Cartographie - Don d'organe et type de consentement (UE 2019)

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Textes législatifs

Publié le : 14/07/2020

Auteur / Source : C. Tertrais

Les pays de l'Union européenne ont adopté des régimes différents concernant le consentement au don d'organe après la mort. Deux types de régimes sont en vigueur dans l'Union européenne en 2019 : le consentement présumé et le consentement explicite.

Voici une carte permettant de distinguer le type de régime de consentement en vigueur dans chaque pays.

Sous le régime du consentement présumé, chacun, selon des critères établis par la loi, est présumé consentir au don d'organe après sa mort.

A contrario, le régime du consentement explicite requiert que l'individu ait exprimé clairement son consentement pour qu'un prélèvement d'organes post puisse être réalisé. 

Le consentement présumé, au début de l'histoire du don d'organe minoritaire, est de plus en plus répandu. En témoignent les récents changements de législation entrés en vigueur en 2020 aux Pays-Bas et en Angleterre. 

En effet, le consentement présumé permet d'augmenter considérablement le nombre de donneurs potentiels, et ainsi de sauver davantage de vies. 


N.B. : Au Royaume-Uni, différents types de consentement sont en vigueur. Le consentement présumé est pratiqué au Pays de Galles depuis 2015, tandis que l'Angleterre et l'Irlande du Nord l'ont adopté en 2020. En Écosse, le consentement explicite est toujours de mise, mais le consentement présumé, voté en 2019, entrera en vigueur en 2021.


Articles similaires

Prélèvement d’organes

- Don d'organes et mort

Prélèvement sur une personne vivante : articles L. 1231-1 et s. et R. 1231-1 et s. + Prélèvement sur une personne décédée : articles Article L1232-1 et s. du Code de Santé Publique.

Lire la suite

Don d'organes - Encadrement législatif en Belgique

- Don d'organes, de tissus et de sang

Instruments juridiques

La loi du 13 Juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d'organes encadre le don d'organe en Belgique. Elle a été modifiée par la loi du 19 décembre 2008, relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique.

Donneurs décédés

Le principe du consentement présumé est en vigueur depuis 1986. Elle prévoit également la possibilité de se déclarer explicitement "don...

Lire la suite

Don d'organes et euthanasie - Encadrement législatif

- Don d'organes et euthanasie

Belgique

Le prélèvement d'organe sur personne euthanasiée existe en Belgique. Le premier cas d'espèce a été recensé en 2005. Il ne fait pas l'objet d'une loi particulière et a donc pour socle juridique la loi de 1986 sur le prélèvement et la transplantation d'organes et la loi de 2002 sur l'euthanasie. Les dispositions juridiques relatives au don d'organe post mortem s'appliquent donc également aux dons après euthanasie. En conséquence, le régime du consentement présumé doit aussi être appliq...

Lire la suite