortements en 2007 pour la Belgique. C'est le chiffre officiel révélé par le troisième rapport.de la Commission d'évaluation de la loi dépénalisant l'interruption de grossesse. Couvrant la période du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2007, ce document a été rendu public le 21 janvier 2009.
La loi dépénalisant l'avortement date du 13 août 1990. Elle prévoit qu'une commission puisse évaluer la façon dont la loi est appliquée par ceux qui pratiquent l'avortement.
Dès la première page de son rapport, la Commission avoue que son travail n'est pas aisé et que les résultats ne sont pas vraiment « scientifiques »  car elle ne dispose que des seules informations que la loi l'autorise à demander aux médecins et établissements de soins concernés. Elle est donc totalement tributaire des chiffres fournis, sans pouvoir vraiment les vérifier.
Que peut-on tenter d'extraire de ces données « non-scientifiques » du rapport de la Commission? 

A. Âge de la femme
Les interruptions de grosse...

Lire la suite 


1.	Vingt cinq enfants euthanasiés en Belgique ?

Belgique - 1. Vingt cinq enfants euthanasiés en Belgique ?

- Euthanasie et suicide assisté

Selon une étude de la VUB (Vrije Universiteit Brussel) récemment publiée dans l' « Américan Journal of Critical care », l'euthanasie des enfants serait une réalité dans les unités de soins intensifs pédiatriques. Sur les 89 infirmières qui ont accepté de participer à l'étude, 76 affirment être intervenues au cours des deux dernières années dans un cas ou il y aurait eu décision d'interrompre la vie d'un petit malade. 89 % de ces soignants estiment que l'euthanasie devrait pouvoir être demandée pour des mineurs dans certains cas.
Notons cependant qu'il y a confusion dans les termes car dans 66 % des cas mentionnés, il ne s'agissait pas d'une euthanasie    (un acte ou une omission ayant pour intention de donner la mort), mais bien de l'interruption d'un traitement jugé disproportionné dans la situation du patient (ventilation artificielle , baxters, médicaments) associée ou non à des produits visant à soulager la douleur qui peuvent parfois avoir comme conséquence secondaire de diminue...

Lire la suite 


Amélie Van Esbeen a été euthanasiée

Belgique - Amélie Van Esbeen a été euthanasiée

- Euthanasie et suicide assisté

Amélie Van Esbeen, âgée de 93 ans, a finalement été euthanasiée le mercredi 1er avril 2009. Depuis un an, elle et sa famille demandaient au médecin traitant d'entamer une procédure de demande d'euthanasie, mais ce dernier estimait, en conscience, qu'il n'était pas justifié de le faire car la situation de sa patiente ne rentrait pas dans les conditions requises par la loi. Pour arriver à leurs fins, la patiente et sa famille avaient sollicité les médias, et la nonagénaire avait entamé une grève de la faim d'une semaine et demi. Suite à une concertation avec le Docteur  Marc Cosyns, ouvert à la pratique de l'euthanasie, Madame Van Esbeen cessa sa grève de la faim pour retrouver quelques forces en vue d'introduire, de façon consciente, une demande écrite d'euthanasie auprès d'un médecin plus favorable que le médecin traitant. Cette demande a été rapidement acceptée et Amélie Van Esbeen a été euthanasiée quelques jours après, soit le 1er avril aux alentours de midi.

Source : La Libre, l...

Lire la suite 


Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

Belgique - Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

23 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen (93 ans) n'est pas atteinte d'une maladie incurable, mais souffre de toutes sortes de petits maux qui rendent sa vie insupportable, dit-elle. Elle souhaite mourir mais, selon la loi, elle ne remplit pas les critères pour demander l'euthanasie. Wim Distelmans, le président de la commission d'évaluation de la loi sur l'euthanasie pense que la législation devrait pouvoir être étendue aux cas de certaines personnes très âgées. En particulier, dans des cas comme celui-ci, les « souffrances insupportables » devraient pouvoir être reconnues, plaide-t-il. 
Le gériatre Lucien De Cock comprend la situation d'Amélie Van Esbeen mais nuance:  « avant que nous proposions l'euthanasie, regardons s'il vous plaît s'il n'y a plus d'autres facteurs susceptibles de rendre cette existence plus supportable. Vieillir est en grande partie une succession de toutes sortes de situations de perte, qui  sont souvent très difficiles à accepter, surtout le fait d'être dépendant des...

Lire la suite