ALERTE INFO - La Cour constitutionnelle rejette le recours relatif à la loi belge de 2020 sur l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 17/02/2022

Auteur / Source : Institut Européen de Bioéthique

Dans un arrêt publié ce jeudi 17 février, la Cour constitutionnelle de Belgique rejette le recours en annulation de la loi du 15 mars 2020 modifiant la législation sur l'euthanasie.

 

Parmi les trois modifications introduites par la loi, la Cour considère que deux d'entre elles ne sont pas contraires à la Constitution. Quant à la troisième disposition, relative à l'atteinte à la liberté des institutions de soins ne pratiquant pas d'euthanasie, la Cour refuse d'examiner le recours, le jugeant irrecevable.

 

Pour rappel, la loi votée en 2020 prévoit premièrement qu' « aucune clause écrite ou non écrite ne peut empêcher un médecin de pratiquer une euthanasie ». Cette disposition vise à interdire de fait les maisons de retraite ou hôpitaux dont le projet de soins exclut le fait de mettre fin à la vie de leurs patients ou résidents par euthanasie, et qui privilégient l'accompagnement à travers les soins palliatifs. Les citoyens requérants, de même que l'Institut européen de bioéthique, partie intervenante au recours, considéraient qu'une telle restriction porte injustement atteinte à la liberté de ces institutions de soins.

Considérant que les requérants n'avaient pas d'intérêt à agir en tant que personnes individuelles, la Cour refuse d'examiner leurs arguments (point B.4.3 de l'arrêt). L'absence d'institution de soins parmi les requérants s'explique pourtant aisément par les menaces de sanction pesant déjà aujourd'hui sur ces dernières lorsque l'administration constate qu'elles excluent la pratique de l'euthanasie de leur projet.

 

En second lieu, le recours contestait également l'obligation faite au médecin qui refuse de pratiquer une euthanasie (en vertu de la loi ou pour motif de conscience) de renvoyer le patient « vers un centre ou une association spécialisé en matière de droit à l'euthanasie ». Les requérants considéraient que cette obligation porte injustement atteinte à la liberté de conscience du médecin concerné en le contraignant à participer à une euthanasie, dès lors que les centres ou associations en question militent en réalité pour l'extension de la loi sur l'euthanasie. La Cour rejette toutefois ces arguments, considérant que « la liberté de conscience du médecin et son choix de ne pas pratiquer l'euthanasie, ainsi que les droits du patient » sont respectés en l'occurrence (B.10).

 

Enfin, en troisième lieu, le recours contestait également la durée de validité désormais illimitée de la déclaration anticipée d'euthanasie (alors qu'elle devait auparavant être renouvelée tous les cinq ans), considérant qu'une telle validité pourrait mener à ce que soient pratiquées des euthanasies sur des personnes dont la position a évolué entre-temps mais qui avaient oublié de modifier leur déclaration. La Cour rejette cet argument – en dépit des remarques critiques du Conseil d'État lors de l'examen de la proposition de loi –, indiquant que « conférer à la déclaration anticipée une durée de validité limitée ne fait pas disparaître le risque que le déclarant oublie de renouveler sa déclaration » et ajoutant que « rien n'empêche les personnes concernées, le cas échéant en concertation avec leurs proches et les professionnels concernés, de réévaluer régulièrement leur position » (B.16).

 

En refusant d'examiner l'atteinte à la liberté des institutions de soins, la Cour laisse donc entière la question de la compatibilité de cette disposition avec les droits fondamentaux. Rappelons que les articles en question étaient quoi qu'il en soit déjà entrés en vigueur. Quant à l'obligation de renvoi renforcée et à la durée de validité de la déclaration anticipée, l'appréciation sommaire fournie par la Cour soulève certaines interrogations quant à la prise en compte intégrale du droit européen des droits fondamentaux.

 

Rappelons enfin que la Cour constitutionnelle aura prochainement une nouvelle occasion de se prononcer au sujet de la législation belge sur l'euthanasie, à travers la question préjudicielle posée au sujet de l'absence actuelle de sanction spécifique en cas de violation des conditions de la « loi euthanasie ». Cette question intervient dans le cadre de l'affaire Tine Nys, jeune femme de 38 ans euthanasiée en 2010 pour trouble psychique.


Articles similaires

Maisons de repos et hôpitaux belges bientôt tous contraints de pratiquer l’euthanasie ?

Maisons de repos et hôpitaux belges bientôt tous contraints de pratiquer l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

« Aucune clause écrite ou non écrite ne peut empêcher un médecin de pratiquer une euthanasie dans les conditions légales » : par cette courte disposition, la proposition de loi actuellement en discussion au Parlement fédéral pourrait bouleverser le quotidien de nombreuses institutions de soins aux quatre coins du royaume.

Pour rappel, la proposition de loi introduite en octobre dernier prévoit un élargissement des conditions d'accès à l'euthanasie. Y figurent notamment la durée de validité il...

Lire la suite

La médiatisation excessive de l'euthanasie camoufle les véritables enjeux de la fin de vie

La médiatisation excessive de l'euthanasie camoufle les véritables enjeux de la fin de vie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un article paru le 25 avril 2017 dans le Medical Journal of Australia, le bioéthicien américain Ezekiel Emanuel exhorte à se concentrer sur l'amélioration de la prise en charge de la douleur des patients plutôt que de voiler la réalité de la fin de vie avec des idées erronées sur l'euthanasie et le suicide assisté.

Selon lui, l'euthanasie et le suicide assisté sont des pratiques marginales. L'euthanasie ne résout pas le problème auquel une majorité des patients en fin de vie sont confron...

Lire la suite

Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

- Euthanasie et suicide assisté

Lorsqu'un médecin accède à une demande d'euthanasie en Belgique, la loi prévoit qu'un second médecin doit juger du caractère inapaisable et insupportable de la souffrance de la personne en fin de vie. Cet acte requiert un certain investissement en temps de la part du praticien. Mais aucun acte médical ne sera véritablement posé. Comment dès lors rétribuer cet avis pré-euthanasie ? De plus, comment trouver rapidement des médecins « indépendants » à même de remettre un avis sur la demande d'euth...

Lire la suite