Statut du corps humain (Belgique)

 Supprimer le filtre "Belgique"

Belgique La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

Auteur / Source : SPF Santé Publique, Belga Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Actualités Temps de lecture : 3 min.

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

Rappelons que le don d'organes en Belgique est régi par la loi du 13 Juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d'organes. Ce texte repose sur le principe du consentement présumé (opt-out) : chaque citoyen belge majeur est présumé donneur au moment de son décès, à moins qu'il n'ait déclaré formellement son opposition de son vivant. Dans les faits, les proches (conjoint, enfants majeurs et parents) sont consultés par l'équipe médicale après le décès, et le prélèvement n'est pas réalisé ...

Lire la suite 

Belgique Quiz : que savez-vous du statut de l'enfant à naître en Belgique ?

Auteur / Source : IEB Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Actualités Temps de lecture : 0 min.

Quiz : que savez-vous du statut de l'enfant à naître en Belgique ?

3 minutes pour testez vos connaissances sur le statut de l'enfant à naître en Belgique. C'est ICI !

Lire la suite 

Belgique LE CHIFFRE DU MOIS : 380.967

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Actualités Temps de lecture : 1 min.

LE CHIFFRE DU MOIS :  380.967

380.967 VOLONTAIRES AU DON D'ORGANES EN 2019 en Belgique. Les belges volontaires au don d'organes aurait  fort augmenté passant de 27.449 volontaires en 2002, à 353.842 en 2018 pour atteindre 380.967 en 2019. Pour la même année, 198.655 personnes ont exprimé leur opposition au don de leurs organes. Un chiffre stable, ils étaient 192.542 en 2002. Voir aussi: Dossier de l'IEB : Le don d'organes : donner pour sauver ou se vendre pour survivre ?

Lire la suite 

Belgique La Belgique renforce la pénalisation du trafic d’organes humains

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Actualités Temps de lecture : 3 min.

La Belgique renforce la pénalisation du trafic d’organes humains

Des peines allant jusqu'à 10 ans de prison et 75.000 euros d'amende s'appliqueront désormais aux personnes organisant, pratiquant ou bénéficiant du trafic d'organes humains. En sanctionnant plus sévèrement le prélèvement d'organes à des fins commerciales, le législateur donne un signal fort pour d'une part sauvegarder la solidarité interpersonnelle qui découle de la gratuité du don d'organes, et d'autre part protéger « les groupes les plus vulnérables de la société » parfois amenés à vendre le...

Lire la suite 

Belgique Le juteux business des ovocytes en Belgique

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Actualités Temps de lecture : 3 min.

Le juteux business des ovocytes en Belgique

Après avoir interrogé différentes femmes donneuses d'ovocytes et plusieurs cliniques belges, la journaliste Sofia Costoglou révèle la réalité financière du don d'ovules dans une enquête pour « 7 à la Une » (RTBF). En Belgique, la loi stipule que « la commercialisation des gamètes humains est interdite ». Cependant, bien que le don doive être gratuit, il peut néanmoins donner lieu à « une indemnité qui couvre les frais de déplacement ou de perte de salaire de la personne prélevée [et] peut éga...

Lire la suite 

Belgique Transgenres : explosion des enregistrements à l’état civil

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Actualités Temps de lecture : 2 min.

Transgenres : explosion des enregistrements à l’état civil

Depuis le 1er janvier 2018, soit l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la transsexualité, le nombre de personnes ayant fait enregistrer un changement de sexe dans leurs actes d'état civil a augmenté de près de 600 personnes, soit un tiers des enregistrements depuis 25 ans. Fin septembre 2018, le compteur de l'état civil affichait 1.625 enregistrements de changement de sexe. Sur les enregistrements de 2018, 42% concernent des personnes âgées de moins de 25 ans, indiquant une forte demand...

Lire la suite 

Belgique : un "enfant né sans vie" peut être enregistré 140 jours après la fécondation

Le conseil des ministres a approuvé le 6 juillet, l'avant-projet de loi du ministre de la Justice, Koen Geens, autorisant l'enregistrement par les parents, sur une base volontaire, de "leur enfant sans vie à partir des 140 jours suivant la fécondation". Actuellement, ce n'est qu'à partir de 6 mois (180 jours) de grossesse qu'un régime est prévu. Une "obligation de déclaration" est en vigueur, l'enfant se voyant attribuer un prénom. La nouvelle loi ajoute à l'obligation de déclaration la "possi...

Lire la suite 

Belgique : l'industrie pourrait bientôt commercialiser les tissus humains

Si des firmes commerciales reçoivent un droit d'accès aux biobanques pour commercialiser certains tissus, elles bénéficieront elles aussi de cette règle de consentement implicite. Il importe d'en informer le public de manière transparente, afin que chaque personne puisse faire son choix en connaissance de cause et prendre les mesures nécessaires. Le Professeur Eric Mortier, de l'UZ Gent, soutient que l'accès aux tissus peut constituer une plus-value, parce que les entreprises ont les moyens d'...

Lire la suite 

Belgique Les opérations transgenres, un succès grandissant

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Actualités Temps de lecture : 4 min.

Les opérations transgenres, un succès grandissant

« Si la personne est mineure, explique le Professeur Rachel Bluebond-Langner, du centre médical Langone à la NYU, elle a besoin de l'accord de ses parents ». Dans son expérience, très peu de patients ont subi une opération génitale avant leurs 18 ans. Accompagnés, ils tentent éventuellement d'inhiber par des hormones la croissance de leurs attributs sexuels (pilosité, seins, pomme d'Adam…). Et « Pour les jeunes, nous savons que le meilleur traitement reste un environnement qui le soutient, à l...

Lire la suite 

Proposer aux personnes admises à l’euthanasie de donner leurs organes ?

Un médecin anesthésiste de l'assemblée a poussé plus loin la logique. Il a ainsi proposé la possibilité d'extraire les organes du patient à euthanasier avant sa mort, sous anesthésie générale. Cette opération aurait pour avantage de garantir la qualité des organes (qui doivent être prélevés au plus vite, impérativement dans les 4 à 5 min de l'arrêt cardiaque).  Cette proposition n'a pas fait l'unanimité car cela ferait "quand même porter un poids important sur les épaules des chirurgiens" et s...

Lire la suite