Don d'organes - Encadrement législatif en Italie

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Textes législatifs - Italie

Publié le : 14/07/2020

Auteur / Source : C. Tertrais

Instruments juridiques

La loi n°91 du 1er avril 1999 "Dispositions relatives à l'ablation et à la transplantation d'organes et de tissus" encadre le don d'organe. Elle a été complétée par la loi n°167 du 19 septembre 2012.

Donneurs décédés

Chaque citoyen peut, de son vivant, exprimer son consentement ou son opposition au don d'organe post mortem. Pour ce faire, il a 5 moyens à sa disposition. Il peut remplir et signer un formulaire à destination de l'autorité sanitaire locale de référence ou compléter l'acte holographique de l'Association italienne pour le don d'organes. Il peut aussi se faire enregistrer au bureau d'enregistrement de sa municipalité. Il est également possible de demander la carte bleue du Ministère de la Santé ou une autre carte de donneur distribuée par une association, ces documents étant à conserver parmi ses papiers d'identité. Enfin, chaque italien peut tout simplement mentionner son choix dans son testament. 

Il est possible de changer d'avis à tout moment et c'est le document le plus récent qui sera pris en compte. 

Donneurs vivants

Les donc les plus fréquents sont à destination des parents de sang (parent, enfant, frère, soeur) et du conjoint ou partenaire. En cas d'incompatibilité entre le donneur et le receveur, est également possible le don croisé : deux receveurs s'échangent alors leurs donneurs. Enfin, existe aussi le don dit “samaritain” qui est anonyme et permet de sauver un personne avec qui le donneur n'a aucun lien. 

Dans la cadre du don vivant, le donneur est soumis à une évaluation complète permettant de vérifier un état de santé optimal, tant sur le plan physique qu'au niveau psychologique. 

Enfin, le donneur doit impérativement avoir exprimé son consentement de manière libre et éclairée.

Recueil du consentement et protection des donneurs

Si la personne n'a pas émis de déclaration de son vivant, le prélèvement n'est possible qu'avec l'accord de ses proches (dans l'ordre : le conjoint, le partenaire, les enfants adultes et les parents). 

Le prélèvement sur défunt mineur est autorisé à condition d'avoir recueilli l'accord des deux parents ou responsables légaux.

Indemnisation et rémunération

Le don d'organe se fait uniquement gratuitement. Le tarif des opérations de prélèvement et de transplantation est fixé par le Ministère de la Santé de manière à permettre le remboursement de tous les frais engagés. 


Articles similaires

Don d'organes - Encadrement législatif en Belgique

- Don d'organes, de tissus et de sang

Instruments juridiques

La loi du 13 Juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d'organes encadre le don d'organe en Belgique. Elle a été modifiée par la loi du 19 décembre 2008, relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique.

Donneurs décédés

Le principe du consentement présumé est en vigueur depuis 1986. Elle prévoit également la possibilité de se déclarer explicitement "don...

Lire la suite

Don d'organes - Encadrement législatif en Allemagne

- Don d'organes, de tissus et de sang

Instruments juridiques

La loi sur la transplantation du 1er décembre 1997 encadre le don d'organes. Elle a été élargie par la loi sur la transplantation du 4 Septembre 1997.

Donneurs décédés

Avant tout prélèvement, la mort du donneur potentiel doit avoir été constatée par 2 médecins. 

La loi retient le principe du consentement explicite. Le défunt donneur doit avoir consenti au don de son vivant, par le moyen d'un testament biologique ou d'une carte de don. Il est également possible de sig...

Lire la suite

Résolution OMS transplantation d'organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

PRINCIPES DIRECTEURS DE L'OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D'ORGANES HUMAINS 

(...) Le manque d'organes à transplanter a non seulement incité de nombreux pays à mettre en place des procédures et des systèmes pour accroître l'offre, mais a aussi entraîné une augmentation du commerce d'organes humains, notamment d'organes provenant de donneurs vivants sans lien de parenté avec les receveurs. Des preuves de ce commerce qui s'apparente à un trafic d'êtres humains sont apparues...

Lire la suite